Les Etats-Unis dressent un tableau noir des droits de l’homme en Algérie

11
2139

Les États-Unis ont dressé un tableau noir sur la situation actuelle des Droits de l’Homme en Algérie. Le département d’État des États-Unis, le département exécutif fédéral des États-Unis chargé des relations internationales, a effectivement dénoncé et répertorié toutes les violations des libertés publiques et civiles en Algérie dans l’édition 2020 des Rapports sur les pratiques relatives aux droits de l’Homme. 

Tous les ans depuis 1977, par le biais de ce rapport, le département d’État  met le monde en demeure que nous dénoncerons les violations des droits de l’Homme, où qu’elles se produisent. Le rapport annuel présente les faits sur les pratiques des droits de l’Homme dans environ 200 pays, évaluées conformément à la Déclaration universelle des Nations unies sur les droits de l’Homme. Au fil des ans, la diplomatie américaine a utilisé ce rapport pour pousser des gouvernements de par le monde à changer de cap et à cesser de commettre des actes de brutalité et d’autres abus.

En Algérie, la situation est vraiment très inquiétante et dramatique. Le rapport du Département d’Etat des Etats-Unis a souligné de nombreux dérapages et atteintes fondamentales aux droits les plus élémentaires des Droits de l’Homme en Algérie.

« Les principaux problèmes relatifs aux droits de l’Homme ont compris la détention arbitraire, les prisonniers politiques, le manque d’indépendance et d’impartialité de la justice, l’intrusion illégale dans la vie privée, de graves restrictions à la liberté d’expression et de la presse, y compris les lois pénales sur la diffamation, les arrestations de journalistes et le blocage de sites », a énuméré ainsi la diplomatie américaine dans son rapport retraçant l’actualité algérienne de l’année 2020.

« Il y a eu des signalements importants d’abus psychologiques et physiques dans les centres de détention qui ont soulevé des problèmes de droits de l’Homme. Les avocats et militants des droits de l’Homme se sont déclarés préoccupés par la gestion du Covid-19 dans les prisons », a également déploré ce rapport dans le chapitre concernant les conditions d’incarcération.

Le rapport du département d’État des Etats-Unis a décrit l’usage excessif du mandat de dépôt par la justice algérienne. « La loi interdit les arrestations et détentions arbitraires. Un détenu a le droit de faire appel de l’ordonnance de mise en détention provisoire d’un tribunal et, s’il est libéré, de demander réparation au gouvernement. Néanmoins, la surutilisation de la détention provisoire demeure un problème. Une augmentation de la détention provisoire a coïncidé avec le début du mouvement de protestation populaire en février 2019 », reconnaît ce rapport de  la diplomatie américaine.

Le même rapport dénonce aussi les conditions de détention dans les prisons algériennes.  « Le gouvernement a utilisé des installations spécifiques pour les détenus de 27 ans et moins. La Direction générale de l’administration pénitentiaire et de la réinstallation (DGAPR) du ministère de la Justice a maintenu différentes catégories de prisons qui séparaient également les détenus en fonction de la durée de leur peine », note le rapport américain d’après lequel le  gouvernement algérien « a reconnu que certains centres de détention étaient surpeuplés, mais a indiqué qu’il utilisait des alternatives à l’incarcération telles que la libération de prisonniers avec des bracelets électroniques, la libération conditionnelle et le remplacement des peines de prison par des travaux d’intérêt général obligatoires pour réduire la surpopulation ».

Enfin, d’après ce rapport approfondi de la diplomatie américaine, le ministère de la Justice en Algérie « a déclaré que la taille des cellules dépassait les normes internationales en vertu des règles Nelson Mandela des Nations Unies ». La situation est donc bel et bien dramatique pour les droits civiques en Algérie. Soulignons en dernier lieu que les Etats-Unis font tous les ans des recherches et publient des rapports sur chaque pays dans le monde, y compris les Etats-Unis eux-mêmes, couvrant toute une gamme de domaines.

Ces rapports sont destinés à apporter la lumière sur le respect des droits de l’homme et les libertés fondamentales, tels que soutenus par les traités internationaux. Ces rapports se basent sur les informations à la disposition du grand public ainsi que sur les conversations que des responsables des Ambassades américaines ont tenues avec ceux qui travaillent sur terrain.

11 COMMENTS

  1. Je suis peut être con, mais je viens de regarder une vidéo de l’entraîneur » » BINATIONAL » Djamel Belmadi, exhibé dans un hôpital par un sinistre !
    Accueilli par des youyous !!!
    J’aimerais juste savoir si dans un autre pays au monde même dans les pires dictatures cela se passe comme cela ?
    Un hôpital !!!!
    Dans tous les hôpitaux du pays basque, un grand panneau silence est à l’entrée et dans tous les services le même panneau.
    Je me dis qu’en Algérie on est en train d’inventer de nouvelles normes.
    Trouhou Ga3 ya Ouled lahram avec vos suppots, sinon c’est la fin des haricots.

  2. Tous cela c’est de la poudre aux yeux, les Etats unis et les autres pays occidentaux savent très bien ce qui ce passent en algérie depuis 62, mais tant que leur intérêts sont garantis ils ne trouvent rien à redire.
    Pourtant lorsque que ce sont des pays qu’ils considèrent comme des ennemis ils ne ce gênent pas pour adopter des sanctions pour les affaiblir économiquement comme la russie , l’iran , le vénézuela….

    Mais si vous leurs montrer pate blanche alors là c’est différent, le meilleur exemple, l’arabie saoudite l’un des pays les plus autocrates de la terre, et bien c’est l’allié des etats unis et des occidentaux , ils leurs vendent des armes pour bombarder le yemen provoquant la pire crise humanitaire d’après l’ONU, assassine le journalise kashoggi en toute impunité et je ne parle même pas du droit des femmes mais bon les donneurs de leçon occidentaux ne sont plus a une contradiction près.

    la morale dans tous cela c’est qu’ils n’ont plus aucune crédibilité pour donner des leçons de démocratie.

  3. Depuis quand les usa sont une référence pour parler des droits de l’homme ? Eux qui ont tués dans leur pays et dans le monde entier des millions et des millions de femmes et d’enfants ? Ce sont parmi les plus grands criminels de l’histoire moderne….

  4. Au 21è siècle, les occidentaux dont les USA en tête, ont compris que la « Démocratie » est devenue une denrée rare non exportable dont il faut seulement entretenir l’illusion tout en continuant à caresser dans le sens du poil les dictatures qui font pour eux le sale boulot de répression des peuples. Pour eux, c’est tout bénéfice en déléguant les taches de guerres couteuses à cette nouvelle génération de Harkis-sous-traitants occidentaux. Ces individus mal léchés qui nous gouvernent sont fiers de s’asseoir aux mêmes tables que leurs nouveaux maîtres. Via ces demeurés qui nous sucent le sang, ils nous siphonnent aussi les substances de nos pays en les accueillant avec tous les égards dû aux parvenus qu’ils sont ! Alors, un Conseil : « Pour la Démocratie, on n’est mieux servis que par soi-même » !

  5. Apres l’ONU, ca sent vraiment mauvais pour les généraux tortionnaires que la plus grande puissance mondiale publie des rapports de cette nature sur leurs actes quasi quotidiens contre le Peuple Algérien. Le sort de ces généraux ballote entre le TPI et la justice de l’Algérie de demain, ils sont cuits et cette fois la France de Macron ne peut rien faire pour les sauver des mains du Peuple Algérien déterminé a finir avec régime de voyous et harkas!
    DRS terroristes
    Generaux assassins
    Et vive l’Algérie

  6. Sans Dick Cheney qui en 1993 qui a obtenu de Toufiq le genocidaire a la tete du DRS, une carte blanche et la main-mise a traver Halliburton et British Petroleum sur tous le secteur des hydrocarbure en Algerie. Les generaux genocidaires ne seraient pas maintenant guarantie d’une impunite’ sur leurs crimes de la part des USA, France et Europe. Alors! que ces criminels assassins de masses se la ferme!

  7. Après ce constat terrible sur les droits de l’homme, le pouvoir algérien est très crédible quand il défend les droits de l’homme des polisariens persecutés par les mechants marocains!
    Ce pouvoir de lâches, torture, viole, emprisonne y compris des enfants et IL OSE se la ramener sur les droits de l’homme au Sahara occidental!!! On doit bien rigoler dans les ambassades étrangères sur ces clowns serviles uniques au monde.

  8. Depuis 62 que cela dure cette persecution des Imazighen en Algerie : assassinats, tortures, maltraitements, denigrements,fausse accusations, .. la liste est longue.

    —————
    Mars 30,2021
    Un jeune a été condamné à la prison ferme, pour le port du drapeau berbère. C’est ce qu’a rapporté le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), ce mercredi 31 mars 2021, dans un communiqué rendu public sur sa page Facebook. Originaire de la wilaya de Tizi-Ouzou et répondant au nom de Yassine Kaous, le mis en cause a été condamné par le tribunal de Boumerdès par contumace, indique la même source.
    “Yassine Kaous (résident à Idjeur, daïra de Bouzeguene, Tizi Ouzou) vient d’être informé ce mercredi 31 mars 2021 d’une condamnation par contumace à 3 ans de prison ferme assorti d’une amende de 100 000 dinars, et ce, pour atteinte à l’unité nationale”, peut-on en effet lire dans le communiqué.

  9. Maroc: les violations des droits de l’Homme à un niveau jamais vu depuis 1990
    Le nombre de prisonniers politiques et de personnes détenues de manière arbitraire au Maroc est en recrudescence. C’est ce qui ressort du dernier rapport de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH) publié le 1er novembre 2018. Les violations des droits de l’Homme ont atteint, selon elle, un niveau jamais vu depuis les années 1990.
    Article rédigé par

    Alain Chémali
    France Télévisions Rédaction Afrique

    Et que dire si Pedale6 ne dilapident pas des centaines de millions de dollars en lobbying pour ne pas que ce genre d’informations fuite….ahahahhaahhaha…