La justice française désavoue le régime algérien et refuse officiellement d’extrader le blogueur et opposant « Amir Dz »

0
157

La justice française a émis mercredi des avis défavorables à des demandes d’extradition vers l’Algérie du blogueur et opposant « Amir Dz », a appris l’AFP de sources proches du dossier.

Installé en France depuis 2016, le blogueur, de son vrai nom Amir Boukhors, était réclamé par Alger, qui a émis neuf mandats d’arrêt internationaux à son encontre.

Sept de ces mandats d’arrêt ont été émis dans le cadre de condamnations en Algérie pour des faits d’escroquerie. Deux autres l’ont été car la justice algérienne l’accuse d' »adhésion à un groupe terroriste ciblant la sécurité de l’Etat et l’unité nationale, financement d’un groupe terroriste ciblant la sécurité de l’Etat et blanchiment d’argent dans le cadre d’une bande criminelle ».

Suivi par plus d’un million de personnes sur YouTube, le blogueur, qui a déposé une demande d’asile en France, est l’auteur de très nombreuses vidéos hostiles notamment au pouvoir en place à Alger.

Il a participé au mouvement de contestation populaire du Hirak, lancé en février 2019 et qui avait notamment poussé à la démission l’ancien président Abdelaziz Bouteflika.

Dans ses deux arrêts, dont l’AFP a eu connaissance, la cour d’appel de Paris estime « important » le risque qu’Amir Boukhors ne bénéficie pas « des droits attachés aux nécessités de sa défense et au respect de sa personne » en Algérie.

La cour prend notamment en compte dans sa décision « les dernières publications relatives au traitement judiciaire des dossiers relatifs à des opposants politiques ».

« Cette décision est une preuve encourageante de l’indépendance de la justice française face à l’acharnement judiciaire des autorités algériennes et du peu de considération de celles-ci pour la liberté d’expression et le procès équitable », a réagi auprès de l’AFP l’avocat du blogueur, Me Eric Plouvier, qui souligne que « la brutalité de l’appareil répressif algérien a été prise en compte par la cour d’appel de Paris ».

« Elle rappelle en substance qu’il ne suffit pas d’affirmer que les libertés fondamentales sont respectées en Algérie. Il faut que les voies de recours soient effectives et il y a une abondance de preuves qu’elles ne le sont pas », a-t-il ajouté.

Source : AFP