13.9 C
Alger
samedi, février 4, 2023

L’absence d’un Etat de Droit sabote le développement économique de l’Algérie

- Advertisement -
- Advertisement -

Si l’Algérie n’améliore pas la qualité et ne renforce pas l’indépendance de son système judiciaire, elle ne pourra pas s’ouvrir économiquement pour assurer son développement. C’est la principale conclusion à laquelle a abouti « Index of Economic Freedom 2022 » (Indice de liberté économique 2022) qui mesure la liberté économique dans 177 pays. L’absence d’un Etat de Droit compromet dangereusement le développement économique de l’Algérie, constate ainsi The Heritage Foundation, un think tank américain conservateur, basé à Washington, qui élabore chaque année l’indice de Liberté économique pour évaluer le degré de liberté économique dans presque tous les pays de la planète. 

Il faut savoir que la  liberté économique est la capacité fondamentale qu’ont les membres d’une société de procéder entre eux à des échanges de nature économique. Il s’agit d la liberté du commerce et de l’industrie, celle d’entreprendre, la liberté de circulation et d’établissement, la libre prestation de service et la libre concurrence. Ces libertés sont jugées fondamentales par tous les experts et économistes pour permettre la modernisation et le progrès d’un pays.

Pour sa part, l’Heritage Foundation est un laboratoire d’idées et lobby américain basé à Washington. Il se donne pour mission de « formuler et promouvoir des politiques publiques conservatrices sur les principes de la libre entreprise, du gouvernement limité, de la liberté individuelle, des valeurs traditionnelles américaines et d’une défense nationale forte ».  La fondation a eu une influence prépondérante auprès de la présidence Ronald Reagan entre 1980 et 1988, et continue d’exercer un grand rôle dans la conception des politiques publiques américaines, au point d’être considérée comme l’un des plus puissants think tanks des États-Unis.

L’Heritage Foundation explore à travers l’Indice de Liberté économique la corrélation positive entre le score de «liberté économique» d’un pays et son PIB par habitant. Selon elle, les nations les plus «libres» économiquement ont des PIB par habitant bien plus élevés que celles qui restreignent la capacité d’entreprendre. De la même manière, la baisse drastique de la pauvreté dans le monde (34% en 1993 contre 10% en 2015) serait le résultat de la hausse des libertés économiques, préalable au développement de géants comme la Chine ou l’Inde. Réitérée chaque année depuis 1995, l’indice de liberté économique se base sur douze critères objectifs, allant du respect de la propriété intellectuelle aux dépenses publiques en passant par les contraintes commerciales.

S’agissant de l’Algérie, c’est justement dans la catégorie de l’Etat de Droit que notre pays accuse un énorme retard l’empêchant de créer des richesses et des emplois au profit de sa population.  « Les procédures judiciaires peuvent être longues et les résultats peuvent
être imprévisible. Le système judiciaire est généralement faible, lent et soumis à des pressions politiques », déplorent ainsi les experts de l’Heritage Foundation dans l »Index of Economic Freedom 2022″.  « Le copinage et la corruption caractérisent les secteurs commerciaux et publics, en particulier dans l’énergie », indique encore la même source qui fait remarquer en enfin qu’au « cours des cinq dernières années, la croissance économique de l’Algérie a ralenti à partir de 2017 jusqu’en 2019 » pour devenir « négative en 2020 » avant de « rebondir en 2021 ». Depuis 2017, l’Algérie n’a pas cessé de régresser sur le plan de la Liberté Economique pour basculer dans la catégorie des pays répressifs. Ce qui illustre parfaitement le déclin politico-économique du pays.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -