Les Algériens se marient de moins en moins

1
769

Les Algériens se marient de moins en mois. Et cette tendance baissière du mariage en Algérie est confirmée officiellement par les plus récents chiffres sur l’évolution démographique dans notre pays qui témoignent d’un désintérêt de plus en plus accru des Algériens pour le mariage.  En effet, l’Office National des Statistiques (ONS) vient de révéler à ce sujet de nouvelles statistiques sur la démographie algérienne et ses nouveaux indicateurs enregistrés en 2020. Et les données de l’ONS révèlent que l’année 2020 a connu une baisse substantielle des unions contractées entre Algériens et Algériennes. 

« Enclenchée depuis 2014, la baisse de l’effectif des mariages se poursuit, mais avec
un rythme plus accéléré en 2020 ; les bureaux de l’état civil ont enregistrés 283 000 unions au cours de l’année 2020, soit une baisse relative de plus de 10% par rapport à l’année 2019 », explique à ce sujet l’ONS dans son dernier bulletin de statistiques retraçant les évolutions de la démographie algérienne. Ces nouvelles données résument les évolutions constatées et enregistrées en 2020.

L’ONS reconnaît à ce sujet que « le taux brut de nuptialité poursuit ainsi sa décroissance, passant de 7,26‰ à 6,41‰, soit le même niveau observé au début des années 2000 », souligne à ce sujet l’organisme gouvernemental algérien chargé de recueillir les données et statistiques sur les évolutions socio-économiques du pays.

Cependant, l’ONS croit savoir que la baisse des mariages en Algérie a été renforcée en 2022 par la pandémie de la COVID-19. Dans son bulletin de statistiques sur la démographie, l’ONS cite effectivement « un effet conjoncturel partiel induit par la pandémie » pour expliquer une cette importante baisse des mariages en Algérie, mais sans donner des arguments chiffrés et de nouvelles interprétations approfondies.

L’ONS note enfin dans son dernier rapport sur la démographie algérienne un important impact de la « modification de la structure par âge de la population sur le recul du volume des mariages ». En clair, à en croire les statistiques de l’ONS, le nombre des algériens en âge de se marier entament une baisse continue ces dernières années.

« En effet, l’évolution de la population âgée de 20 à 34 ans (population où se contracte 80%
des mariages4 ), fait ressortir une régression du volume de celle-ci d’une allure assez visible à partir de 2015, laquelle population est passée de 10,997 millions à 10,427 millions entre 2015 et 2020 », explique enfin l’ONS dans son bulletin démographique qui défend la thèse selon laquelle il y a une « corrélation » avérée « entre l’évolution du volume de la population âgée entre 20 et 34 ans et celui des mariages est clairement établie ».

Il semble en dernier lieu que l’ONS écarte arbitrairement les raisons socio-économiques liées au chômage, la mal-vie, la précarité sociale et l’appauvrissement de la population algérienne, pour expliquer cette baisse permanente des mariages en Algérie. Ce qui dénote d’une volonté manifeste pour occulter une certain réalité sociale et économique dans notre pays.

 

1 COMMENT