8.9 C
Alger
mercredi, février 8, 2023

Exclusif. Le général Triki Mohamed présenté ce dimanche matin au tribunal militaire de Blida

- Advertisement -
- Advertisement -

Placé officiellement sous enquête, comme il a été révélé récemment par Algérie Part, pour des faits de corruption et de dilapidation des deniers publics ainsi que trafic d’influence, le général Triki Mohamed, Commandant régional de la Gendarmerie nationale d’Oran, l’un des hommes les plus puissants de la gendarmerie algérienne, a été présenté ce dimanche matin devant les juges du tribunal militaire de Blida, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Le général Triki Mohamed est en train d’être auditionné par des magistrats instructeurs qui ont été chargés d’enquêter depuis plusieurs jours sur les magouilles financières dans lesquelles il est impliqué jusqu’au cou. En effet, Algérie Part avait précisé dans ses récentes révélations que le général Triki Mohamed est soupçonné d’avoir protégé plusieurs « gros bonnets » dans le milieu du business en Oranie, à l’ouest du pays, a-t-on appris auprès de plusieurs sources proches du commandement régional de la gendarmerie nationale à Oran.

Ce dimanche matin, au tribunal militaire de Blida, le général Triki a été interrogé minutieusement sur ses relations troublantes et douteuses avec plusieurs grosses fortunes de l’ouest algérien en étouffant les enquêtes dont elles faisaient l’objet depuis 2019 de la part des services spécialisés de la gendarmerie nationale. Une liste exhaustive de ces VIP choyés par le patron de la gendarmerie nationale de toute l’oranie a été dressée par les enquêteurs de la justice militaire qui ont approfondi ensuite leurs investigations sur les ramifications de l’immense réseau de hauts responsables de l’Etat impliquant le général Triki dans de gravissimes pratiques de trafic d’influence.

Algérie Part a pu confirmer au cours de ses investigations que parmi les « gros bonnets » bénéficiaires de la protection du général Mohamed Triki, il y a un certain Abdelmalek Sahraoui, le député milliardaire du FLN de la wilaya de Mascara. Ce dernier est le seul des plus richissimes oligarques de l’ère Bouteflika qui n’a pas été inquiété par les services de sécurité et la justice. Une impunité qu’il doit essentiellement à la protection du général Mohamed Triki. Par le biais du commandant du groupement territorial de la gendarmerie nationale à Mascara, le général Mohamed Triki aurait touché des pots-de-vin en échange d’une suspension des enquêtes des brigades spécialisées de la gendarmerie nationale sur l’enrichissement illicite d’Abdelmalek Sahraoui. Les enquêtes de la justice militaire se poursuivent et devront aboutir à des révélations fracassantes dans les jours à venir. Quant au général Mohamed Triki, remplacé provisoirement dans ses fonctions à Oran par le colonel Ghouar Belehoual, il risque bel et bien d’être placé en détention provisoire à la fin de ces auditions au tribunal militaire de Blida.

 

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

4 COMMENTS

  1. Parce que les guerres se font par les militaires et qu’il suffit de corrompre l’armée pour annihiler toutes résistances et venir se servir.
    En Algérie, c’est «  open bar «  depuis bientôt deux cent ans….

  2. On les juge dans le salon, on les transfert via le couloir qui mène à la chambre donnant sur le jardin, pour prendre la poudre d’escampette !
    Tant d’années passées à jouer à la « Ronda » ensemble ça vous marque à jamais comme clanisites solidaires.