13.9 C
Alger
lundi, février 6, 2023

Exclusif. Naftal, l’autre gros scandale qui va ébranler Sonatrach

- Advertisement -
- Advertisement -

NAFTAL, la société de distribution et de commercialisation des carburants ainsi que de La conception, l’élaboration et la distribution de lubrifiants pour moteurs ainsi que pour l’industrie, vit l’objet d’une profonde grosse enquête menée en ce moment par la brigade de recherches de Bab Jedid de la gendarmerie nationale, a appris Algérie Part au cours de ses investigations. 

Cette enquête concerne plus précisément les passations douteuses et illicites de marchés publics, les pratiques de dilapidation de deniers publics et de trafic d’influence sous l’ère de Belkacem Harchaoui, l’ex-PDG de Naftal limogé de son poste le 4 février 2020 alors qu’il dirigeant cette filiale stratégique de Sonatrach depuis le 10 juin 2019.

Belkacemn Harchaoui fut pendant longtemps le protégé de l’ex-Premier ministre, Nourredine Bedoui. BHarchaoui a gagné les faveurs de Bedoui lorsqu’il a imposé le recrutement de son fils pilote, Réda Bédoui, à Tassili Airlines en 2017 alors qu’il avait recalé de l’Académie de l’aviation d’Oxford en raison de ses mauvaises notes lors des examens comme il avait été révélé par Algérie Part.

Fort du soutien de Bedoui, Harchaoui s’est imposé comme le maître absolu à la tête de Naftal où il a conclu de nombreux partenariats et marchés douteux à l’image de l’accord conclu à la fin du mois de février 2020 avec la société grecque, LPC pour la création d’une joint-venture afin de construire une usine de production de lubrifiants en Algérie.

Le coût d’investissement pour la construction de cette unité de lubrifiant d’une capacité de 55 000 tonnes métriques et de 5 000 tonnes de graisse s’élèvera à environ 30 millions d’euros et sera financé par des fonds propres et des prêts bancaires.

Or, qui représente cette entreprise grecque en Algérie ? Un certain M. Bouchema et son épouse, tous les deux des anciens directeurs au niveau du niveau du département des lubrifiants à Naftal, et tous les deux de bons amis à l’ex-PDG de Naftal, Belkacem Harchaoui ! Une proximité troublante qui témoigne clairement du favoritisme accordé par la direction générale de Naftal à cette société grecque cherchant des affaires juteuses en Algérie.

Algérie Part a pu confirmer au cours de ses investigations qu’après son admission à la retraite, M. Bouchema, le représentant en Algérie de Lubrifiant and Pétrolium corporation (LPC) filiale du groupe MOTOR OIL (HELLAS),  est resté très ami avec Harchaoui et le Directeur de la Branche Commercialisation de Naftal, Monsieur Mustapha Nouri.
Ce marché douteux est juste un petit exemple et Algérie Part poursuit ses investigations sur de nombreux dossiers très sulfureux à NAFTAL.  D’ailleurs, même après son limogeage, Belkacem Harchaoui continue d’exercer son influence sur cette filiale de Sonatrach. Preuve en est, après avoir pris un congé de 3 mois à la suite de son remplacement par Kamel BENFRIHA, qui demeure encore directeur général par intérim de Naftal, une conseil d’administration de NAFTAL s’est tenu au mois de Ramadhan passé pour nommer Belkacem Harchaoui conseiller auprès de la direction générale de NAFTAL jusqu’à son départ à la retraite au mois d’octobre prochain…  Tout a été orchestré par la direction générale de Naftal pour offrir au protégé de Nourredine Bedoui un parachute doré.

En attendant la fin de l’épidémie du COVID-19, la brigade de recherches de Bab Jedid prépare les convocations afin de commencer les auditions dans ce dossier qui promet de nombreux rebondissements. Nous y reviendrons.

Rappelons en dernier lieu que NAFTAL est l’une des filiales les plus stratégiques de Sonatrach. Elle emploie plus de 31 mille personnes et elle réalise un chiffre d’affaires de 2,8 milliards de dollars par an. C’est une filiale de Sonatrach qui engage des intérêts financiers énormes.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -