2.9 C
Alger
mercredi, février 1, 2023

L’Algérie, l’un des rares pays au monde qui maintient la fermeture totale de ses frontières

- Advertisement -
- Advertisement -

L’Algérie est devenue depuis plusieurs jours l’un des rares pays au monde qui maintient brutalement la fermeture totale de ses frontières sous le prétexte de lutter contre les effets de la pandémie de la COVID-19. Plusieurs pays qui ont initié cette solution radicale depuis mars 2020 sont en train de réouvrir progressivement pour permettre à leurs populations respectives et leurs diasporas à l’étranger de retrouver le droit de voyager. 

Officiellement, les frontières vont rester fermées en Algérie jusqu’à la fin de la pandémie de Covid-19. C’est ce qu’a annoncé le président, Adelmadjid Tebboune face à une recrudescence des contaminations le 24 juillet 2020. Et comme personne ne peut prévoir la fin de la pandémie, personne ne peut prévoir également l’ouverture des frontières du pays. En clair, cette fermeture des frontières risque d’être prolongée pendant encore longtemps !

Pour l’heure, le gouvernement algérien n’envisage aucun plan de réouverture ne serait-ce que partielle pour permettre au pays de « souffler » et aux algériens de retrouver la liberté de voyager sans oublier les lourdes conséquences économiques provoquées par une fermeture totale et hermétique telle qu’elle est appliquée par les autorités algériennes. Mêmes les pays autoritaires n’ont fait preuve d’une telle radicalité à l’algérienne.

A titre d’exemple, en Russie, les vols internationaux ont repris que depuis le 1er août 2020 et des restrictions sévères ont été imposées pour s’assurer d’une ouverture uniquement partielle des frontières du pays. En Afrique du Sud, le pays africain le plus touché par les conséquences de la pandémie, tous les voyageurs africains peuvent de nouveau se rendre en Afrique du Sud, ainsi que ceux venant de pays jugés à risque “faible ou moyen” en termes d’infections, depuis jeudi 1er octobre 2020.

Par ailleurs, les vols internationaux peuvent de nouveau atterrir en Afrique du Sud, marquant ainsi la réouverture officielle des frontières du pays après plus de six mois de fermeture pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Les autorités ont célébré cette reprise: des canons à eau sont entrés en action pour créer un arc de cercle entourant le premier appareil à se poser dans la matinée au Cap, un avion d’Emirates venu de Dubaï. Mais contrairement à l’Afrique du Sud, l’Algérie ne considère pas la perspective d’une réouverture des frontières du pays comme une une issue heureuse.

Même la Chine, l’un des pays les plus autoritaires dans le monde, a permis la réouverture partielle de ses frontières depuis le 10 août 2020. Le 27 août 2020, la Chine a repris ses vols avec 36 pays européens et 13 pays asiatiques. Le 3 septembre, elle a repris ses vols directs et quotidiens avec le Cambodge, le Canada, le Danemark, la Grèce, le Pakistan, la Suède et la Thaïlande. En Chine, aussi un dispositif sévère a été mis en place pour pouvoir protéger la santé publique.

En vérité, l’Algérie est pratiquement le seul pays au monde qui interdit l’entrée sur son propre territoire national à ses… propres citoyens. Oui, il n’y a aucun pays au monde qui interdit à ses ressortissants à l’étranger de revenir dans leur propre pays. L’Arabie Saoudite qui maintient la fermeture de ses frontières autorise l’entrée ou le retour de ses ressortissants établis à l’étranger. En Angola aussi, l’un des pays les plus fermes en matière de fermeture des frontières, autorise les ressortissants nationaux à revenir sur le territoire national. Idem en Australie où les ressortissants australiens ainsi que les membres de leurs familles ont le droit d’entrer au pays via des vols internationaux. Tout compte fait, l’Algérie est le seul pays au monde qui classe ses propres  citoyens dans la même catégorie des ressortissants étrangers interdits d’entrée sur le territoire national. Un cas inédit dans le monde et dans l’histoire des nations. Le régime algérien sera associé éternellement à cette anomalie extravagante qui alimente le malheur de plusieurs millions de citoyens algériens empêchés de retrouver leurs parents et leurs proches depuis la mi-mars 2020.

 

 

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

6 COMMENTS

  1. Normal, au cas où tous les Algériens libres décident de rejoindre un vendredi leurs frères sur place.
    Le plus choquant, c’est que eux et leurs suppots continue à voyager.
    Tous les jours il y’a des vols de France pour l’Algérie.

  2. Une décision qui pose questions, pourquoi sommes nous le seul pays au monde a avoir fermer nos frontières et a avoir abandonner nos ressortissant par millions a l’étranger comme des parias? soit nous avons les meilleurs scientifiques et dirigeants au monde, soit c’est tout le contraire, vu le niveau de vaccinations et la situation économique qui frappe le pays, la réponse est toute trouver. Pauvre de nous et pauvre Algérie.

  3. Où, les suisses n’ont aucun scrupules à accueillir l’argent sale de toutes les dictatures du monde depuis ( presque) toujours, mais là, ils savent qu’ils risquent gros s’ils continuent à fermer les yeux .
    C’est dire le niveau de nos valeureux harkas dans l’art de la prédation …

  4. Le plus grave, c’est que l’Algérie ferme ses frontières à ses propres citoyens, dans la plus grande illégalité et en violation de la constitution, alors que dans le même temps, elle laisse rentrer tous les jours les travailleurs étrangers, muni d’une autorisation et d’un simple test PCR. A croire que les Algériens sont les seuls à pouvoir importer le virus. Le pouvoir algerien applique une politique de deux poids deux mesures inacceptable.

  5. Les différents juntes qui se sont succédés n’ont qu’une seule mission:
    Anesthésie et violences à l’encontre du peuple pour assouvir la prédation des richesses pour khalti França (entre autres) et se donner l’illusion de « gouverner « en rapinant les miettes qu’ils les autorisent à glaner.
    Race maudite de cafards en rangers à scratch.