5.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

Les émeutes du sud contre le chômage et la pauvreté s’étendent à la wilaya de Ghardaia

- Advertisement -
- Advertisement -

Les émeutes du sud contre le chômage et la pauvreté ne cessent de se propager de jour en jour. Mercredi soir, des violentes protestations populaires contre la précarité et la misère sociale ont éclaté dans des localités de la wilaya de Ghardaia notamment à Zelfana distante de plus de 459 KM au sud de la capitale Alger. 

Il s’agit de l’une des localités les plus importantes de la wilaya de Ghardaia. Des groupes de jeunes manifestants ont procédé à la fermeture de plusieurs accès routiers de la Zelfana en brûlant des pneus et élevant des barricades fumantes derrière lesquelles se sont retranchés des émeutiers en colère et prêts à en découdre avec les forces de sécurité.

Une atmosphère très tendue s’est emparée rapidement de l’agglomération de Zelfana et les tensions ont perduré durant une bonne partie de la nuit de mercredi. Les jeunes de la région partagent les frustrations des chômeurs des localités d’Ouargla qui manifestent violemment depuis plus de 6 jours. Plusieurs observateurs assistent avec beaucoup d’appréhension à l’expansion de ce mouvement de protestation qui gagne, désormais, plusieurs wilayas.

Pour rappel, mercredi matin, c’est à In Salah et Illizi que des jeunes chômeurs sont passés à l’action en occupant les rues et en bloquant l’accès à plusieurs routes principales de leurs localités. A Ouargla, les manifestations s’intensifient en raison principalement d’une répression menée tambour battant qui ne recule pas car les autorités locales apportent, pour le moment, qu’une seule réponse aux revendications des jeunes manifestants : les balles en caoutchouc, le gaz lacrymogène et les camions blindés pour disperser les émeutiers. De la violence qui se rajoute à d’autres violences. Et le malaise se répand, désormais, comme une traînée de poudre à plusieurs régions du sud algérien.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

4 COMMENTS

  1. Je croyais que le pouvoir avait découvert le mouton à cinq pattes à sacrifier pour faire la fête !
    Finalement, la Kabylie n’est que l’arbre qui cache la forêt. Il faudrait au régime vite adapter son logiciel obsolète en repoussant les murs de ses prisons, car c’est tous les Algériens qu’il faudrait y jeter.
    Ça ressemble à l’histoire de la grenouille 🐸 qui veut se faire aussi grosse que le bœuf !

  2. Le Hirak ne parviendra à balayer le regime que par l’emeute la plus violente possible. Aussi, aux démocrates algériens d’actionner les pressions de la communauté internationale notamment via le Tribunal Penal International dont les generaux ont une peur bleue. Les slogans silmiya font sourire les brutes du pouvoir algérien militaire qui ont la dictature dans les gènes.

  3. Pour une fois je suis tout à fait d’accord avec vous tous les trois, il faut répondre au pouvoir et sa hogra au coup par coup et ce n’est pas par les pleurs ni les cris ni la petite promenade du vendredi ,il faut passer à la 2 em étape et surtout ne pas fléchir.