L’Algérie parmi les cinq pays africains les plus touchés par les « manifestations de la soif »

0
575

L’Algérie a été classée parmi les cinq pays les plus touchés par ce qu’il est convenu d’appeler les « manifestations de la soif », à savoir des protestations populaires enclenchées en raison des difficultés permanentes de l’accès à l’eau potable.

C’est ce qui ressort d’une étude publiée le mercredi 25 mai dernier par la Fondation Mo Ibrahim, en marge de son forum annuel consacré au changement climatique. Intitulée  « En route vers la COP 27 : faire valoir les arguments de l’Afrique dans le débat sur le climat » (The Road to COP27 : Making Africa’s Case in the Climate Debate), cette étude révèle que les émeutes, manifestations et autres troubles sociaux liés à la raréfaction des ressources hydriques sur le continent se sont multipliés par 40, depuis 2010. Vingt pays africains ont en effet connu au moins 10 protestations ou émeutes liées à l’eau durant la période sous revue. L’Algérie se retrouve ainsi par les cinq pays les plus touchés par cess « manifestations de la soif ». Les autres pays les plus touchés sont le Maroc, l’Afrique du Sud, le Soudan et la Tunisie. Il s’agit des pays africains qui souffrent tous d’un niveau de stress hydrique élevé, nous apprend la même source.

Cette même étude a noté, par ailleurs, une augmentation de la fréquence des phénomènes climatiques extrêmes. L’Afrique, où les températures augmentent déjà plus vite que partout ailleurs (plus de 2°C en moyenne par an), est la région la plus touchée au monde par la sécheresse, avec 81 épisodes entre 2010 et 2020, et 172,3 millions de personnes affectées.

Pour rappel, durant notamment l’été 2021, de nombreuses protestations populaires ont éclaté dans les grandes villes algériennes surtout dans les banlieues de la capitale Alger durement touchées par les pénuries de l’eau potable.

Le 10 juillet 2021, des manifestants en colère avaient fermé l’axe menant de Reghaia à Heraoua, à l’est de la capitale Alger pour protester vigoureusement contre le programme et les horaires de suspension et de rétablissement de l’alimentation. Pour le même motif, la route avait été coupée quelques jours plus tôt à Triolet dans le quartier populaire de Bab el Oued. Des actions de protestation similaires aient été menées par des habitants de plusieurs autres agglomérations à Alger.  A titre d’exemple, la route menant vers l’aéroport d’Alger avait été bloquée à maintes reprises durant l’été 2021 au niveau de Bab Ezzouar par des habitants subissant de plein fouet les coupures intempestives de l’eau potable.

C’est en se basant sur ces manifestations de colère populaire que la Fondation Mo Ibrahim a classé l’Algérie parmi les 5 pays les plus touchées en Afrique par « les émeutes de la soif ». Soulignons enfin que la fondation Mo Ibrahim a été fondée par le milliardaire Mo Ibrahim soudanais lequel avait fait fortune dans les télécommunications. En effet, Mohamed dit « Mo » Ibrahim revend en 2005 sa société Celtel, créée en 1998, avant de monter en 2006 sa fondation, dont le siège est à Londres. Sa fondation se donne pour mission de promouvoir la bonne gouvernance en Afrique avec des critères toujours plus en lien avec le quotidien des Africains. Objectif : mettre en exergue des besoins des populations pas forcément privilégiés par les analyses statistiques plus conventionnelles.