5.9 C
Alger
dimanche, février 5, 2023

Les autorités algériennes republient leur liste « officielle » des personnes et entités terroristes

- Advertisement -
- Advertisement -

Après avoir procédé à deux reprises à sa suppression pour des motifs qui demeurent encore inexpliqués et mystérieux, les autorités algériennes ont republié leur liste « officielle » des personnes et entités classées comme « terroristes ». 

Depuis ce vendredi 4 mars, cette liste est effectivement consultable sur le site officiel du Journal Officiel de la République algérienne. Elle a été publiée dans les colonnes du Journal Officiel numéro 11 datant du 27 février 2022. Comme lors des deux précédentes publications supprimées par la suite pour des raisons inconnues, les autorités algériennes ont établi une liste de 16 personnalités politiques ou médiatiques classées officiellement comme étant « terroristes » et affiliées à des « organisations » classées comme des mouvances « terroristes ».

Pour établir cette liste, les autorités algériennes se sont appuyées sur l’arrêté du 5 Rajab 1443 correspondant au 6 février 2022 portant inscription sur la liste nationale des
personnes et entités terroristes. Cet arrêté indique que « la publication de la liste citée à l’article 3 ci-dessus, est considérée comme notification aux chargés de l’exécution pour prendre les mesures nécessaires afin d’interdire l’activité de la personne ou de l’entité inscrite sur la liste, saisir et/ou geler ses fonds et les fonds provenant des biens lui appartenant ou qui dépendent, directement ou indirectement, de son contrôle ou du contrôle des personnes agissant pour son compte ou qui obéissent à ses ordres, tout en prenant en considération les droits des tiers de bonne foi, et lui interdire de voyager (concernant les personnes), selon les articles de 22 à 30, 32, 37 et 38 du décret exécutif n° 21-384 du 30 Safar 1443 correspondant au 7 octobre 2021 susvisé ».

Signé par le ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, le même arrêté établit ainsi la liste des 16 personnalités accusées de terrorisme. Et cette liste comprend Mourad Dhina, Larbi Zitout, Yahia Makhiouba, et plusieurs autres membres du mouvement Rachad classé et considéré officiellement comme « terroriste » par le régime algérien. Sur cette liste, nous retrouvons aussi plusieurs cyberactivistes et influenceurs comme Hichem Aboud ou Amir Dz. Par ailleurs, tous les membres influents du mouvement MAK, l’autre mouvement classé comme « terroriste » par le régime algérien, figure sur cette liste des personnes classées
comme « personne terroriste ». Nous retrouvons ainsi Ferhat Mehenni, Ferhouh Hanafi, Louerguioui Jugurta ou encore Merzoug Abderrahmane.

Rappelons enfin que la commission de classification des personnes et entités terroristes est régie par le décret exécutif fixant les modalités d’inscription et de radiation de la liste nationale des personnes et entités terroristes et des effets qui en découlent. Ce décret a été publié au mois d’octobre 2021 au Journal officiel. Dans son article 2, le décret stipule qu’une Commission de classification des personnes et entités terroristes ainsi qu’une liste nationale des personnes et entités terroristes ont été instituées en vertu de l’article 87 bis 13 du code pénal. Les demandes d’inscription et de radiation de la liste sont adressées au président de la commission et inscrites, par ordre chronologique, sur un registre ad hoc.

La commission est chargée de la classification des personnes et entités terroristes, leur inscription et radiation de la liste. La liste est tenue par la commission qui veille à son actualisation. Elle est affichée sur son site électronique et est également affichée sur le site de la cellule de traitement du renseignement financier.

La publication au Journal officiel de la décision d’inscription sur la liste vaut notification des chargés d’exécution pour prendre les mesures nécessaires afin d’interdire l’activité de la personne ou de l’entité inscrite sur la liste, confisquer et/ ou geler ses fonds ou lui interdire de voyager. Cette commission est présidée par le ministre chargé de l’intérieur et composée des membres suivants : le ministre chargé des affaires étrangères ou son représentant, le ministre de la justice, garde des sceaux ou son représentant, le ministre des finances ou son représentant, le représentant du ministère de la défense nationale, le commandant de la gendarmerie nationale, le directeur général de la sûreté nationale, le directeur général de la sécurité intérieure, le directeur général de la documentation et de la sécurité extérieure, le directeur général de l’organe national de prévention et de lutte contre les infractions liées aux technologies de l’information et de la communication, le président de la cellule de traitement du renseignement financier.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

1 COMMENT

  1. Un sinistre de l’intérieur pourri jusqu’à la moelle de os qui accuse des Algériens libres de terroristes.
    Les seuls terroristes sont ceux qui sont au pouvoir et cette armée de mercenaires corrompus.
    Vous êtes la risée du monde. Le dernier pays d’Afrique à plus de crédibilité que vous.
    Vous allez finir comme ont finit tous ceux avant vous. Votre parrain la putain va tomber c’est sûr ,et les chinois vont faire de vous des Ouïghours.