Exclusif. Un steward d’Air Algérie activement recherché par la Justice française arrêté par la Police anglaise à Londres

0
625

Laroussi Rabah, un steward d’Air Algérie, a été arrêté par la Police anglaise à l’aéroport de Londres à la suite d’un mandat d’arrêt européen émis à son encontre par la Justice française, a pu confirmer Algérie Part ce samedi 4 juin au cours de ses investigations. La Police anglaise a immobilisé au sol l’avion d’Air Algérie assurant la liaison Alger-Londres à son arrivée sur la piste de l’aéroport de la capitale anglaise pour procéder ensuite à l’arrestation musclée de ce steward activement recherché en France pour son implication dans un vaste scandale de contrebande de smartphones de haut de gamme et d’objets précieux volés en France et détournés vers l’Algérie pour être revendus au marché parallèle. 

Selon nos investigations, ce steward figure parmi les 5 PNC faisant l’objet de mandats d’arrêt lancés par la Justice française depuis la mi-octobre 2021. Ces 5 PNC s’appellent Laroussi R., Issadi S., Kalache S., Bentoumi S et Dahmani L. Pour le moment, seul Laroussi Rabah, le beau-frère d’un influent haut responsable d’Air Algérie, est en état d’arrestation et devra être transféré dans les heures à venir vers la France pour qu’il comparaisse devant les juridictions compétentes en charge de l’enquête sur le dossier de contrebande et activités illicites dans lequel il est grandement impliqué.  Les 4 autres stewards d’Air Algérie n’ont pas été encore appréhendés par les services de sécurité français alors qu’ils continuent de travailler le plus normalement du monde en opérant sur plusieurs vols internationaux et nationaux de la compagnie aérienne nationale.

Pour rappel, ces stewards algériens sont cités dans un scandale qui avait éclaté en été 2020 après une série de vols de bijoux et de téléphones portables dans le centre-ville de Rennes, en Bretagne, au nord-ouest de la France. Une enquête avait été enclenchée par le parquet du tribunal judiciaire de Rennes et elle avait rapidement débouché sur la mise en examen de cinq personnes, dont trois ont été écrouées. D’après les informations communiquées par la justice française à l’AFP, les vols étaient commis « par des mineurs ou jeunes majeurs étrangers en errance » et les appareils acheminés vers l’Algérie.

Pour envoyer les téléphones en Algérie, le réseau avait obtenu la complicité de stewards et d’un fonctionnaire algérien dont l’identité n’a pas été dévoilée par les autorités judiciaires française qui ont décidé d’ouvrir officiellement une information judiciaire en février 2021. Selon les enquêteurs cités par l’AFP, « au moins 600 téléphones mobiles haut de gamme ont ainsi été exportés  » entre décembre 2020 et février 2021 vers l’Algérie, « générant un profit de plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois ».  Soulignons enfin que ce réseau mafieux qui employait des stewards d’Air Algérie collectait également des téléphones volés à Paris et en Normandie.