Les Algériens représentent au moins 33 % des flux d’immigration irrégulière vers l’Europe sur la route de la Méditerranée occidentale

0
319

Les migrants clandestins algériens ont représenté en 2021 jusqu’à 33 % des flux d’immigration irrégulière vers les pays de l’Union Européenne sur la route de la Méditerranée occidentale, souligne à ce propos un récent rapport détaillé et approfondi établi par une commission d’enquête mise en place par le Sénat français au sujet de l’efficacité de la politique d’immigration menée en France et dans les autres pays européens. 

Ce rapport indique effectivement que les flux de migrants illégaux sur la route de la Méditerranée occidentale ont atteint niveau élevé en 2021 avec l’arrivée sur le sol européen de pas moins de 41 945 migrants, dont près de 60 % proviennent du Maroc (33 %) et de l’Algérie (33 %).

Le même rapport nous apprend également que la France subit particulièrement une importante pression migratoire. « La situation observée en France correspond en tout point aux tendances observées à l’échelle européenne. Les données transmises par la direction générale des étrangers en France (DGEF) font état, pour 2021, d’une augmentation conséquente de la pression migratoire aux frontières terrestres avec l’Italie (+ 96 %) et l’Espagne (+ 133 %) ». Il est à signaler à ce sujet que la frontière franco-espagnole est devenue une zone très prisée par les migrants et harragas algériens qui transitent par l’Espagne pour rallier la France où ils cherchent à s’établir définitivement en quête de meilleures perspectives de vie.

Ce rapport dressé par une commission du sénat français signale, par ailleurs, que l’année 2021 fut marquée en Europe par une explosion inédite du phénomène de l’immigration illégale ou irrégulière.  « Si les mesures de fermeture des frontières mises en place dans tous les pays du monde en réaction à la pandémie de Covid-19 avaient mécaniquement réduit la pression migratoire aux frontières de l’Europe, cette période d’accalmie semble désormais arrivée à son terme », reconnaît à ce sujet ce rapport sénatorial français qui cite de nombreux chiffres communiquées par le directeur central de la police française aux frontières lors de son audition par des sénateurs.

« Au cours de l’année 2021, 196 034 entrées irrégulières sur le sol européen ont ainsi été détectées, en hausse de 54 % par rapport à l’année précédente », détaille enfin ce rapport sénatorial selon lequel la route de la Méditerranée centrale est désormais la première voie d’entrée en Europe, avec le passage de 68 318 personnes en 2021 (+88 % par rapport à 2020), soit plus d’un migrant sur deux (53 %). Près d’un quart sont des Tunisiens (23 %).