Incompétence et laxisme : Tiaret, une wilaya qui nage dans les scandales à cause de son Wali impuissant

0
627

Le maintien de l’actuel wali, Mohamed Amine Dramechi en l’occurrence, à la tête de l’exécutif de la wilaya de Tiaret n’a pas été du goût des citoyens Tiaretis et même des élus. Et pour cause, la gestion des affaires courantes de certains secteurs stratégiques pose toujours problème et suscite aussi de vives réactions.

Les exemples invitant les pouvoirs publics à revoir le mode de gestion des affaires courantes au niveau de cette wilaya de l’Algérie profonde sont multiples. Et ce n’est pas essentiellement du ressort du Wali. L’incompétence et le maintien de certains « proches collaborateurs » et responsables, notamment des directeurs d’exécutif incompétents ou des cadres dirigeants au niveau du cabinet du wali en poste depuis de longues années, suscitent des questionnements.

Les exemples sont légion. Le directeur de la santé et de la population est en poste depuis 5 ans alors que ce dernier a impacté négativement le fonctionnement du secteur de la santé et la qualité des soins prodigués aux patients d’où un très grand écart est signalé entre les moyens financiers déployés par le ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière pour le fonctionnement des hôpitaux et les différentes structures de santé et la qualité des soins. A cela, il faut ajouter le mauvais accueil, l’insuffisance en termes d’orientation des patients au niveau de certaines cliniques et le non-diagnostic rapide de leur état les renvoyants vers les établissements de santé privés pour des examens d’imagerie et des analyses.

Idem pour le directeur des domaines qui avait été cité récemment comme étant le stratège d’une douteuse cérémonie de vente aux enchères organisée par la direction des domaines de la wilaya de Tiaret.

Ainsi que de hauts cadres de la wilaya, citant aussi, l’actuel inspecteur général de la wilaya qui s’invite aussi aux audiences de délibération de l’APC de Tiaret pour soutenir le transfert de la gestion du parc Communal à l’EPIC « Tiaret Nadhafa » à l’insu du Wali !

Quand au Wali de Tiaret, il n’accorde pas des audiences aux citoyens ce qui constitue un dangereux précédent contribuant ainsi à creuser le fossé séparant les citoyens de Tiaret de leurs gouvernants. Force est ainsi de conclure que Mohamed Amine Dramechi a échoué, pour ne pas dire failli, dans la gestion des secteurs clés et dans le développement de la wilaya de Tiaret.

Nous pouvons également soulever le non-respect des directives du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui a ordonné lors du Conseil des ministres tenu le 28 février 2021, la récupération de toutes les assiettes de foncier industriel attribuées mais non-exploitées à ce jour pour les octroyer aux véritables investisseurs. A Tiaret, seulement 24 hectares inexploités ont été récupérés en 2021.

Dans la zone industrielle (ZI) de Zaaroura, qui s’étend sur 656 hectares, seulement 52 investissements sont actifs et à l’intérieur de la ZI 101 investisseurs n’ont pas démarré leur activité soit 72% des investisseurs recensés. Des anciens bénéficiaire ont bâti aussi des villas et des hangars sur ces assiettes foncières, d’autres plus audacieux, exposent leur terrain à vendre sur les réseaux sociaux alors que théoriquement le terrain est  une propriété de l’Etat.

Les normes de créations des unités économiques ne sont pas respectées, ces zones ont été transformées en zones d’habitation. « Des constructions illégales sous couvert d’unité industrielle, la responsabilité de ce scandale incombe dans un premier temps aux services d’urbanisme qui n’ont pas fait leur travail », explique une source bien au fait de ce dossier sous couvert d’anonymat.

La dilapidation des deniers publics est devenue, malheureusement, monnaie courante au niveau de la wilaya de Tiaret. Les rapports accablants des élus de l’APC du chef-lieu de la wilaya Tiaret sur la gestion douteuse des affaires de la mairie de Tiaret, transmis au premier responsable de la wilaya, en dit long sur l’ampleur de ce fléau au niveau de cette wilaya.

Le règne du Wali Mohamed Amine Dramechi, a été aussi marqué par son absence aux funérailles de Safi Boudissa, ancien ministre de l’emploi de l’Algérie indépendante et officier de l’ALN. Cette attitude a provoqué la colère des citoyens de Ksar Chellala. Pour les habitants de la région, ce qui s’est passé le jour de l’enterrement de Safi Boudissa est synonyme de «mépris» et de «marginalisation» envers la région de Ksar Chellala.

Mohamed Amine Dramechi, s’est rendu dans la soirée à Ksar Chellala pour présenter ses condoléances à la famille du défunt parce qu’il était uniquement rappelé à l’ordre par la Présidence de la République en guise de réparation de cette bourde indélicate.

Par ailleurs, les enquêtes diligentée par les différents services de sécurité n’ont pas encore livré tous leur secrets sur tous les scandales qui ébranlent en ce moment Tiaret. Toutefois, la faiblesse de l’actuel exécutif ne permet pas d’être optimiste. La wilaya de Tiaret qui était prédestinée à devenir un pôle important dans tous les domaines grâce à sa situation géographique et sa vocation agro-pastorale est loin de pouvoir sortir rapidement la tête de l’eau.