La Présidence algérienne augmente une nouvelle fois son budget et s’offre l’équivalent de plus de 5 millions de dollars USD

0
149

Le Palais Présidentiel d’El-Mouradia a augmenté une nouvelle fois son budget de fonctionnement en s’offrent une nouvelle enveloppe budgétaire estimée à l’équivalent de plus de 5 millions de dollars USD, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Ce nouveau budget a été octroyé à la Présidence de la République le 26 juillet dernier. Il s’agit d’une enveloppe de 780 millions de DA, soit l’équivalent de 5,3 millions de dollars USD. C’est la 3e fois que le Palais Présidentiel d’El-Mouradia se dote d’une augmentation de son budget de fonctionnement en moins de deux mois. Au cours du mois de juillet dernier, la Présidence algérienne a bénéficié du déblocage d’un budget de  plus de 1,4 milliard de Da, soit l’équivalent de près de 10 millions de dollars USD.

Comme il a été expliqué par une précédente publication d’Algérie Part, une partie de ce budget est consacrée au financement d’un nouveau service au sein du secrétariat général de la Présidence de la République. Mais la plus grosse partie de ce budget, à savoir 1,2 milliard de Da, sera consacré à des chapitres budgétaires qui demeurent pour le moment opaques et indéterminés.

Décidément, le Palais Présidentiel d’El-Mouradia veut profiter de l’actuelle conjoncture financière favorable que traverse le pays grâce aux cours mondiaux très élevés des hydrocarbures. Cependant, ces nouvelles dépenses vont aggraver l’addition finale et la Présidence de la République terminera visiblement l’année 2022,  malgré la crise financière qui étouffe notre pays et depuis le début de la pandémie de la COIVI ses conséquences désastreuses sur le quotidien de la population algérienne, en consommant un budget colossal, l’un de ses plus élevés budgets depuis l’indépendance du pays, à savoir plus de 17,3 milliards de Da, c’est-à-dire l’équivalent de près de 120 millions de dollars USD.  Un record absolu et inédit au niveau des dépenses de la Présidence et ce depuis l’Indépendance de l’Algérie.