« La difficulté en Algérie c’est comment trouver un compromis qui rassure l’armée »

14
1758

Le changement ne pourra jamais se réaliser en Algérie sans la transformation interne de l’armée. « La difficulté à présent c’est : comment trouver un compromis qui rassure l’armée », a décrété ainsi l’un des meilleurs spécialistes du Maghreb en général et de l’Algérie en particulier, le français Louis Martinez, politiste et spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient, directeur de recherche au CERI depuis 2005. Luis Martinez a obtenu un doctorat en sciences politiques à Sciences Po en 1996. Il a été professeur invité à la School of International and Public Affairs à Columbia University, New York (2000-2001) puis à l’université de Montréal (2007-2008). En 2010-2011, Luis Martinez a été détaché à l’Ecole de la gouvernance et d’économie de Rabat. En janvier 2012, il a rejoint le département des sciences politiques de l’université internationale de Rabat (UIR).

Dans un long entretien accordé récemment au média français régional, l’un des plus gros titres de la presse française, Ouest-France, Louis Martinez a su comment bien décrypté les véritables enjeux de la crise algérienne. Ainsi, pour cet expert qui travaille sur l’Algérie depuis de nombreuses années, il est encore trop tôt de parler de « Retour du Hirak ». « C’est difficile de parler de sursaut. Le contexte lié au Covid ne permet pas de revenir, comme en 2019, sur l’espace public tous les vendredis. Il s’agit plutôt d’un rappel, celui que le Hirak n’est pas mort, que le projet est toujours là, mais que les conditions ne permettent pas de l’exprimer », a-t-il à propos des manifestations du 22 février dernier du Hirak.

L’universitaire et chercheur français rappelle également la difficulté d’aboutir à des changements concrets en Algérie. « Dans l’histoire de l’Algérie, il y a déjà eu beaucoup de monde dans la rue, ce n’est pas pour ça que l’armée est partie. Il faut tenir compte du fait qu’il y a une armée autoritaire non démocratique et trouver comment, pacifiquement, l’amener à se transformer », a-t-il analyser en soulignant également que « c’est beaucoup moins attractif, c’est pénible, c’est moins visible, c’est un travail de longue haleine. Mais, sinon, on se retrouve dans des histoires de révolution tous les vingt ou trente ans ».

« Si vous chassez les militaires aujourd’hui, demain vous serez chassé par des contre-révolutionnaires soutenus par l’armée qui n’aura pas accepté sa défaite. C’est un cycle sans fin », a-t-il encore ajouté pour démontrer toute la difficulté à laquelle est exposée l’Algérie pour amorcer sa démocratisation.

Pour Louis Martinez, « la difficulté à présent c’est : comment trouver un compromis qui rassure l’armée – qui n’a aucune envie de ressembler à la Syrie, la Libye ou l’Irak – et prend en compte les aspirations démocratiques de la population (droit de regard sur la gouvernance, représentation plus juste, liberté d’association plus respectueuse, etc.) ».

« Malheureusement, les conditions ne se prêtent pas aujourd’hui à ce type de discussion », estime enfin le spécialiste français qui conclut sur un ton amer, mais ô combien vrai si on regarde de près la réalité algérienne en face sans aucun faux fuyant : « Certains croyaient naïvement qu’organiser des réunions populaires massives leur octroyait la légitimité d’être écoutés par les autorités, au point de les voir appliquer leurs revendications. Mais les autorités ont leur agenda, que le Hirak existe ou pas ».

 

 

 

14 COMMENTS

  1. Simple: une République Amazigh sur le model ancestral aura tout son sens politique éthique et surtout libérerait l’armée du devoir d’immiscion. Il faut comprendre que la devise Etat arabe islamique met en crise le pays en le placant dans l’incertitude continue. Cet islamisme vécu comme identité pose problème dès l’archétype. Quand un peuple a pour noyau identitaire l’islam et pas ses origines profondes qui le particularisent il finit dans cette vacuité pénétrable à merci par les élements extérieurs. Les tensions recentes qui virent les monarchies du golfe se projeter dans la sphère algérienne, soit par alliances extérnes ou internes sont une preuve de plus que l’islam elevé à déterminant identitaire pose un problème objectif de sécurité. Plus vous islamisez plus la population s’identifie dans les valeurs du moyen orient si bien que ce sont les plus arabisants qui revendiqueront l’islam d’orient et refusèrent ce qui était appelé « l’islam algérien », qui de fait n’en était pas un mais juste une étape de l’islamisation, qui grace à l’arabisation de l’école a accéléré le processus de passage de l’identité nationale à celle de la Oumma. Une nation c’est son archétype qui rayonnant émet les valeurs. Ainsi un pays plus est stable dans ses valeurs endogènes moins il est pèrméable aux tntatives extérnes. Le paradoxe est que le régime nous inflge l’islamisme qu’il croit etre utile dans sa tentative de « normalisation » de cet islam qu’il promeut comme moyen de controle social pour se prémunir contre la démocratie. Cette spirale rend l’armée obligatoire pour arbitrer les tensions qui iront croissantes avec le temps et le taux d’arabisation, ou plutot de dépersonnalisation. Voilà pourquoi des peuples solides dans leurs identité ont des armées plus orientées vers leurs roles réspectifs et n’interfèrent pas dans la société. Le passage de l’Etat militaire à celui civil doit impérativement etre dès la culture et l’idée de soi. Un retour au fondements renforcerait l’Etat et la décentralisationéconomique et politique serait compensée par la solidité horizontale que la certitude identitaire confèrerait au système. Mais il faut juste comprendre qu’un pouvoir partagé fonctionnel travail pour l’interet global. Le pays actuel est plus une oumma qui est dotée d’un emblème national, ce qu’elle ne vit pas au niveau des valeurs. Cette vacuité de sens palpable rend faible l’Etat. D’où la nécessité d’une presance militaire. Contourner la question ou pire arabiser la Kabylie parcequ’elle refuse le rouleau compresseur est non seulement contreproductif mais un crime. Donc aillez l’umileté de prendre le model étatique Kabyle et généralisez le. Si la Kabylie a raison elle doit etre remerciée pas punie. Il est temps des vrais choix évités qui continuent de produire leurs effets négatifs.

  2. Il a rien compris ce Monsieur et son interview n’est pas d’actualité car elle a été faite avant le 22/2 et surtout avant le 26/2 qui a marqué un retour massif du Hirak et que le régime malgré l’arrestation de pres 700 manifestants mais aucun n’est traduit devant le procureur a cause de l’injonction de l’ONU… c’est un virage important dans cette révolution du Peuple Algerie, le régime est fauché et ne fait plus peur au Peuple… la peur a désormais changé de côté !

  3. Un suppôt de Pédale6 le roitelet bouffi et ignare qui vend son peuple au plus offrant, qui est repris par Semmar ( ex caniche des Bouteflika) pour nous dire quelle gouvernance doit avoir l’Algérie

    Ahhahahaahaahha….De mieux en mieux.

    Et que pense cet escroc du Makhzen véritable narco monarchie basée sur l’asservissement de tout un peuple et la prédation des richesses ???

    Il ne doit qu’en penser du bien puisque ol bosse pour Pedale6….La prochaine fois ya Semmar le7mar, demande directement conseil à Azoulay sur ce que devrait être l’Algérie.

    Ce sera plus simple et moins débile que dz nous sortir des illustres inconnus liés au Maroc

    A la limite les mouches à khra marocaines comme Nif ou Axis vont apprécier.
    Mais pas le peuple algérien. Tu sous estimes beaucoup leur patriotisme et tu insultes leur intelligence.

    Et du coup ru es devenu LE problème d’une reconstruction de l’Algérie.
    Toutoune et sa secte de porcs devraient pouvoir reprendre des éléments de cet analyse bidon et orientée. Peu importe son origine et ses objectifs, l’essentiel elle rejoint leur discours de demokhrates haineux qui font des appels au meurtre contre tout ceux qui ne mangent ni porcs ne boivent ni alcool et ne pensent pas comme eux.

    Et cette secte servirait les intérêts de l’Algérie….ahahahhaahhahah….Wellah des millions d algeriens prendront les armes si des Toutoune devaient dicter la feuille de route. J’en ferais partie.

  4. Est-ce que ce type ayant un nom « espagnol », chercheur dans je ne sait quoi, fait reference a la France raciste et colonialiste qui au plan interne doit respecter le droit a la manifestation des gilet jaunes et autres groupes pour leurs droit, a-t-il reference aux differents « citoyens » non-blanc et non-chretiens qui n’ont de droit que de manger, dormir et de raser les murs? Au plan externe a la colonisation du Mali, Niger, Burkina, Cote d’ivoir et au terrorisme et la destruction de la Lybie a travers ses maitres des esclaves, les violeurs et voleurs des emirates? Pour avoir droit a des analyses scientifique et academique il faut etre entier, un vrai chercheur a la recherche de la verite’ c’est ce que ne font pas 99% des elites francaises racistes et colonialiste.

  5. Dey Hussein, j’imagine que vous êtes soulager quand vous insultez le Maroc et le Makhzen, vous n’avez rien à faire d ‘autres que de lancer des diatribes de méchanceté sur les autres ? Vous êtes minable et vous perdez votre temps. Sachez enfin, que ça ne change rien à la situation peu enviable de l’Algérie.

  6. Il travaille sur l’Algérie à Rabat ! Il n’y a rien à dire, ce marinez a bien un parti pris flagrant.

    Il est certes évident que l’armée est le régime, est le système et le nouveau colon, est le pouvoir qui se paye sur la bête de l’avoir prétendument libérée oubliant bien vite que ce sont les chouhada qui, en donnant leur vie, ne pouvaient pas prévoir que ce pays, l’Algérie, allait être dans de mauvaises mains.

    L’armée, au motif qu’elle est gardienne de la sécurité et de la souveraineté nationales, comme si elle était seule de par le monde à assumer cette fonction, fait dans l’esbroufe alors qu’elle est principalement intéressée par les deniers qui découlent en dessous de table des contrats qu’elle signe sur le dos des algériens.

    Ne trouvez vous pas qu’il y en a assez de cette politique de mainmise sur le pays et qu’il est temps pour elle de s’éloigner du champ politique auquel elle doit rendre compte ?

    Qu’elle se retire dans ses casernes et qu’elle fiche la paix aux algériens qui en ont marre de voir leur pays non seulement sous développé mais aussi risée du monde et ce en dépit de ses richesses dilapidées par ces pontes du régime.

  7. @ Anhichem

    Je vous ai déjà répondu à ce sujet. Tes compatriotes viennent tous les jours ici même insulter l’Algérie. Cela devrait te faire réagir non?
    Alors je m’autorise à insulter le Makhnaz.
    Et en plus c’est justifié.

    Sinon tu as raison : la situation de l’Algérie n’est pas exemplaire. Mais je la préfère en toute objectivité à la situation socio économique et politique qui règne chez toi.
    C’est une cocotte minute sous pressions…Ça sent vraiment la proche violente explosion…

  8. @titus tu as parfaitement résumé la situation, tu as dit tout haut ce que pense 100% de progressistes algériens tout bas , mais ce n’est pas demain la veille que les algériens accepteront la réalité d’où le refus catégorique de certains ,ce qui laisse un avenir prometteur à tout ces vautours qui se bardent de médailles en formes de boîtes à schemma en guise de médailles d’une guerre qu’ils n’ont jamais connu.

  9. Tant que zeghmati est là pour coffrer même les étudiants pour motif « Atteinte au moral de l’armée », il n’y a pas besoin de compromis, y’a juste à agrandir les prisons pour accueillir tous ceux qui oseront l’ouvrir ! Et le tour est joué. Notre armée ne fait pas de guerre mais elle fait de la politique, c’est son dada.

  10. … la france sème à tout vent !….. un article commandité pour apporter appui aux thèses de sfranco-berberistes-kabylistes-sionistes !…. le hirak daujourd’hui n’estpascelui du peuple algérien ou du moins les 90% des non kabyles !…. les berberistes-kabylistes s esont alliés avec leurs ennemis d hier pour recuperer lepouvoir qu ils ont perdu par le premier hirak !…. maintenant meme si la france met en service tout ce qu’elle possede comme agents à travers son Monde , elle ne pourra jamais renverser l’équation !…. la dékabylistaion du pouvoir bat son plein et s’approche de sa fin…..Mais pourquoi dites vous ?…parce que les kabylites forts de leur dictature médiatique et surtout du pouvoir du premier d’entre eux le kabrane toufikfix ont abusé de leur pouvoir durant 30 ans !….

  11. Toute cette gesticulation n’a pour but final que de faire imploser notre armée pour que notre pays devienne un véritable champs de guerre. Car l’armée constitue à leurs yeux le seul rempart contre leurs plans machiavéliques. Le rêve de beaucoup de nos ennemis est de voir une Algérie ou règne une anarchie monumentale. Les pays du golf et à leurs tête les EAU, Qatar et KSA, vont armer, entrainer et financer des seigneurs de guerre pour démolir notre pays. Le royaume du hashish et de la perversion va inonder l’Algérie de drogues et nous agresser pour occuper notre partie ouest à l’aide de ses amis israéliens. La France va régler ses comptes avec l’Algérie sur les questions de la mémoire et de l’histoire et nous imposant des solutions à sa guise. A l’est, Haftar aidé par les égyptiens et russes va nous causer d’énormes dégâts à l’est. Nos champs d’hydrocarbures seront attaqués et anéantis.
    Au sud, les sanguinaires barbus vont s’adonner à cœur joie pour occuper notre sahara.
    C’est plans existent bel et bien et il ne reste que l’occasion pour les réaliser.
    Notre valeureuse armée travaille dans des conditions extrêmes dans le sud du pays pour sécuriser nos frontières. J’aimerai savoir juste si ces Abdou Semmar et les démocrates de la 25ème heures ont fait leur service national. Habitués aux soirées arrosées et au délices interdits (drogues, prostitutions et tous les vices de la planète), c’est facile de donner des leçon de démocratie quand tu ne bouges pas ton cul d’une chaise et du touches le pactole à chaque article qui dénigre ton pays.
    C’est inédit en Algérie. Des repris de justice condamnés pour arnaques, chantages et escroqueries se permettent d’appeler les institutions d’un état.
    C’est facile d’appeler à la révolution dans un salon parisien galvaudé à bloc par des promesses mirobolantes à celui qui vend le plus son pays.
    L’Algérie ne vous doit rien et ne vous demande rien. Vous avez décidé de la quitter exfiltré comme des malhonnêtes, à partir de ce moment, vous n’avez le droit d’exiger quoique ce soit.

  12. De quelle armée parlez-vous ?
    Des vieux généraux qui sucent la substance du pays ?
    A leur service, le peuple, ses enfants et le pays tout entier.
    On peut leur échanger leurs grades de généraux contre la création pour eux, sur mesure, d’un premier collège de décideurs d’honneur jusqu’à leurs morts et de plus, comme d’habitude, au dessus des lois !
    Moyen quoi, ils doivent s’engager à mettre fin au clanisme et à accepter l’émergence d’une jeune génération de citoyens militaires aguéris pour exercer le métier à plein temps. Mais si on se base sur Goudjil, ils nous diront, après moi, c’est la fin du monde ! Donc, le compromis ça sera tou
    jours pour demain.

  13. L’armée algérienne il ne faut pas la rassurer mais la sodomiser. C’est sa façon de communiquer vis à vis de ses victimes faciles. Il y a de toute évidence une massive frustration sexuelle qui explique sa nervosité et paranoïa.
    Tant que le peuple ou les politiciens serviles la craindront ou lui demanderont son aval pour un oui et un non, elle en profitera. C’est un tigre de papier dirigé par des octogénaires avec un pied dans la tombe. Elle a déjà mené le pays à la faillite. Il est temps de siffler la fin de la récré et de retourner la situation. Cela fait 60 qu’elle se fout de votre gueule avec des menaces imaginaires et dessous de tables colossaux pour ses rejetons.
    Un vrai État c’est quand l’armée est un instrument au main du politique et non l’inverse. Révisez vos cours de droit constitutionnel.