EXCLUSIF – Voilà qui a Récupéré une Partie des Biens de Tahkout à l’Etranger, et ce n’est pas l’Algérie !

0
461

Si l’Etat algérien n’a pas pu récupérer l’ensemble des biens immobiliers acquis et les immenses fortunes transférées à l’étranger par certains oligarques algériens de l’ère Bouteflika, c’est également parce que d’autres algériens ont réussi à les racheter en toute discrétion.

Au cas ou ils ne le savent pas, ces derniers sont, au regard de la loi, coupables de recel d’abus de biens sociaux, de recel de blanchiment d’argent, de détournements, d’infractions à la réglementation des changes, de transfert d’argent illicite…

Il en est ainsi de la fortune des Tahkout, et plus particulièrement de Mahieddine Tahkout qui avait commencé en simple marchand de légumes au début des années 1990, avant de se transformer en l’espace de quelques années à l’ombre du régime algérien et grâce à son amitié avec Said Bouteflika, en un homme d’affaires prospère, avant d’être rattrapé pour ses affaires de corruption et finir en prison.

Explication.

Au mois de Juillet 1998, Jean Boras et Pascale Pons vont créer à parts égales et avec 50.000 Francs Français de capital social, la société Languedoc Immobilier Construction dont le siège sera au fixé au 126 de l’impasse Juvenal dans la ville de Nîmes, dans le sud de la France.

L’objet de cette entreprise est, entre autres, la construction d’immeubles, la rénovation et la transformation de biens immobiliers.

Languedoc Immobilier Construction

En Août 2005, la société Languedoc Immobilier Construction est rachetée par Rachid et Hamid, Nasser et Mahieddine Tahkout, pour la somme de 650.000 Euros. En 2010, Mahieddine va acquérir l’ensemble des parts de cette entreprise, avant de céder ses parts à Hamid en 2017.

Sarl Le Palatium

À la même date, les Tahkout vont racheter, pour la somme de 350.000 Euros, la Sarl Palatium au capital de 50.000 Francs Français, sise à la même adresse de l’impasse Juvenal à Nimes en France, créée en décembre 1998 par les mêmes propriétaires Jean Boras et Pascale Pons.

C’est le frère de Mahieddine, Nasser Tahkout qui en est nommé gérant, avant d’être remplacé par Aicha Hamidouche, l’épouse de Mahieddine Tahkout, elle-même remplacée à ce poste par Rachid Tahkout en Mars 2011 après que ce dernier ait racheté toutes les parts de l’entreprise.

Notons qu’au moment de l’achat, la Société Palatium, dont l’objet social est la location de bureaux et de salles, secrétariat service, domiciliation d’entreprises…, disposait de plus de 200.000 Euro en trésorerie courante !

SCI TMF

À la fin du mois d’Aout 2005, Mahiedine Tahkout, qui déclarait habiter au Chemin de Bouillargues à St Gilles pas loin de la Ville de Nîmes, va constituer à l’impasse Juvenal à Nimes, avec son épouse Aicha Hamidouche, sa maman Malika Mimouni veuve Tahkout, ses frères Hamid Tahkout et son épouse Benchalabi Dalila, Tahkout Rachid, Tahkout Nasser et son épouse Haroud Nacira, ainsi que les deux enfants Fateh Tahkout et Karima Tahkout, une société Civile Immobilière dénommée TMF avec pour capital social 30.000 Euros déposes en espèces.

Une procédure de cession de parts a eu le 23 Aout 2006, laissant comme seuls associés de la SCI TMT : Mahieddine, Rachid Hamid et Nasser. Mahieddine Tahkout va racheter en 2010 l’ensemble des parts détenues par sa famille, avant de dissoudre la SCI TMF en Avril 2017.

Il faut dire qu’à cette époque, les rumeurs et les pressions étaient énormes autour de l’usine des Tahkout à Tiaret, mettant soue les feux des projecteurs leurs investissements et endettements colossaux. Les Tahkout vont vite se résigner à revendre leurs sociétés et biens immobiliers en France.

Cession Languedoc Immobilier

Ainsi, au mois de Janvier 2019, Hamid Tahkout va céder la société Languedoc Construction Immobilier, renommée en 2017 Languedoc Immobilier, à Boudjellal Messelek et à Karim Messelek, deux résidents algériens nés respectivement à Mascara en Janvier 1988 et 1989, pour un prix établi officiellement à 110.000 Euros… Soit presque 6 fois moins que son prix d’acquisition !

Le 10 Septembre 2019, Boudjellal Messelek qui est le gérant de la société Languedoc Immobilier, nomme son père Mokhtar Messelek, résident algérien né au mois de Novembre 1959 à Mascara, en qualité de co-gérant.

Mokhtar Messelek est le PDG de CVM Motors, concessionnaire de véhicules représentant exclusif de la marque indienne TATA en Algérie et qui avait repris la marque chinoise d’automobile (FAW) en 2011.

Cession Le Palatium

A la fin de l’Année 2018, Rachid Tahkout va céder les parts de cette entreprise à Réda Messelek, résident algérien né en Mars 1998 à Oran.

Le 20 Septembre 2019, Réda Messelek nomme son père, Mokhtar Messelek co-Gérant de cette société nouvellement acquise.

Le 23 Mars 2022, Mokhtar Messelek fait enregistrer par le greffier du tribunal de commerce de Nimes, un document signé au mois de janvier 2019, qui annonce préalablement la cession de parts de Réda Messelek à son père Mokhtar Messelek dans l’entreprise le Palatium…

Comment tout ce monde a-t-il pu transférer autant d’argent à l’étranger, sans que le fisc n’en soit informé ou que la Banque d’Algérie n’ait donné son autorisation ?

Comment les autorités algériennes et les services de renseignements ou de sécurité n’ont pas été alertés, ou n’ont pas réagis à ses mouvements suspects d’acquisitions et de transferts de propriétés entre résidents algériens à l’étranger ?

Des questions qui resteront en suspens, démontrant finalement que rien ne fonctionne vraiment comme il se doit.

Pauvre Algérie…