L’Algérie absente du TOP 10 des pays africains produisant de l’hydroélectricité

0
388

L’Algérie est totalement absente du TOP 10 des pays africains disposant d’une importante capacité de production de l’hydroélectricité, selon un rapport publié par l’Association internationale de l’hydroélectricité (IHA). L’Algérie n’utilise nullement les énergies renouvelables pour produire de l’électricité et demeure ainsi totalement dépendante de son gaz naturel pour couvrir sa consommation nationale en électricité. 

Selon ce même rapport international, la Zambie a été le pays africain ayant ajouté le plus de capacité hydroélectrique en 2021, avec 150 MW. L’hydroélectricité en Afrique reste tout de même dominée par l’Ethiopie avec ses 4 074 MW de capacité installée à la fin de 2021. Elle est suivie par l’Angola, de l’Afrique du Sud, de l’Egypte et de la République démocratique du Congo (RDC), avec respectivement 3 836 MW, 3 600 MW, 2 876 MW et 2 760 MW. La Zambie ne vient qu’en 6e position avec 2 703 MW.

Il faut savoir que l’énergie hydroélectrique, ou hydroélectricité, est une énergie électrique renouvelable qui est issue de la conversion de l’énergie hydraulique en électricité. Les centrales hydroélectriques produisent de l’électricité en utilisant l’énergie cinétique et potentielle de l’eau. L’eau actionne des turbines qui entraînent à leur tour des alternateurs qui transforment l’énergie mécanique en électricité.

L’hydroélectricité est tout bonnement inexistante en Algérie car   99 % de la production d’électricité en Algérie provient du gaz naturel. Cette dépendance ne dérange pas beaucoup les dirigeants algériens lesquels estiment que le gaz représente « une ressource primaire plus propre que les autres ressources fossiles ». Il faut reconnaître que La prédominance du gaz naturel dans le mixte énergétique algérien est due au fait que le pays est un producteur majeur du combustible et a la volonté politique qui consiste à satisfaire, en premier, la demande domestique. Depuis 2019,  l’Algérie a  parvenu à produire 20.000 mégawatts pour couvrir la demande croissante au niveau national et le pays dispose 33 stations de production d’électricité rien que dans les régions du Sud. L’Algérie ambitionne  dans quelques années d’atteindre une production de 27.000 mégawatts, à travers la concrétisation d’un programme d’équipements comprenant 7 centrales électriques fonctionnant toutes au gaz naturel.