7.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

Il ne restera dans les caisses que 51 milliards de dollars : pourquoi l’année 2020 est un virage dangereux pour l’Algérie

Array
- Advertisement -
- Advertisement -

Le destin de l’Algérie se jouera d’ici la fin de l’année 2020. D’ici là, l’Algérie devra affronter de nouveaux défis et négociera un virage dangereux, celui de la fin certaine de son aisance financière qui faisait sa fierté par le passée. Et pour cause, à la fin de l’année 2020, il ne restera dans les réserves de l’Algérie qu’à peine 51 milliards de dollars. 

Et ce chiffre est encore très optimiste car il a été calculé et prévu par le gouvernement algérien lequel reconnait dans le projet de loi de finances (PLF) 2020 que nos réserves de change connaîtront une contraction à 51,6 fin 2020 ce qui représente à peine 12,4 mois d’importations sans facteurs de production.  Cette chute brutale des réserves de change risque d’être encore plus brutale dans la réalité car l’Etat algérien, paralysé par la crise politique, pourrait aggraver les déficits budgétaires du pays.

Le PLF 2020 indique, en effet, clairement un déficit du budget de -1.533,4 milliards DA (-7% du PIB), à savoir près de 15 milliards de dollars, et un déficit du trésor de -2.435,6 milliards DA, à savoir près de 24 milliards de dollars, (-11,4% du PIB). Ces chiffres astronomiques sont effrayants et démontrent que l’Algérie vit au-dessus de ses moyens et peine à produire des richesses pour se maintenir sa survie financière et économique.

Ces déficits toucheront des services publics importants et essentiels pour le quotidien des Algériens.  A titre d’exemple, la Caisse Nationale des Retraites (CNR) est en quasi-faillite. Le déficit de la Caisse nationale des retraites (CNR)  s’élève à 700 milliards DA/an, à savoir près de 7 milliards de dollars par an. Cet argent, l’Etat algérien doit le trouver et le mobiliser chaque année pour pouvoir payer les retraites des 3,2 millions de retraités algériens.

Ces 7 milliards de dollars font partie des 2.10,6 milliards DA, à savoir les 21 milliards de dollars, que l’Etat algérien doit trouver en 2020 pour le financement du déficit du trésor. Où est-ce que les autorités algériennes vont trouver cet argent   ? Pour ne pas effrayer les Algériens, le ministre des Finances, Mohamed Loukal, parle du « recours à des ressources internes », un langage technique qui veut tout simplement dire que nous allons puiser dans les réserves de changes pour sauver les meubles.

A partir de 2021, l’Algérie entrera dans l’ère du déficit généralisé de l’Etat. Une situation de pré-faillite qui peut renvoyer le pays à la disette de la fin des années 80 et début des années 90 avec son lot de troubles politiques. Avec un changement politique qui traîne et des réformes économiques bloquées, l’Algérie est plus que jamais au coeur de la tourmente dés 2020.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -