5.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

Le régime Tebboune va dépenser l’équivalent de plus de 100 milliards de dollars USD par an jusqu’à 2025 : l’inquiétante boulimie

- Advertisement -
- Advertisement -

Le régime politique mis en place par Abdelmadjid Tebboune sera considéré comme le régime le plus dépensier, gaspilleur, voire dilapidateur de l’histoire de l’Algérie contemporaine. Et pour cause, les plans économiques et financiers établis par l’actuel pouvoir algérien indiquent que les dépenses publiques et budgétaires dépasseront les 100 milliards de dollars USD par an des cette année 2023 et ce train de vie très onéreux de l’Etat va perdurer sur ce rythme inédit de dépenses jusqu’à 2025. 

Oui, avec Abdelmadjid Tebboune au pouvoir, l’Etat algérien va dépenser l’équivalent de plus de 100 milliards de dollars USD par an jusqu’à 2025. Jamais, au grand jamais, l’Etat algérien n’aura connu un niveau aussi élevé de dépenses budgétaires. En effet, pour l’année 2023, l’Etat va consommer pas moins de 13.786,8 milliards de DA, à savoir l’équivalent de plus de 100 milliards de dollars USD. En 2024, l’Etat algérien va poursuivre le même rythme de dépenses budgétaires et totalisera pas moins de 13.918,4 milliards de DA, à savoir l’équivalent de plus de 101 milliards de dollars USD. En 2025, ces dépenses budgétaires seront toujours de l’ordre de 13.918,4 milliards de DA, soit toujours l’équivalent de plus de 101 milliards de dollars USD.

Ainsi, en à peine trois ans, l’Etat algérien va consommer des budgets de plus de 300 milliards de dollars USD, un record rarement égalé dans l’histoire récente de l’Algérie d’autant plus que la partie dominante de ces financements publics seront essentiellement dédiés pour les budgets de fonctionnement de l’Etat algérien et seulement une infime partie sera consacrée aux dépenses d’équipements, à savoir la construction des infrastructures publiques et le développement des services publics essentiels ou indispensables pour le développement du pays.

En effet, en 2023, les dépenses de fonctionnement augmenteront de 26,9% en 2023 pour atteindre 9.767,6 milliards de DA et elles continueront d’évoluer selon un rythme de croissance de 3,5% entre 2024 et 2025. Cela signifie qu’en 2023, les frais de fonctionnement de l’Etat algérien, vont dépasser l’équivalent des 71 milliards de dollars USD. Et ces dépenses vont croître encore de 3,5 % entre 2024 et 2025 pour dépasser l’équivalent de 75 milliards de dollars USD.

Il faut savoir que le budget de fonctionnement de l’Etat regroupe toutes les dépenses nécessaires au fonctionnement des services des institutions sensibles de l’Etat, c’est-à-dire les dépenses qui reviennent régulièrement chaque année. Il s’agit principalement des postes relatifs aux Charges de personnel, salaires, primes et allocations, achats de fournitures, comme la papeterie, le mobilier ou les équipements informatiques, indispensables pour le fonctionnement des services et institutions étatiques.

Il est à signaler que le masse salariale de tous les fonctionnaires algériens représente jusqu’à 59 % du budget de fonctionnement de l’Etat, les transferts sociaux et les organes de soutien consomment 24 % de ce budget. En 2020, à titre d’exemple, près de 26 milliards de dollars ont été dépensés par l’Etat pour payer les salaires de ses fonctionnaires. Une somme gigantesque et un investissement dépourvu d’impact sur l’économie nationale car ces fonctionnaires font partie de la bureaucratie qui ne produit aucune richesse et ne rapporte aucune valeur ajoutée à l’économie algérienne. En clair, il s’agit de l’argent que l’Etat algérien dépense sans aucun retour sur investissement.

Ces dépenses non-productives vont, malheureusement, augmenter, s’accentuer et s’intensifier d’ici 2025 provoquant ainsi une inquiétante et terrifiante boulimie qui va engloutir des milliers de milliards de Da. Un argent fou qui pourrait être investi sur des projets de production nationale créateurs de richesses et de nouveaux emplois au profit d’une population en proie à un appauvrissement sans précédent depuis les conséquences fâcheuses de la pandémie de la COVID-19 en 2020.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -