5.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

Les documents compromettants sur le patron du PSG, le Qatar et la Coupe du Monde 2022 ont été cachés à… Alger

- Advertisement -
- Advertisement -

Une valise rouge ayant contenu des documents très compromettants sur la vie privée et les deals secrets du patron du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, un proche de l’émir du Qatar qui occupe, entre autres, les postes de président du Paris-Saint-Germain (PSG) et de patron du groupe BeIN Media, a transité par Alger entre 2019 et 2020, ont révélé plusieurs sources médiatiques françaises. Cette valise aurait contenu également des documents très compromettants sur les dessous de l’organisation de la Coupe du Monde 2022 par le Qatar ainsi que les relations tissées secrètement par le controversé Emirat avec de nombreux dirigeants politiques français et des hauts responsables influents du football européen. 

Cette fameuse valise rouge a été cachée à Alger par un homme d’affaires franco-algérien qui alimente depuis plusieurs semaines un inédit scandale d’espionnage que plusieurs importants médias français n’hésitent pas à qualifier de « scandale d’Etat ». Cet homme d’affaires s’appelle Tayeb Benabderrahmane.

Méconnu en Algérie, ce businessman d’origine algérienne et titulaire également de la nationalité algérienne est né à Gennevilliers, en région parisienne. Réputé pour être habitué de la tribune présidentielle du Paris-Saint-Germain (PSG), au Parc des princes, à Paris, Tayeb Benabderrahmane a fait sa fortune dans la logistique, le transport routier et le BTP au sein du groupe guinéen F2B, auquel il est associé. « Très jeune, au début des années 2000, sa route croise celle de Souaibou Cissé, son voisin dans le département des Hauts-de-Seine. L’ex-ambassadeur de Guinée équatoriale en France et conseiller influent du chef de l’État Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, depuis reconverti dans le lobbying, lui met le pied à l’étrier et lui présente la « faune » des grands hôtels parisiens », nous apprend à son sujet le magasine généralement très bien informé Jeune Afrique.

Grâce à sa fortune et ses connexions, le franco-algérien Tayeb Benabderrahmane tisse des réseaux avec d’importantes personnalités politiques françaises à l’image des anciennes ministres Yamina Benguigui et Rachida Dati. Les médias français le remarquent lorsqu’il s’est imposé comme l’un des lobbyistes sollicités par divers dirigeants libyens pour trouver des soutiens en France et en Europe. Selon Jeune Afrique, c’est lui qui avait notamment organisé la visite à Brazzaville du maréchal Haftar le 16 septembre 2017. « Plus récemment, c’est aussi lui qui était à la manœuvre pour organiser la rencontre, le 26 juillet 2021 dans la capitale congolaise, entre le président libyen Mohammed el-Menfi et Denis Sassou Nguesso, le chef du Comité de haut niveau sur la Libye à l’Union africaine », nous apprend à ce sujet Jeune Afrique.

Seif el-Islam Kadhafi, le fils de Mouammar Kadhafi, s’était lui aussi offert fin octobre 2021 les services de l’homme d’affaires franco-algérien bien connecté afin de défendre ses intérêts en France et en Europe en prévision de sa candidature à la prochaine présidentielle libyenne.

Le lobbyiste Tayeb Benabderrahmane va ainsi se retrouver au coeur d’une sombre affaire d’espionnage impliquant le Qatar et l’influent Nasser Al-Khelaïfi. Tout a commencé le 29 septembre 2022 lorsque le businessman franco-algérien a été placé en garde-à-vue pour « faux et usage de faux », « corruption », « recel et complicité de détournement de la finalité d’un fichier ». Cette garde-à-vue a duré soixante-douze heures à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), à savoir le renseignement intérieur français, en clair les services secrets.

Tayeb Benabderrahmane est soupçonné d’avoir joué un rôle clé dans une affaire d’espionnage inédite en France et au Qatar. Selon le prestigieux quotidien français Le Monde, Tayeb Benabderrahmane,  a été arrêté dans le cadre d’une enquête à tiroirs qui a débuté par la mise en examen pour « compromission du secret de la défense nationale » du journaliste d’investigation Alex Jordanov, auteur de Les Guerres de l’ombre de la DGSI (Nouveau Monde, 2019). Les perquisitions menées chez ce dernier ont mené à Malik N., un ex-policier de la DCRI, l’ancêtre de la DGSI, soupçonné d’être l’une de ses sources.

Malik N., reconverti dans la sécurité privée, est devenu, en 2018, référent supporteurs au PSG, où il a gagné la confiance de Nasser Al-Khelaïfi en gérant le dossier sensible des ultras, nous apprend encore Le Monde. Selon Le Parisien, un autre important quotidien français, des vidéos de la vie intime de M. Al-Khelaïfi et des enregistrements de ses conversations privées auraient été retrouvées, en octobre 2021, par les enquêteurs au domicile de Malik N. Ce sont ces informations, documents et matériaux confidentiels qui auraient été cachées dans la fameuse valise rouge cachée par Tayeb Benabderrahmane à Alger.

Les enquêteurs de la DGSI à Paris soupçonnent l’homme d’affaires franco-algérien de jouer un rôle de maître-chanteur, notamment à l’égard du président du PSG. Cependant, un autre média français, Libération a révélé de son côté que l’homme d’affaires Franco-Algérien s’est installé au Qatar en 2019, où il travaillait pour un organisme paragouvernemental essentiellement dans un rôle de lobbyiste en faveur du petit émirat alors en proie au boycott de ses voisins saoudiens, émiratis et bahreïnis.

Arrêté à Doha le 13 janvier 2020 sans explication, Tayeb Benabderrahmane est détenu secrètement et victime, d’après ses avocats, d’actes de torture et de traitements dégradants. « Le but de cette détention, selon ses défenseurs : lui faire rendre tous les éléments qu’il possède sur Nasser Al-Khelaïfi, notamment des informations sur sa vie privée et l’attribution controversée, en décembre 2010, du Mondial de football au Qatar », explique Le Monde en faisant allusion aux fameux documents cachés dans la Valise Rouge qui était cachée à… Alger.

« Au fur et à mesure que sa femme restitue des clés USB et disques durs, sa situation s’améliore. Il est transféré dans une prison officielle, puis assigné à résidence », indique encore Le Monde. Tayeb Benabderrahmane a été remis en liberté après la signature, à Paris, en octobre 2020, d’un protocole d’accord de confidentialité entre ses avocats et ceux de M. Al-Khelaïfi. Il a été ensuite expulsé vers la France le 1er novembre 2020.

Nasser Al-Khelaïfi et les autorités qataries ont donc réussi à récupérer la fameuse valise rouge cachée à Alger et l’affaire aurait pu s’arrêter-là. Mais en France, les investigations de la DGSI ont fait éclater le scandale qui pourrait avoir des rebondissements majeurs dans les prochaines semaines. L’affaire est, désormais, entre les mains des magistrats français.

« Désireux d’obtenir réparation pour sa détention et l’appropriation de ses biens, M. Benabderrahmane a déposé deux plaintes contre X avec constitution de partie civile à Paris en août, l’une pour « séqeuestration et torture », l’autre pour « extorsion et complicité » », signale à ce propos Le Monde.

Le 5 octobre 2022, l’un des avocats de Tayeb Benabderrahmane, Me Juan Branco, a fait de graves allusions au contenu des informations dissimulées dans les documents qui étaient cachées dans la fameuse valise rouge mise à l’abri pour un temps à Alger. Selon Juan Branco, les informations de la valise rouge cachée à Alger « impliquent une des personnes les plus puissantes du monde ». « Cette affaire permet de se rendre compte de la centralité de la France dans ce processus [d’obtention du Mondial 2022] et de l’importance de maintenir en place un appareil de corruption et de répression afin de s’assurer que tout se passe comme prévu », a ajouté enfin le même avocat sans vouloir fournir des détails précis.

 

 

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -