EXCLUSIF – Un Homme, Sans Documents de Voyage, Pénètre dans un Avion à l’Aéroport d’Alger, sous l’Œil Passif des Policiers !

0
572

En cette matinée du 15 Aout 2022, la vieille dame qui prenait un vol de l’aéroport d’Alger en direction de la capitale de l’Ouest, Oran, était accompagnée par son fils qui lui tenait la main et l’aidait pour les formalités d’usage.

Auteur : [email protected]

Ils ont alors tous deux traversé le premier portillon et passé le scanner opéré par la police et les douaniers de l’Aéroport, se sont ensuite dirigés vers le contrôle de documents et l’enregistrement réalisé auprès de la compagnie aérienne, puis ont traversé le second contrôle scanner-portique sous les yeux de policiers et douaniers avec fouille au corps pour pénétrer en salle d’embarquement, et enfin une ultime vérification exécutée par les agents de douanes et de police.

Le fils et sa maman font alors la queue avant de rentrer à l’intérieur de l’avion et trouver le numéro de siège attribué par la compagnie aérienne, afin d’y prendre place.

Alors que l’heure du décollage approchait, le fils était encore debout près de sa maman à attacher sa ceinture tout en continuant à lui parler, pour rassurer certainement la vielle dame.

Le personnel de bord demande alors au Monsieur, à plusieurs reprises, de respecter les consignes en vue du décollage et de s’asseoir. En vain.

Excédé, le personnel naviguant fait part de cet incident au Commandant de Bord qui se dirige vers la personne, toujours debout près de sa maman, auquel il demande de prendre place au siège attribué en vue du décollage imminent.

La réponse du fils a été abasourdissante.

Il a tout simplement indiqué qu’il n’allait pas prendre le vol, mais qu’il accompagnait juste sa maman qui voyageait seule… !

Comment avait-il pu se retrouver dans l’avion alors qu’il ne voyageait pas ?

Qui l’a laissé passer tous les contrôles sans constater qu’il n’avait pas les documents de voyage lui permettant de rentrer dans l’aéronef ?

La personne en question, arrêtée par les services de police une fois signalée par le commandant de bord de l’avion, a répondu que personne ne lui avait demandé les documents de voyage obligatoires…

La Police de l’aéroport a pensé, à tort, qu’il s’agissait d’un « collègue » et l’ont laissé traverser tous les points de contrôle, alors même que ceux-ci ont des consignes strictes et sont censés ne permettre à aucun citoyen, fusse-t-il même employé de la SGSIA, de pénétrer la zone réglementée avant et au-delà de l’enregistrement…

On l’a tous constaté, montrer sa carte de service suffit à laisser n’importe quel membre de police, de gendarmerie ou de l’armée, à bafouer les règles de sécurité imposées par l’Etat et par les conventions internationales ratifiées auprès des institutions aéronautiques mondiales.

Pis encore, en Algérie il suffit que n’importe quelle personne soit prise pour telle par nos services de sécurité pour qu’on lui permette, sans problèmes, de rentrer jusqu’au sein même de l’avion, au prix de la sécurité de centaines de citoyens, de tous les employés de l’Aéroport et d’une infrastructure aussi sensible…

Et même si c’était un véritable policier, depuis quand les membres de ce corps peuvent-ils rentrer à l’intérieur sans un motif impérieux ?

Après coup, soit hier 19 Aout 2022, l’inspection de Police s’est résolue à se présenter à l’aéroport pour mener son enquête, vérifier les caméras, auditionner les policiers de service en vue de les suspendre etc…etc…

Une chose est sûre, ce surprenant épisode démontre, une fois encore, l’incompétence et la médiocrité des responsables de Police affectés à l’aéroport, mais également celle de la hiérarchie qui les a placés à ces postes sensibles !

Dans un pays qui se respecte, le limogeage aurait commencé par le Ministre de l’Intérieur, le DGSN, le Directeur de la Paf, le Directeur de la sécurité et les agents impliqués, car ce n’est pas là la première fois que ce genre d’incidents graves se passe au sein de nos Aéroports.

Chez nous, on s’attend tous à ce que seuls quelques boucs émissaires en fassent les frais, puis on oubliera le tout jusqu’au prochain incident. Sans que personne ne nous assure qu’il ne sera pas plus grave.

Ainsi va la Nouvelle l’Algérie…