ENQUETE EXCLUSIVE – DOCUMENTS – L’Autre Bonne Affaire d’Abdelhamid Cherfaoui, Chafik Benbadis et Redha Belhannachi en France !

0
351

Chafik Benbadis, né au mois d’octobre 1985 à Constantine et de nationalité algérienne, est le PDG du groupe Vival qui englobe plusieurs sociétés telles la société STID EST, créée en 2012 et spécialisée dans la collecte, traitement et recyclage de différents types de déchets, ou encore les sociétés Remedian, Gise Algérie, Vival Agro, Eco et Green Sahara.

Auteur : [email protected]

Redha Belhannachi, né au mois de Janvier 1987 à Constantine et de nationalité algérienne, est le gérant de la société Cisna Pharm, spécialisé dans la distribution de produits pharmaceutiques, sise dans la zone industrielle Palma à Constantine avec un capital qui dépasse les 100 Millions de Dinars.

Selon nos informations, les deux amis auraient même créé conjointement une société à Constantine : Benbadis et Belhannachi Construction.

Mais à la fin de l’année 2017, Chafik Benbadis et Redha Belhannachi vont chacun acheter 28% des actions d’une société française basée dans la région d’Amiens et dénommée Laboratoires Pharmaceutiques GMD.

Comme vous le savez, la création d’entreprises à l’étranger est interdite aux algériens fiscalement résidents en Algérie, là où ils ont le centre de leurs intérêts économiques.

La règlementation des changes algérienne est une réglementation de contrôle stricte des mouvements de fonds entre l’Algérie et l’étranger dans le but de maintenir l’équilibre de la balance des paiements de l’Algérie.

L’article 126 de l’ordonnance 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au crédit modifiée et complétée interdit formellement aux résidents la constitution de tout avoir, qu’il soit immobilier, mobilier, fiduciaire ou bancaire, à partir de fonds provenant d’Algérie, sauf autorisation expresse de la Banque d’Algérie.

La Banque centrale a publié le 3 février 2007 une prescription claire spécifique aux règles applicables aux transactions courantes avec l’étranger et aux comptes devises, il s’agit du règlement 07-01 du 03 février 2007, ci-après « règlement 07-01 ». A cet effet, l’article 8 dudit règlement dispose ce qui suit : « Hormis les cas expressément prévus par l’article 126 de l’ordonnance n°03-11 (…), la constitution d’avoirs monétaires, financiers et immobiliers à l’étranger par les résidents à partir de leurs activités en Algérie est interdite ».

En 2015, l’Algérie avait assoupli sa réglementation en autorisant l’investissement à l’étranger sous certaines conditions.

En effet, l’investissement doit être en « rapport avec l’activité de l’opérateur économique de droits algériens concerné ; doit avoir pour objectif de consolider et de développer cette activité ; ne doit pas porter sur des opérations de placements ou sur des biens immobiliers autres que ceux correspondants aux besoins d’exploitations des entités créées à l’étranger ou faisant partie intégrante de leur activité. L’opérateur algérien doit également être un exportateur régulier !

Contacté, un cadre de la Banque d’Algérie nous a affirmé qu’aucune société privée algérienne, hormis le groupe Cevital, n’avait obtenu le précieux sésame lui permettant d’ouvrir des entreprises à l’étranger !

Ce qui prouve que ni Chafik Benbadis, ni Redha Belhannachi, qui ont le centre de leur intérêts économique en Algérie ont transgressé les lois algériennes en allant investir en France.

Mais revenons au sujet de notre enquête.

Créée en 2003 par plusieurs associés de nationalité française, Laboratoires Pharmaceutiques GMD est spécialisée dans la conception, la fabrication, la promotion et la distribution de produits pharmaceutiques, cosmétiques ou diététiques et a 10.000 Euros pour capital.

Au mois de Février 2020, les parts de Laboratoires Pharmaceutiques GMD sont cédées à Olympe Healthcare, société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU) sise à la rue de la Boétie dans le 8èmes Arrondissement de Paris, représentée par Mme El Hassani Amrani Ghita, née au mois de février 1983 à Casablanca au Maroc demeurant à la rue de l’Arc de Triomphe dans le 17ème Arrondissement de Paris !

Au mois d’Aout 2020, la société, qui a dégagé un chiffre d’affaires de 5472, 45 Euros pour un bénéfice de 151.262,28 Euros (!), va changer de siège pour s’établir au 65 Rue de Monceau dans le 8ème Arrondissement de Paris, adresse utilisée par Abdelhamid Cherfaoui des laboratoires algériens Frater Razes ou Rabah Bouzeghaya avec Euromed Trading, et bien d’autres encore tel Cherchali Abdelaziz avec Chemipro Europe auquel nous consacrerons un prochain article…

Devenue entre-temps une Sarl avec l’introduction à son capital de la SASU Les Laboratoires Biotech de Abdelhamid Cherfaoui aux côtés de Olympe Healthcare de El Hassani Amrani Ghita, Laboratoires Pharmaceutiques GMD change de forme juridique, passant de Sarl en Société par Actions Simplifiée (SAS) le 15 Novembre 2020 !

Pour rappel, Les Laboratoires Biotech, société d’import-export de produits, matières premières et équipements médicaux, a été créée à la fin du mois de février 2016, dans la ville de Pantin, dans la banlieue française par Abdelhamid Cherfaoui.

Pour ce faire, le 23 Février 2016 Cherfaoui va déposer la somme de 10.000 Euros en espèces au compte N° 027444630002 de la société en formation, ouvert à la banque la Monte Paschi Banque de du 11 boulevard de la Madeleine à Paris.

Le 15 Novembre 2017, Cherfaoui va procéder à l’augmentation de capital par conversion du compte courant, pour le fixer à 100.000 Euros !

En 2019, la société va changer de siège pour s’installer au 65 rue de Monceau dans le 8ème arrondissement de Paris, là où Cherfaoui Abdelhamid possède un appartement !

Nous avons contacté Cherfaoui dans le cadre de son droit de réponse.

Nous lui avons posé les mêmes questions qu’à tous les autres, à savoir était-il conscient qu’il siphonnait l’argent public et qu’il contrevenait aux lois de l’Algérie ? En vain !

Que font les Juges, les Services de Sécurité, ceux de la Présidence, ou le Ministère des Finances, de la Santé ou celui de l’Industrie Pharmaceutiques ? Complicité ou Incompétence ?

Ce qui est certain est que ces citoyens sont au-dessus de la loi, ce qui nous fait dire que le changement tarde à venir…