5.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

L’Algérie a réduit de 25% ses fournitures de gaz naturel à l’Espagne

- Advertisement -
- Advertisement -

L’approvisionnement par le gazoduc Medgaz (reliant les installations gazières algériennes au port d’Almería) a chuté d’environ 25 % la semaine dernière par rapport aux niveaux enregistrés à la mi-mars, a révélé à ce sujet le journal économique espagnol El Economista. Cette source a indiqué que le volume transitant par le gazoduc Medgaz a lentement régressé, passant de 312 GWh/jour enregistrés le 14 mars à 234 GWh/jour au 1er mai.

Sur son site internet, El Economista a expliqué qu’il se base sur les données d’Enagas, le principal transporteur espagnol de gaz. Mais d’après les experts espagnols en énergie cités ou interrogés par ce média ibérique, la réduction de l’arrivée du gaz algérien s’explique par l’augmentation de la demande internationale dans le contexte de la guerre en Ukraine.

Mais cette explication ne semble pas avoir convaincu réellement ce quotidien économique espagnol d’après lequel cette analyse de la réduction des approvisionnements en gaz naturel provenant de l’Algérie « ne semble pas logique, puisque la Commission européenne tente d’imposer des niveaux de stocks de 80 % pour tous les pays du continent”, expliquant que l’Union européenne dispose d’un stock suffisant en gaz.

El Economista a rappelé également que les autorités algériennes ont mis en suspens l’inauguration de l’extension de la capacité du gazoduc liant les deux pays, à savoir le Medgaz qui demeure aujourd’hui le seul gazoduc permettant d’exporter le gaz algérien vers l’Espagne à la suite de la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe fin octobre 2021. Le même média espagnol a signalé, en outre, que depuis la suspension en octobre dernier du gazoduc Maghreb-Europe, la Sonatrach a perdu son poids dans l’approvisionnement en gaz de l’Espagne, passant de 45 % de parts de marchés à seulement 22 %. L’Espagne se dirige, désormais, de plus en plus vers le GNL américain transporté grâce à d’immenses navires méthaniers.

El Economista n’écarte pas enfin les considérations politiques pour expliquer cette réduction importante des livraisons du gaz naturel de l’Algérie à l’Espagne. Certes,  le 23 avril dernier, le président Abdelmadjid Tebboune avait assuré que l’Algérie n’allait pas renoncer à son engagement de fournir Madrid en gaz naturel. Cependant, Alger avait averti l’Espagne qu’ils resteraient vigilants pour empêcher tout approvisionnement du Maroc en gaz provenant de leur territoire. Et entre les deux pays, le ton est monté à maintes reprises en raison de l’alignement de l’actuel Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, sur la position marocaine concernant le délicat dossier du Sahara Occidental. 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -