Les hôpitaux algériens vont coûter en 2022 près de 2,3 milliards d’euros

4
1041

Les hôpitaux publics et les structures de la santé publique vont coûter à l’Algérie pas moins de 2,3 milliards d’euros, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. En effet, c’est un budget équivalent à 361 milliards de Da qui a été alloué par le gouvernement algérien en 2022 pour financer les hôpitaux publics, polycliniques et l’ensemble de toutes les structures publiques de soins médiaux. 

Ce budget a été confié par le gouvernement au ministère de la Santé. Il s’inscrit dans le cadre de la participation de l’Etat aux dépenses de fonctionnement des établissements
publics hospitaliers, des établissements publics de santé de proximité, des établissements hospitaliers spécialisés et des centres hospitalo-universitaires. Ce chapitre budgétaire est entièrement pris en charge par le ministère de la Santé.

Il s’agit de la dépense la plus importante et élevée du ministère de la Santé. Ce département ministériel a bénéficié en 2022 d’un budget dépassant les 439 milliards de Da, soit l’équivalent de près de 2,8 milliards d’euros. En dépit du montant élevé et impressionnant de ces budgets, il s’avère que les hôpitaux algériens demeurent largement sous-équipés et incapables de répondre convenablement aux besoins élémentaires de la population algérienne.

Pis encore, les hôpitaux publics algériens suscitent quotidiennement l’indignation des patients en raison de leur dépérissement continu qui remonte à de très nombreuses années.  Hygiène lamentable, des équipements vétustes et pénurie des médicaments ainsi que de divers produits pharmaceutiques indispensables pour les soins intensifs que nécessitent les cas les plus graves de COVID-19, la situation chaotique des hôpitaux algériens est régulièrement illustrée par des images prises par des témoins oculaires et des patients infortunés ayant subi les désagréments de ces structures publiques dignes des établissements situés dans une « zone de guerre ».

Depuis le début de la pandémie de la COVID-19, les Algériennes et Algériens ont redécouvert à leur corps défendant la réalité amère de leurs hôpitaux. Au sein des unités COVID-19 de tous les hôpitaux du pays, les chambres sont si sales que les familles des patients hospitalisés sont contraints de faire eux-mêmes régulièrement le ménage pour un minimum de propreté. C’est dire enfin que les patients algériens n’ont ainsi jamais senti l’odeur de cet argent public dédié soi-disant à leurs hôpitaux.

4 COMMENTS

  1. Longue vie à Boumedienne et son frére de combat Bouteflika , les pères du pays depuis sa création en 1962, qui ont instauré les solides bases de l’Algérie , en éliminant les traitres ( comme Chaabani et autres) et en donnant le plein pouvoir aux glorieux militaires compatriotes (comme Belkhir et Nezzar) , et longue vie aussi aux 6 millions 532 302 des chouhadas. 1, 2, 3 VIVA L’ALGERIE de TEBBOUNE et CHENGRIHA qui ont pris le flambeau des 2 pères du pays

  2. Super, bientôt les patients pourront allez à l’hôpital Sans emmener leurs paquetages.
    Et surtout peut être ils pourront se faire opérer sans fournir du fil et des aiguilles, l’alcool la betadine et les compresses. Car pour ceux qui l’ignorent c’est cela la réalité du meilleur système de santé de presque du monde.