Le patron du renseignement extérieur algérien et son plus puissant collaborateur limogés pour « des faits graves »

0
328

Coup de tonnerre à Alger. Le patron de la Direction de la Documentation et de la Sécurité Extérieure (DDSE), le renseignement extérieur algérien, l’une des principales branches des services secrets algériens, et son plus puissant collaborateur ont été officiellement limogés pour leur implication dans « des faits graves » qui pourront leur coûter de très longues poursuites judiciaires devant les juridictions militaires, a pu confirmer Algérie Part auprès de plusieurs sources concordantes. 

Le général-major Mahfoud,Nour-Eddine Mekri, le vieil homme malade et fatigué qui dirigeait la DDSE depuis fin janvier 2021, a été relevé de ses fonctions dans le sillage d’une grosse enquête menée discrètement depuis plusieurs mois sur les agissements sulfureux du colonel Hocine Hamid, alias Hocine Boulahya, l’homme qui s’est imposée comme le véritable patron de la DDSE depuis le début de l’été 2021 dans l’ombre du vieux général Mahfoud qui lui avait délégué toutes ses prérogatives dans des conditions troublantes suscitant ainsi un énorme malaise au sein de l’ensemble des officiers des services secrets algériens.

Un malaise qui s’explique surtout par les pratiques scandaleuses du colonel Hocine qui avait instrumentalisé les services de la DDSE pour lancer des opérations de déstabilisation des autres institutions de l’Etat algérien dans le seul but d’asseoir définitivement l’influence du clan auquel il est affilié sur l’ensemble des composantes du sérail algérien. Algérie Part avait fait de nombreuses révélations depuis l’été 2021 sur les scandales successives ayant ébranlé la DDSE en raison de la mainmise exercée par le colonel Hocine Boulahya et ses méthodes maffieuses consistant à manipuler son institution pour torpiller d’autres décideurs de l’Etat algérien afin de nourrir une sempiternelle guerre de clans dont le but ultime est d’affaiblir l’autorité de l’Etat pour faciliter la conquête du pouvoir de ses parrains, tous des anciens officiers supérieurs de la sécurité militaire durant la tragique décennie noire.

Impuissant, régulièrement absent dans son poste à cause de ses difficultés de santé  et manquant cruellement de charisme, le général-major Mahfoud a été rapidement éclipsé par la toile d’araignée tissée par le colonel Hocine Boulahya et le lobby politico-militaire qui oeuvrait dans les coulisses pour concrétiser un agenda troublant. Cette situation avait fini par irriter le Palais Présidentiel d’El-Mouradia et son locataire, Abdelmadjid Tebboune, lequel a ordonné de faire le grand ménage au sein de cette institution sécuritaire sensible afin de faire cesser toutes les dérives dangereuses qui menacent la stabilité du pays. A la suite de nombreuses auditions et de profondes investigations, la vérité a fini par éclater et le colonel Hocine Boulahya et son supérieur hiérarchique ont été démis de leurs fonctions en attendant leur présentation probable devant une juridiction militaire compétente.

Selon nos sources, le remplaçant du général-major Mahfoud devrait être le général-major Djamel Lakehal Medjdoub, ex-chef de la Garde Présidentielle durant l’ère d’Abdelaziz Bouteflika, qui est présenté comme l’un des hommes de confiance d’Abdelmadjid Tebboune. Algérie Part reviendra sur ce dossier avec de nouvelles révélations dans ses prochaines publications.