Le chômage explose en Algérie et dépasse la barre historique des 4 millions de chômeurs recensés par l’ANEM

0
615

Le chômage explose en Algérie et le nombre des chômeurs recensés et enregistrés pr les services de l’Agence Nationale de l’Emploi (ANEM) a dépassé la barre historique des 4 millions de personnes au mois de mars 2022. Un record historique qui n’a jamais été enregistré au cours de ces dernières années en Algérie. 

En effet, au cours du mois de mars 2022, le nombre des chômeurs a explosé pour dépasser les 4 millions de demandeurs d’emploi qui ont déposé saisi l’ANEM dans l’espoir de trouver un travail. Les statistiques de l’ANEM nous apprennent qu’un mois auparavant, à savoir au mois de février 2022, le nombre des chômeurs était de 3,4 millions demandeurs d’emploi recensés par les services de l’ANEM. Le chômage a connu une terrible ascension dans notre pays. Preuve en est, au mois de décembre 2021, il y avait à peine 2,6 millions de chômeurs recensés en Algérie. Deux mois plus tard, le nombre de chômeurs a presque doublé pour dépasser la barre des 4 millions d’inactifs. Ces données démontrent que la situation socio-économique n’a pas cessé de se dégrader en Algérie provoquant ainsi une explosion des demandes d’emploi faute de perspectives professionnelles sur le marché algérien.

Ces données confirment enfin l’effondrement du tissu économique algérien avec notamment les faillites successives de plusieurs entreprises algériennes relevant du secteur privé. Des entreprises qui ont licenciés et limogé de nombreux employés faute de pouvoir les payer et pérenniser leurs emplois à cause des conséquences financières désastreuses endurées depuis la crise politique ayant ébranlé le pays depuis 2019 sans oublier les effets terriblement néfastes de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de la COVID-19 depuis mars 2020.

Signalons enfin que la Rédaction d’Algérie Part avait publié les résultats de nombreuses études qui ont révélé l’ampleur dramatique des fermetures et cessations d’activités des entreprises algériennes durement impactées par la pandémie de la COVID-19.