La Russie est-elle réellement capable de livrer des millions de doses du vaccin anti-COVID à l’Algérie et d’autres pays ?

5
1596

Le vaccin russe Spoutnik V contre la COVID-19 a nourri les espoirs de plusieurs pays à travers le monde comme l’Algérie qui cherchent désespérément à vacciner leurs populations sans dépendre fortement des laboratoires occidentaux notamment américains. Mais depuis la fin de décembre 2020, les promesses russes de livrer des grosses quantités de doses de ce vaccin tardent à se concrétiser et plusieurs observateurs mettent en doute la capacité de la Russie à tenir réellement ses engagements. 

Il faut savoir que la vaccination de la population russe elle-même continue de constituer un problème et le vaccin Spoutnik V est difficilement disponible sur le territoire russe. De nombreux médias russes ont rapporté cette indisponibilité flagrante du vaccin que le Président Poutine qualifie de plus sûr et efficace au monde. Ainsi, à titre d’exemple, à Saint-Pétersbourg, la deuxième agglomération de la Russie après celle de Moscou avec près de 5 millions d’habitants, jusqu’au 16 janvier dernier, à peine 21872 patients russes ont été vaccinés et seulement 3475 ont reçu la deuxième dose du vaccin Spoutnik V, indiquent plusieurs médias russes.

D’après les comptes rendus de la presse russe, jusqu’au 16 janvier, à peine 100 mille patients russes ont été vaccinés avec les deux doses du vaccin Spoutnik V. Ce nombre paraît naturellement insignifiant et soulève des interrogations sur la capacité de la Russie à produire rapidement et à grande échelle le vaccin qu’elle cherche à vendre à plusieurs pays dans le monde.

L’Algérie est le premier pays africain qui a enregistré officiellement le 10 janvier ce vaccin russe.  La réception par l’Algérie du premier lot du vaccin russe anti-covid-19, Spoutnik V, est « imminente », avait ensuite indiqué le 11 janvier le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Djamel Fourar, qui est également directeur général de la prévention au ministère de la Santé.

« C’est imminent. Ce sera probablement demain ou après-demain. Cela reste tributaire des actions qu’entreprend l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) avec le partenaire russe pour acquérir le vaccin », avait précisé à ce sujet encore M. Fourar lors de son intervention à la Radio nationale, assurant que « la campagne de vaccination sera lancée dès la réception du vaccin, qui sera gratuit ». Or, nous sommes le 18 janvier et, pour le moment, aucune livraison officielle de ce vaccin russe n’a été encore constatée à Alger.

Selon plusieurs sources officielles, l’Algérie aurait fait une première commande de 500 mille doses du vaccin russe. Mais aucune information n’a filtré sur les délais de livraison et les quantités qui arriveront sur le territoire algérien. Plusieurs sources proches du ministère algérien de la Santé ont certifié à Algérie Part que les autorités algériennes attendent uniquement le feu vert des autorités russes. Or, ces dernières sont embourbées dans leur agenda car bien avant l’Algérie, plusieurs ont commandé à la Russie des quantités importants de Spoutnik V.

L’Argentine a été le premier pays au monde qui a commencé mardi 29 décembre 2020 sa campagne de vaccination contre le coronavirus avec le vaccin russe Spoutnik V. Un premier envoi de 300.000 doses est arrivé en Argentine en provenance de Russie le 24 décembre 2020, dans le cadre d’un accord qui prévoit que 19,7 millions de doses supplémentaires seront livrées entre janvier et février, avec la possibilité d’en acheter cinq millions de plus. Mais jusqu’à aujourd’hui, les nouvelles livraisons n’ont pas été confirmées par l’Argentine qui a décidé ainsi de diversifier ses sources vaccinales en faisant des commandes auprès des autres laboratoires concurrents du vaccin Russe.  L’Argentine a signé ainsi des contrats d’achat avec l’université d’Oxford, associée au laboratoire AstraZeneca, et fait partie du mécanisme Covax de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

A la fin du mois de décembre 31, le Fonds d’investissement direct russe (RDIF), qui a financé la recherche du vaccin Spoutnik V et gère sa commercialisation, avait annoncé que 50 pays avaient signé des contrats d’approvisionnement avec la Russie.  Selon le quotidien en ligne Gazeta.ru, un milliard de doses sont déjà programmées à l’exportation.

Et à la fin de l’année 2020, la même source avait assuré que les volumes de production permettent d’assurer la livraison à vingt pays, parmi lesquels de nombreux États d’Amérique latine, et notamment l’État brésilien de Bahia (50 millions de doses), le Mexique (32 millions de doses), le Venezuela (10 millions), l’Argentine (25 millions). La Bolivie a également signé un contrat pour 2,6 millions de doses de Spoutnik V, rapporte Kommersant, un autre média. Parmi tous ces pays, l’Algérie devra ainsi attendre son tour et dépend ainsi des capacités de production de la Russie qui suscite énormément de doutes.

Soulignons enfin qu’il y a très peu d’études scientifiques indépendantes qui démontrent l’efficacité du vaccin russe. Le vaccin russe avait été énormément critiqué pour le faible nombre de participants à ses essais mais aussi l’absence de publication des résultats de la phase 3 avant son enregistrement en Russie. Face à ces critiques, son fabricant Gamaleya a assuré mi-décembre qu’après de nouveaux essais sur plus de 22000 participants, le vaccin était efficace à 91,4%, avec deux injections à trois semaines d’intervalle.

Spoutnik V est un vaccin classique, à vecteur viral: une partie non infectieuse du nouveau coronavirus est ajoutée à un virus moins virulent qui est ensuite injecté, déclenchant la fabrication de protéines propres au covid-19, puis la production d’anticorps. Il existe aujourd’hui quatre grandes familles de vaccins, basés sur différentes technologies : à ARN messager (Pfizer, Moderna…), à vecteur viral (AstraZeneca…), à protéine recombinante et atténués (vaccins chinois des laboratoires Sinovac et Sinopharm…).

 

 

 

5 COMMENTS

  1. Un vaccin russe est tout simplement du poison, cette dictature n’est même pas capable de fabriquer une voiture… poutine et les oligarques russes roulent dans des voitures allemandes ! Les scientifiques russes sont a l’étranger. Ils ont fuit la dictature et la mal-vie!!!

  2. Le vaccin russe n’as jamais fait ses preuves. Les essaies en Russie sont a la 3 ieme phase et aucun resultat ne permet de dire qu’il n’est pas toxique. Ceux qui ont decides de l’importer se foutent du peuple. Honte !

  3. Ceux qui pensent que la Russie appartient au tiers monde sont en retard de 30ans dans l’Histoire
    Les russes envoient des hommes dans l espace et les récupèrent
    Il n’y a que les russes et les américains à le faire
    Dire que leurs chercheurs sont partis est faux
    Les argentins ont été les premiers à avoir été vaccinés . Y a t-il eu une hécatombe ? Non !
    Un peu de sérieux …
    CQFD

  4. Oui bien sûr que la Russie n’a appartient au tier monde et elle capable de livrer des vaccins rapidement, mais malheureusement pas celui contre le COVID , mais le Novitchok, regardez l’opposant Navalny, il a été rapidement vacciné pour ceux qui aurait encore des doutes sur les capacités russes.