Les Mensonges de ces Deux Polémistes Exilés qui Trompent nos Concitoyens !

0
361

Certains Bloggeurs ou Vloggeurs algériens établis à l’étranger ne cessent de distiller des fake-news et des explication complotistes sur l’actualité en direction des citoyens algériens, dans le seul but de faire du buzz et susciter un maximum de nombre de vues, synonyme de rémunération plus importante, quitte à inventer de toutes pièces leurs rocambolesques révélations.

Auteur : [email protected]

Certains affirment même se substituer à une source de communication fiable et annoncent que leurs informations leur proviennent du cœur de l’Armée Algérienne.

Il y a quelques heures, un ancien journaliste algérien, exilé en France, a publié une vidéo dans laquelle il donnait une fausse information, trompant gravement son public sur un sujet qu’il ne maitrise pas.

En effet, ce personnage aigri et vieillissant a déclaré, toute honte bue, que le Colonel en retraite Hocine Hamid, dit Boulahya, aurait changé de nom pour échapper à la justice, et aurait pris le nom de Hocine Smahi…

Il a même assuré que celui-ci venait d’être promu général de l’Armée algérienne lors de la dernière cérémonie du 5 Juillet 2022.

N’hésitant pas à tomber dans le discrédit le plus total, notre polémiste à l’insulte facile et à la moralité douteuse a même osé présenter une photo d’un haut gradé de l’armée, certifiant à ses followers qu’il s’agissait de Hocine Boulahya.

Or tout ce qu’a rapporté ce personnage est faux ! La photo présentée est celle du Général Hocine Smahi.

Ce dernier, promu Général au mois de Juillet dernier, est Responsable de la coopération à la Direction de la Documentation et de Sécurité Extérieure (DDSE).

Hocine Smahi a été promu en étant le deuxième plus haut gradé du service, au détriment du Colonel Boualem Bendhina, plus ancien haut gradé du service, mais écarté par la hiérarchie après 14 ans au même grade de colonel.

Selon nos informations, Bendhina souffre d’un comportement inadéquat et d’un passif qui n’a pas fait l’unanimité au niveau de l’Etat-Major.

Hocine Smahi, homme discret et apprécié par ses pairs, est originaire de l’Ouest de l’Algérie alors que le Colonel Hocine Boulahya est de la Kabylie.

Comme on le voit, ces deux hauts personnages de l’Armée sont totalement différents et ont chacun un profil distinct.

En aucun cas on peut les confondre quand on a un minimum de connaissance ou de déontologie !

Par ailleurs comment peut-on mentir publiquement et induire en erreur les citoyens algériens en leur faisant croire que dans une promotion officielle on aurait trafiqué le nom d’un militaire et en même temps lui attribuer un grade ?

Cela, tous les militaires compétents et les civils avec un minimum de diligence le savent.

C’est là manifestement une histoire inventée de toutes pièces dans le seul but de discréditer, car ce genre de personnage pense qu’il suffit d’insulter un militaire ou un politique pour être référencé opposant !

Dans un autre registre, un autre blogguer exilé à Londres, plus cocasse et plus folklorique mais néanmoins tout aussi léger, a affirmé quant à lui que l’ex-journaliste exilé en France aurait participé à des exactions et des actes de tortures à la fin des années 80 en Algérie.

Une affirmation dénuée de tous fondements, notre personnage n’a jamais été dans l’opérationnel et était à cette époque affecté au suivi des mouvements du Polisario et Palestiniens. Pris sous l’aile du Général Betchine, une année après sa nomination fin octobre 88 à la tête de la Direction générale de la Prévention et de la Sécurité (DGPS), le polémiste aujourd’hui exilé en France a été remercié à l’arrivée du Général Toufik en septembre 90 à la tête de la Direction du Renseignement et de la Sécurité (DRS), nouvelle organisation des services.

Ce dernier avait dit de notre polémiste qu’il avait « la tête d’un traitre »…

Il ne s’était apparemment pas trompé ! Le personnage est aujourd’hui visé par plusieurs enquêtes pour escroquerie, outrages, appartenance à une organisation terroriste et atteinte à l’unité nationale !