Lancement d’un appel pour le retour des marches du Hirak à Oran

2
2223

Une cinquantaine de militants et d’activistes issus de tous les horizons viennent de lancer un appel favorable au retour des marches du Hirak à Oran, la deuxième grande du pays après la capitale Alger. 

« Oui au retour des marches à Oran », est intitulé cet appel signé par des enseignants, avocats, défenseurs des droits de l’homme, journalistes, militants de partis politiques de l’opposition ou de simples citoyens fidèles à l’esprit du Hirak.  « A la veille du deuxième anniversaire du déclenchement du mouvement populaire pacifique et en phase avec l’élévation des voix pour le retour à la rue et la grandiose marche qui s’est déroulée à Kherrata le 16/02/2021, nous, les signataires ci-dessous affirmons notre décision de sortir manifester pacifiquement à Oran au centre-ville à partir de 11H », ont expliqué ainsi les initiateurs de cet appel à un rassemblement populaire pour relancer le Hirak à l’ouest du pays.

« Les autorités sont responsables de la sécurité de la manifestation pacifique garantie par la constitution en cette journée nationale. Il est inacceptable que le régime réprime ceux qui sortent manifester pacifiquement et en même temps proclame que cette journée est déclarée journée nationale », expliquent encore les initiateurs de cet appel d’après lesquels « le retour dans la rue confirme nos revendications, entre autres, l’établissement d’une République démocratique dans laquelle la souveraineté appartient au peuple, où la justice sera indépendante et où règnera la dignité et un Etat civil ».

« Enfin, nous mettons l’accent sur la paix et le rejet de toutes les formes de violence, tout en adhérant aux mesures préventives de santé (port de masque et distanciation physique) », souligne en dernier lieu les initiateurs de cet appel qui prennent en considération la nécessité de préserver la santé publique face aux potentiels risques de l’épidémie de la COVID-19. Parmi les signataires de cet appel, nous retrouvons Chouicha Kaddour, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), l’avocat Khemisti Khaled, l’ex-détenu d’opinion El Hadj Bouabça, le hirakiste Laoubi Nacer ou le photographe Aït Ali Amirat ainsi que de nombreux autres membres actifs de la société civile à Oran.

 

2 COMMENTS