Les universités algériennes totalement absentes dans le classement mondial du prestigieux britannique QS

0
334

Les universités algériennes sont totalement absentes dans le classement mondial du britannique QS world university Ranking qui l’un des trois classements majeurs d’universités dans le monde. L’absence des universités algériennes contrastent avec le nombre d’universités africaines qui est  à la hausse dans le classement mondiale de QS est à la hausse. L’Université du Cap garde sa première place continentale tandis que l’Université Future d’Egypte fait son entrée à la 14e position.

Le QS world university Ranking a publié récemment, à savoir le 8 juin dernier, la liste des meilleures universités au monde pour l’année 2023. Le classement dirigé par le cabinet britannique Quacquarelli Symonds comprend en tout 1418 établissements d’enseignement supérieur, dont 32 d’Afrique. Et l’Algérie brille terriblement par son absence.  L’Université du Cap garde la première place du classement. Elle est suivie de sa compatriote de Johannesburg. L’Université américaine du Caire en Egypte réintègre quant à elle le trio de tête qu’elle a quitté en 2021.

De manière générale, l’Egypte est le pays le plus représenté avec 14 universités. Bien qu’elle ait les universités les mieux classées, l’Afrique du Sud ne compte que 9 établissements classés. Les autres universités se trouvent en Tunisie (3 universités), au Soudan (2 universités). Le Ghana, le Kenya, l’Ouganda et le Maroc comptent chacun une université. Les critères de classification utilisés par QS prennent en compte la réputation académique des universités (40%), la réputation et l’employabilité des diplômés (10%), le ratio étudiants-professeurs (20%), les publications scientifiques (20%), le ratio de professeurs internationaux (5%) et le ratio d’étudiants internationaux (5%).

C’est la deuxième fois consécutive que les universités algériennes ne sont pas présentes dans un classement établi par le prestigieux QS world university Ranking. Au début du mois de mai dernier, aucune université algérienne n’a pu se placer parmi les 10 meilleures universités africaines concernant la formation des ingénieurs en 2022.

Le déclassement à l’échelle africaine des universités algériennes confirme leur déclin irrémédiable alors que l’Etat algérien ne cesse de faire des efforts pour les doter de budgets importants afin d’encourager leur productivité et leurs activités scientifiques. Ce déclin compromet dangereusement le développement de notre pays puisqu’il s’avère que nos universités peinent à former des élites de bonne qualité et produire des productions scientifiques ou intellectuelles pouvant leur permettre de se distinguer par leur travail et leur valeur sur la scène internationale.

Fondé en 2004, le Classement mondial des universités QS est devenu la source de données comparatives la plus populaire au monde sur les performances universitaires. Il est l’un des trois classements des universités les plus réputés, avec les classements du Times et de l’université Jiao Tong de Shanghai. Au-delà de la publication par QS du portefeuille de classement des universités leaders sur le marché mondial, QS compile également l’enquête internationale sur les étudiants QS. Le classement a été élaboré à partir de 7 filières d’ingénierie et des technologies, à savoir : le génie civil, le génie électrique et électronique, le génie chimique, le génie mécanique, le génie minier, le génie pétrolier, et l’informatique et systèmes d’information.