12.9 C
Alger
lundi, février 6, 2023

Mary Lawler exhorte le régime algérien à libérer les défenseurs des Droits de l’Homme

- Advertisement -
- Advertisement -

La répression incessante des militants et activistes pacifiques du Hirak en Algérie a fait réagir la rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits humains, Mary Lawler. Cette représentante de l’ONU a réclamé ce lundi 21 février au gouvernement algérien la libération immédiate de l’activiste Zaki Hannache et de Faleh Hammoudi, le premier responsable du bureau de la Ligue Algérienne de Défense Des Droits de l’Homme (LADDH) à Tlemcen, à l’ouest du pays.

« J’ai reçu ce week-end des informations inquiétantes sur la détention des défenseurs des droits humains en #Algérie Faleh Hammoudi et Zaki Hannache et exhorte les autorités à les libérer immédiatement et sans condition », a déclaré ainsi Mme Mary Lawlor sur Twitter et Facebook. La réaction de cette haut responsable de l’ONU démontre que l’ampleur de la répression des libertés publiques et droits civiques en Algérie préoccupe au plus haut point les instances onusiennes.

Il est à signaler que Zaki Hannache a été arrêté sans aucune explication par les services de sécurité depuis vendredi passé et il a été placé en garde-à-vue pour qu’il soit soumis à une enquête minutieuse concernant ses activités de solidarité avec les détenus politiques incarcérés dans les prisons algériennes.

Faleh Hammoudi a été lui-aussi arrêté par les services de la gendarmerie nationale et placé en garde-à-vue pour être présenté devant la Justice qui a requis à son encontre une sévère peine de 3 ans de prison ferme en raison de ses activités militantes au sein de la LADDH. Les autorités judiciaires ont considéré que la section de Tlemcen de la LADDH n’a aucun agrément pour exercer légalement ses activités. Faleh Hammoudi a été ainsi condamné hier lundi à la prison ferme pour de simples activités de défense des Droits de l’Homme. Une dérive inédite et gravissime qui en dit long sur les vraies intentions politiques de l’actuel régime algérien.

Rappelons enfin que Mary Lawlor occupe la fonction de Rapporteuse spéciale sur la situation des défenseurs et défenseuses des droits humains depuis le 1er mai 2020 consécutivement à la décision 43/115 du Conseil des droits de l’homme.

Mme Lawlor est actuellement professeure associée de commerce et droits de l’homme au Centre pour l’innovation sociale (CSI) de l’École de commerce du Trinity College de Dublin. Elle est membre du comité consultatif de ladite École. Elle a beaucoup travaillé avec des défenseurs des droits humains ainsi que sur leur situation.En 2001, elle a fondé Front Line Defenders – International Foundation for the Protection of Human Rights Defenders afin d’aider les défenseurs des droits humains en danger. En tant que directrice générale de 2001 à 2016, Mme Lawlor a représenté Front Line Defenders et a joué un rôle clé dans son développement.

Mme Lawlor a en outre dirigé la section irlandaise d’Amnesty International de 1988 à 2000. Devenue membre de son conseil d’administration en 1975, elle en a été la présidente de 1983 à 1987.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

3 COMMENTS

  1. @dzman, les Sahraouis vivent librement dans de vraies villes au Sahara Marocain :
    Laayoune, Dakhla, Smara, Boujdor………..
    Si vous voulez dire les Sahraouis Mauritaniens, Maliens, Algériens………oui c’est vrai, ils ne sont pas libre, ils sont séquestrés dans des camps à Tindouf par le régime des caporaux Algériens. Allez avouez le, au lieu défendre les thèses de tes généraux autoproclamés !