4.9 C
Alger
lundi, janvier 30, 2023

Intempéries : Alger et plusieurs villes du nord du pays se noient sous les pluies

- Advertisement -
- Advertisement -

Les pluies et les intempéries ont provoqué ce dimanche de nombreuses scènes de panique à Alger et plusieurs autres villes du nord du pays. Routes bloquées, inondées, des transports publics fortement perturbés, des écoles et des édifices publics transformés en piscines à ciel ouvert, de nombreux algériens ont vécu un véritable calvaire dans leurs localités ou régions respectives à cause de l’impact préjudiciable des pluies sur des agglomérations sous-équipées et très mal-gérées face au risque de sinistres naturels. 

A Bab El-Oued, Dely Ibrahim, Bouzaréah et d’autres localités de la capitale Alger, les eaux pluviales ont provoqué des embouteillages monstrueux, blocages des routes et les parents désemparés ont accouru pour récupérer leurs enfants scolarisés dans des établissements partiellement inondés.

Béjaia, Skikda, Jijel ou Annaba, plusieurs autres villes du nord-est algérien subissent ce dimanche 14 novembre des épisodes pluvieux intenses. Les services publics sont rapidement paralysés et les populations locales empêchées ainsi de vaquer à leurs occupations habituelles.

Ces intempéries font craindre des dégâts considérables et humains comme ce fut le cas jeudi 11 novembre dernier lorsque 3 nouveaux décès ont été recensés à cause des intempéries qui ont marqué le nord du pays depuis le début de la semaine dernière. Les victimes ont été retirées  des décombres de leur habitation précaire dans un quartier de la banlieue de la capitale, Alger. La maison s’est effondrée en raison d’un éboulement provoqué par de fortes pluies qui se sont abattues, presque sans cesse sur la capitale. Cet accident s’est produit au niveau de la commune de Raïs Hamidou, sur la côte ouest de la capitale.

Les trois victimes ont été surprises par un glissement de terrain qui a emporté leur construction anarchique située au niveau de la cité des Oiseaux. Ce dimanche, de nombreuses familles sont sur le qui-vivre à cause des fondations très fragiles de leurs habitations dans plusieurs quartiers populaires d’Alger.

La semaine passée, des effondrements et des fissures de murs d’enceinte ont été signalés  dans plusieurs communes de la capitale, comme Bouzaréah, Oued Romane, Aïn Benian, Douéra et Hussein-Dey. Les unités de la Protection civile ont été contraintes d’intervenir régulièrement pour pomper l’eau qui s’est infiltrée dans des habitations et des caves à Rouiba, Bologhine, Bab El Oued, et dans les wilayas de Boumerdès (Ouled Haddadj) et Blida (Beni Tamou et Beni Merad). Ces intempéries ont suscité de véritables craintes parce qu’elles rappellent le douloureux souvenir du 20ème anniversaire des inondations de Bab El Oued, le 10 novembre 2001, ayant coûté la vie à plusieurs milliers de personnes.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

2 COMMENTS

  1. A chaque pluie de 50 ml ce sont des inondations et des victimes alors qu’ailleurs dans les autres pays du monde il pleut le double aucun degat matériel important ou humain… c’est la faillite de ce régime inculte et corrompu!

    Généraux criminels
    DRS terroristes