Le pouvoir algérien a réussi sa manipulation et les hirakistes ont mordu à l’hameçon

0
1888

Une nouvelle fois, le pouvoir algérien a prouvé sa roublardise en réussissant une parfaite opération de manipulation des masses. Et les hirakistes ont mordu, malheureusement, à l’hameçon. Et cet hameçon s’appelle « Algérie, mon amour », un documentaire diffusé sur France 5 mardi soir.  

Avant même la fin de ce documentaire, les réseaux sociaux étaient en ébullition et de nombreux militants du Hirak, communément appelés hirakistes, ont inondé Facebook et Twitter ou Instagram avec des insultes, des calomnies et des critiques au vitriol. Les hirakistes sont unanimes : ce documentaire ne les représente pas. Pis encore, ils le considèrent comme une insulte au Hirak. Pourquoi ? Parce qu’il ose montrer un couple qui se caresse ou s’embrasse, un jeune manifestant consommateur de bière ou d’alcool, vendeur de bracelets arborant des « symboles sataniques », en réalité de simples pendentifs représentant les tendances de la musique Metal. Rien de méchant ou de monstrueux.

Le documentaire de France 5 n’affirme aucunement qu’il veut représenter le Hirak. Il s’agit d’un récit de l’histoire et du parcours de 5 manifestants qui ont participé activement aux marches populaires du Hirak depuis le 22 février 2019. Mais, en Algérie, le message ne passe pas. Les hirakistes ne digèrent pas ce documentaire qu’ils continuent d’insulter et de vilipender jusqu’à mercredi après-midi.

Pour le régime algérien, c’est un cadeau du ciel. Une occasion en or sur laquelle il saute pour récupérer cette colère populaire sur Facebook afin de se poser en victime d’une campagne de dénigrement menée, dit-il dans un communiqué officiel de la diplomatie algérienne, par des cercles aux « intentions malveillantes et durables de certains milieux qui ne souhaitent pas l’avènement de relations apaisées entre l’Algérie et la France, après 58 ans d’indépendance ».

Le régime algérien convoque son ambassadeur et dénonce des « attaques contre le peuple algérien ». Il veut absolument faire croire au monde entier que lui et les hirakistes sont sur la même longueur d’onde. Et qu’il demeure le défenseur des intérêts nationaux et de l’image sacrée de l’Algérie à l’étranger. Au final, cette campagne de lynchage orchestrée par des hirakistes sur les réseaux sociaux contre le réalisateur du documentaire de France 5 a permis au régime algérien de se replacer sur l’échiquier politique en évacuant totalement la question de sa légitimité contestée massivement depuis plus d’une année.

Désormais, cette dispute extravagante avec les autorités français a totalement passé sous silence les véritables problèmes politiques et économiques de l’Algérie. Ni la répression des libertés publiques, ni les détenus d’opinion, ni la menace d’une faillite financière, ni la mauvaise gouvernance du régime Tebboune, n’ont voix au chapitre. Le régime algérien a réussi à nous faire oublier tous ces problèmes en instrumentalisant la colère des réseaux contre un simple documentaire de 76 minutes. Il en sort plus que jamais renforcé de cette histoire.

Avec de telles manoeuvres, le régime algérien prouve toujours qu’il a une longueur d’avance sur le Hirak. Et ce dernier prouve qu’il n’a pas encore une maturité politique pour éviter les pièges d’une récupération qui lui causera beaucoup de tort à l’avenir.