Le PDG de Sonatrach parmi les PDG les plus puissants du Moyen-Orient en 2022 : pourquoi le classement de Forbes n’est pas fiable

0
405

Depuis plus de 48 heures, tous les médias algériens ont repris sans aucun exercice d’esprit critique une information affirmant que le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, est classé dans le top 100 des PDG les plus puissants du Moyen-Orient 2022. Cette information est, certes, vraie, mais, malheureusement, elle n’est pas fiable et manque cruellement de rigueur. Et pourtant, elle est exploitée massivement par les partisans du PDG de Sonatrach afin de berner l’opinion publique nationale en attribuant à la personne de Toufik Hakkar des mérites qui lui sont totalement étrangers. Explications.

D’abord, il faut savoir que ce n’est pas l’édition américaine du prestigieux magazine Forbes qui a rendu public une liste des 100 PDG du Middle-east (Moyen-Orient) les plus puissants et les plus cotés en 2022. C’est l’édition Moyen-Orient de Forbes qui est à l’origine de ce classement très controversé. Forbes Middle East est beaucoup moins prestigieux et crédible que l’édition originale et américaine de Forbes. En effet,  Forbes est le navire amiral d’un groupe de presse puissant et coté en Bourse. Ce titre ne compte pas moins de 11 éditions étrangères sous licence, publiées par exemple en Turquie, en Pologne, en Corée du Sud.

Aux Etats-Unis, Forbes s’est notamment rendu célèbre en publiant plusieurs classements très remarqués, notamment celui des plus grandes fortunes mondiales, des femmes les plus puissantes du monde, mais aussi des meilleures villes où vivre en célibataire ou encore des véhicules les plus solides.

Cependant, les éditions régionales du magazine américain accusent un important déficit de crédibilité en raison de la primauté des intérêts commerciaux sur les exigences éditoriales. A titre d’exemple, pour le nouveau classement des 100 PDG les plus influents au Moyen-Orient, Forbes Middle East s’est appuyée surtout sur la taille des entreprises en prenant en compte plusieurs paramètres, sans toutefois préciser lesquels pour démontrer la rigueur de la démarche journalistique utilisée dans l’élaboration de ce classement. L’année dernière, à savoir en 2021, Forbes avait précisé qu’il s’agissait des revenus, de la taille des actifs et du nombre d’employés. C’est dire que Forbes Middle East s’appuie essentiellement sur les spécificités des entreprises pour établir les principaux critères déterminant la valeur des plus importants patrons en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. L’expérience des dirigeants et leurs réalisations personnelles n’entrent pas beaucoup en jeu et l’impact du PDG sur son entreprise est rarement étudié de façon objective.

Ces paramètres compromettent la crédibilité de ce TOP 100 des PDG les plus puissants du Moyen-Orient 2022. Et pour cause, la taille importante de Sonatrach et son importance stratégique dans le paysage africain et algérien n’ont aucun lien avec les compétences de son PDG actuel, Toufik Hakkar. Sonatrach est la plus importante compagnie nationale des hydrocarbures à l’échelle africaine depuis plusieurs dizaines années. Ce n’est pas Toufik Hakkar qui a bâti le groupe Sonatrach comme il n’a joué aucune rôle majeur dans l’amélioration de ses revenus en 2021 ou en 2022. Effectivement, la hausse de 70% du chiffre d’affaires à l’exportation à fin mai 2022 du groupe Sonatrach s’explique seulement et uniquement par l’augmentation des prix du baril de pétrole depuis le début de 2022 avec une moyenne dépassant largement les 100 jusqu’à 120 dollars le baril.

Le classement Forbes Middle East récompense davantage les supposées performances de Sonatrach que l’excellence des interventions ou travail de son PDG. Notons enfin que les pratiques de Forbes sont de plus en plus critiquées au sein du monde du journalisme. Le Nieman Lab, le centre d’observation du journalisme de l’université de Harvard, a rappelé dans un récent article que le site de Forbes était devenu un mélange de communiqués de presse et de placements de produits rémunérés. Plusieurs classements établis obéissent malheureusement à des considérations marchandes et purement mercantiles.