Le ministère de la santé n’a toujours pas réagi face à ce scandale : La moitié des cartons des masques de protection destinés à Blida sont vides !

0
3658

Le scandale est en train d’ébranler toute l’Algérie. Et cette fois-ci, les autorités algériennes ne peuvent pas parler de Fake News car depuis vendredi soir, plusieurs associations caritatives de la ville de Blida ont diffusé des vidéos sur les réseaux sociaux prouvant leurs affirmations : la moitié des cartons contenant les masques de protection destinés à la population locale de Blida sont vides !

Oui, chaque carton devait contenir pas moins de 2000 masques. Or, dans ces cartes, les associations caritatives ont découvert que près de la moitié des boites étaient vides, ou vidés, et ainsi près de 1000 masques manquaient étrangement à l’appel. Selon des sources locales au sein de la wilaya de Blida contactées par Algérie Part, près de 50 mille masques ont été ainsi volés ou du moins ils ont disparu des cartons destinés à la distribution au profit de la wilaya de Blida.

La wilaya de Blida espérait ainsi distribuer au moins 100 mille bavettes médicales au profit de la population de la ville la plus touchée par l’épidémie du COVID-19 en Algérie. Blida est effectivement le premier foyer de l’épidémie sur le territoire national. C’est dans la ville de Blida que l’épidémie du COVID-19 a commencé officiellement en Algérie depuis la fin du mois de février.

Aujourd’hui, ce scandale des boites de masques entièrement vides relancent plus que jamais le débat sur la transparence de la gestion du stock des masques de protection par les autorités algériennes. Officiellement, c’est la Pharmacie Centrale des Hôpitaux (PCH) qui importe ces masques, constitue un stock stratégique pour tout le pays et veille sur la distribution équitable au niveau national.

Mais une source proche de la PCH, contactée par Algérie Part, a assuré samedi après-midi qu’elle n’a aucune relation avec ces masques distribués à Blida. Selon notre source, la PCH distribue uniquement des masques de protection au niveau des hôpitaux ou établissements publics de santé, pharmacies et médecins libéraux ainsi que les services de sécurité comme la DGSN ou la Gendarmerie Nationale.

D’après la même source, c’est un opérateur privé qui est à l’origine de l’importation de ces masques attribués à la wilaya de Blida. C’est donc au niveau des relations conclues entre la wilaya de Blida et cet opérateur privé qu’un problème est probablement survenu pour provoquer la disparition d’autant de masques de protection. Pour l’heure, aucune enquête officielle n’a été diligentée ni par le ministère de la Santé ni par le ministère de l’Intérieur. Aucune de ces instances ne s’est exprimée jusque-là sur cet étrange scandale.