L’Algérie relance le projet du film sur l’Emir Abdelkader et lui débloque un premier budget de près de 6 millions d’euros

0
343

Les autorités algériennes ont relancé le fameux projet cinématographique sur la vie et l’œuvre de l’Emir Abdelkader. Un organisme public a été officiellement créé pour chapeauter ce projet. Cet organisme a été rattaché au Premier-ministère et il a été d’ores et déjà doté d’un budget équivalent à prés de 6 millions d’euros, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Ce nouvel organisme a été appelé « l’Etablissement public Al Djazaïri pour la production, la distribution et l’exploitation du film sur l’Emir Abdelkader ». Il a été rattaché  aux services du Premier ministre qui vont superviser et contrôler son fonctionnement. Le 26 juillet dernier, le gouvernement algérien a validé officiellement l’attribution d’un budget de 876,3 millions de Da à ce nouvel organisme chargé de veiller sur la production et la distribution du futur film sur l’Emir Abdelkader. Il s’agit effectivement de l’équivalent de plus de 5,9 millions d’euros.

Il est à rappeler que le projet de ce film remonte à 2013.  A l’époque, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), relevant du ministère de la Culture, et la société de production et de distribution Cinema Libre Studio, établie à Hollywood (Los Angles), avaient signé un accord de coproduction pour la réalisation d’un film sur la vie de l’Emir Abdelkader, dont la période de tournage était fixée à 18 semaines, mais qui n’a pas vu le jour. L’agence avait précisé que le début du tournage de cette œuvre était prévue en novembre 2013, sachant que la réalisation avait été confiée au franco-américain Charles Burnett, avec la participation du réalisateur international américain Oliver Stone, en tant que producteur exécutif.

Le scénario du film avait été coécrit par l’anthropologue et chercheur en histoire de l’Emir et du soufisme, Zaim Khenchelaoui ainsi que le cinéaste et producteur français Philippe Diaz. Malheureusement, de nombreux blocages liés à l’instabilité politique en Algérie ont ralenti la réalisation de ce film. Mais depuis 2021, les autorités algériennes ont décidé de relancer cet ambitieux projet, à savoir la réalisation d’un grand film conforme aux normes « hollywoodéennes ».

En juin 2021, l’ancienne ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda avait indiqué que son « secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l’Emir Abdelkader ». En marge d’une session de formation sur la protection du patrimoine culturel, Mme Bendouda avait précisé que le film sur l’Emir Abdelkader sera « à la hauteur de cette personnalité », avec « un nouveau scénario et de nouveaux producteurs », sans pour autant donner d’amples détails, rappelant l’ancien projet de film annoncé par le ministère en 2013.

L’ex-ministre avait expliqué enfin que son secteur « ne veut pas laisser le film sur l’Emir Abdelkader en proie aux problèmes financiers et de gestion, comme ce fut le cas avec le précédent projet de film et d’autres films, qui ont fait l’objet de contrôle et d’inspection financière au niveau du ministère ».