Moins de 18,8 milliards de dollars pour l’année 2020 : l’inquiétant solde négatif de la balance des paiements de l’Algérie

0
1421
C’est une information que personne n’a encore relevé en Algérie. Et pourtant, elle traduit l’extrême dangerosité de la situation économique actuelle de notre pays. Le solde de la balance des paiements prévu pour l’année 2020 s’établirait à -18,8 milliards de dollars contre -8,5 milliards prévu dans la Loi de finances initiale pour 2020.
En apparence, le citoyen lambda de ne va comprendre le véritable sens de cette information stratégique. Et pourtant, les enjeux sont majeurs. Explications.

La balance des paiements est un document de comptabilité nationale qui retrace l’ensemble des flux économiques (biens, services, capitaux…) entre un pays et le reste du monde au cours d’une année. Peu de documents de comptabilité nationale ont autant d’importance que la balance des paiements. Ses différents postes, notamment la balance commerciale et le compte courant, sont scrutés par le gouvernement et la banque centrale pour piloter la politique économique. En effet, ce sont ces postes qui récapitulent le solde des échanges entre un pays et le reste du monde.

Parmi ces postes, nous retrouvons un poste important. Il s’agit du poste ‘ »Avoirs de réserve » : ce poste est la contrepartie du solde global des autres postes. Il reflète la position monétaire du pays. En effet, tout excédent (courant,financier) se traduit par une augmentation des réserves de la nation et une baisse des engagements, et inversement. La balance des paiements est donc un indicateur important pour évaluer la situation financière et économique d’un pays. Son solde est l’un des plus importants pour une économie : s’il est négatif, cela signifie que la nation s’endette vis-à -vis de l’extérieur, pour financer consommation et investissement. S’il est positif, cela signifie que la nation dégage une épargne qu’elle peut placer à l’étranger.

Malheureusement, l’Algérie avec un solde négatif de sa balance de paiements qui dépasse les 18 milliards de dollars, elle se retrouve dans une situation très compliquée et dangereuse pour son avenir. Pourquoi ?   Si un pays présente un déficit du compte courant, cela signifie (de façon simplifiée) qu’il a plus importé qu’exporté. Or, dans une telle situation, les fournisseurs étrangers vont exiger, dorénavant, d’être payés et les importateurs algériens devront se procurer les devises étrangères nécessaires. L’obtention de ces devises étrangères est représentée par l’excédent du compte financier. Autrement dit, l’Algérie en déficit de compte courant doit emprunter les devises dont elle a besoin pour payer ses importations. Elle sera donc amenée à puiser encore dans ses réserves de change prenant le risque de les épuiser définitivement. Ce qui exposera enfin sa souveraineté nationale au danger de l’endettement extérieur à partir de 2021. Un pays qui s’endette à l’étranger est un pays qui doit faire des concessions sur sa souveraineté.
En clair, le solde négatif de la balance des paiements est un problème très sérieux qu’il faut prendre en charge dans les plus brefs délais. Mais au plus haut sommet de l’Etat algérien, les esprits sont occupés par les polémiques stériles et les incessantes guerres de clans…