Exclusif. Le frère du patron de la DCSA et plusieurs autres officiers du renseignement extérieur arrêtés à Alger pour leur implication dans « un vaste complot » contre la sécurité nationale

0
600

Un énorme scandale a éclaté à Alger au sein des institutions sécuritaires les plus sensibles et stratégiques du pays. 10 personnes ont été arrêtées et placées en garde-à-vue à la caserne Antar de Ben Aknoun qui sert de Centre Principal des Opérations (CPO) de la Direction générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), la principale branche des services secrets algériens, pour leur implication avérée dans un vaste complot ayant ciblé la sécurité nationale et plusieurs institutions ainsi que des personnalités civiles ou militaires de l’Etat algérien, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Parmi ces 10 personnes arrêtées et soumises à des enquêtes approfondies, nous retrouvons un certain colonel Omar qui est le propre frère de l’actuel premier responsable de la Direction Centrale de la Sécurité de l’Armée (DCSA), le général-major Sid Ali Ould Zemirli. Nous retrouvons également, a-t-on pu confirmer plusieurs officiers du renseignement extérieur algérien, à savoir la Direction de la Documentation et de la Sécurité Extérieure (DDSE). Il s’agit d’au moins 3 officiers dont un commandant, un capitaine et une ancienne attaché de sécurité au niveau du consulat général d’Algérie à Paris.

A ces 3 officiers de la DDSE, les enquêteurs du CPO d’Antar ont procédé également à l’arrestation d’au moins deux officiers de la DCSA. Un entrepreneur businessman originaire de Batna a été également appréhendé dans le cadre des investigations poussées enclenchées sur ce vaste scandale ayant trait à des pratiques de déstabilisation ciblant des centres névralgiques de l’Etat algérien. Ce scandale a éclaté au lendemain de l’arrestation le 14 août dernier du lieutenant-colonel Tarek Amirat, l’ex-chef de bureau de sécurité de l’ambassade d’Algérie à Paris en France et le numéro 2 de la cellule anti-subversion de la DDSE entre 2021-2022.

Les auditions effectuées par les enquêteurs du CPO d’Antar et les perquisitions menées dans plusieurs maisons et domiciles des suspects ont permis de dévoiler un complot qui était orchestré depuis 2020 contre des conseillers au Palais Présidentiel d’El-Mouradia, des membres de l’entourage familial du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, des ministres ayant occupé des fonctions importantes au sein du gouvernement ou des décideurs influents de certains services de sécurité relevant du ministère de la Défense Nationale.

Le colonel Omar et ses acolytes ou complices au sein de la DDSE et de la DCSA ont subtilisé des informations confidentielles pour les manipuler, les falsifier et les communiquer à des blogueurs ou cyber-activistes établis à l’étranger pour dénigrer et torpiller des hauts responsables de l’Etat dans l’objectif d’affaiblir leurs positions et provoquer leur mise à l’écart des fonctions suprêmes de l’Etat.

Ce réseau d’officiers véreux a également manipulé à maintes reprises les services de sécurité en leur faisant parvenir des lettres anonymes ou des rapports sécuritaires mensongers et affabulatoires dans le seul but de jeter le discrédit sur des personnalités militaires ou politiques qui dérangeaient leurs intérêts personnels ou claniques. Selon nos investigations, l’enquête du CPO d’Antar se poursuit et d’autres arrestations sont prévues dans les jours à venir étant donné l’ampleur inédite et la gravité des faits de ce scandale politico-sécuritaire. Plusieurs personnes arrêtées par les enquêteurs du CPO d’Antar devront être présentés prochainement devant le tribunal militaire de Blida pour que la Justice militaire tranche sur leur sort.