La diplomatie américaine publie les confessions de Tebboune à Blinken : « nous n’avons aucun problème avec Israël, la Palestine est notre seule préoccupation »

0
616

Le département d’État des États-Unis, le département exécutif fédéral des États-Unis chargé des relations internationales, a publié sur son site internet les contenus des échanges qui se  sont déroulés au Palais Présidentiel d’El-Mouradia entre Anthony Blinken, le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, et le Chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune. Dans ses confessions au chef de la diplomatie américaine, le président algérien a abordé sans aucun faux fuyant tous les sujets relatifs aux problématiques régionales et internationales. Et Tebboune a parlé ouvertement d’Israël qui a normalisé ses relations avec plusieurs pays arabes notamment depuis les accords d’Abraham en 2020. 

« Concernant la question palestinienne, la position algérienne reste inchangée », a assuré ainsi Abdelmadjid Tebboune à Antony Blinken. Selon le Chef de l’Etat, l’Algérie « n’a aucun problème avec Israël ». « Notre seule préoccupation est la Palestine. Notre seul problème avec Israël est la Palestine », a confié ainsi Tebboune à Blinken lors de la rencontre qui a réuni les deux hommes hier mercredi 30 mars au Palais Présidentiel d’El-Mouradia.

« Une décision a été prise au niveau la Ligue Arabe de visant à proposer un accord de paix avec Israël à condition de reconnaître l’indépendance de la Palestine. Nous suivons la même ligne et nous n’avons jamais changé. Nous n’avons absolument rien contre les israéliens. Nous voulons la paix entre les deux peuples », a certifié encore Tebboune au sujet de la délicate question du conflit israélo-palestinien.

Il est à noter que l’Algérie fait encore partie des rares pays arabes qui sont hostiles à toute normalisation de ses relations diplomatiques avec Israël. Pour rappel,  le 15 septembre 2020, les Emirats arabes unis, Bahreïn et Israël signaient à Washington les accords d’Abraham. Par ces accords, les Émirats arabes unis et Bahreïn sont les troisième et quatrième pays arabes, après l’Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994, à normaliser leurs relations avec Israël. De son côté, le Maroc a signé le 22 décembre 2020, un accord tripartite avec les États-Unis et Israël lui permettant de normaliser ses relations avec Tel-Aviv et d’obtenir en contrepartie la reconnaissance américaine de sa souveraineté sur le territoire du Sahara Occidental.