Formation d’ingénieurs : aucune université algérienne ne figure parmi les 10 meilleures universités africaines

Un autre classement international confirme une nouvelle fois le recul inquiétant de la qualité de l’enseignement et de formation des universités algériennes. En effet, aucune université algérienne ne figure en 2022 parmi les 10 meilleures universités africaines concernant la formation des ingénieurs. 

C’est ce que nous apprend le Classement mondial des universités QS (QS World University Rankings) qui est un classement annuel des universités publié par Quacquarelli Symonds (en). Il est l’un des trois classements des universités les plus réputés, avec les classements du Times et de l’université Jiao Tong de Shanghai.

Quacquarelli Symonds (QS), un groupe de réflexion international sur l’enseignement supérieur, a publié ainsi l’édition 2022 du QS World University Rankings by Subject, une analyse comparative des performances de 15 200 programmes de formation universitaires, dont celui d’ingénieurs. Dans ce classement, l’Egypte et l’Afrique du Sud sont les seuls représentants africains avec 5 écoles chacune. L’Algérie est totalement absente de ce classement et les universités algériennes confirment, dés lors, leur recul alarmant dans cette thématique stratégique pour le développement d’un pays car les ingénieurs sont considérés comme la composante la plus importante de la main-d’oeuvre qualifiée dont a besoin un pays quelconque pour assurer son développement.

Dans ce domaine, force est de constater que les universités algériennes ne peuvent guère concurrencer les universités égyptiennes ou sud-africaines. L’Université du Caire, en Egypte est la mieux classée. Grâce à la bonne renommée de ses facultés d’informatique et de génie civil, elle a obtenu 74 points sur les 100 possibles, et se classe au 134e rang mondial. Sa compatriote d’Ain Shams est à la 269e place mondiale, avec un total de 68 points. Cette école propose des formations d’ingénieurs innovantes. C’est le cas de son cursus en planification urbaine, mécatronique et hydraulique.

Avec sa faculté d’ingénierie et d’écologie, l’Université du Cap en Afrique du Sud clôt le trio de tête africain, avec 68 points qui lui permettent de se classer à la 287e place mondiale. Les autres universités du classement sont respectivement l’Université d’Alexandrie en Egypte, de Pretoria en Afrique du Sud, l’Université américaine du Caire en Egypte, celles de Witwatersrand et de Stellenbosch en Afrique du Sud, l’Université de Mansourah en Egypte, et celle de Johannesburg en Afrique du Sud.

Fondé en 2004, le Classement mondial des universités QS est devenu la source de données comparatives la plus populaire au monde sur les performances universitaires. Au-delà de la publication par QS du portefeuille de classement des universités leaders sur le marché mondial, QS compile également l’enquête internationale sur les étudiants QS. Le classement a été élaboré à partir de 7 filières d’ingénierie et des technologies, à savoir : le génie civil, le génie électrique et électronique, le génie chimique, le génie mécanique, le génie minier, le génie pétrolier, et l’informatique et systèmes d’information.