5.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

Exclusif. La magistrate qui avait libéré Karim Tabbou dégradée de ses fonctions et mutée vers Ain Defla

Array
- Advertisement -
- Advertisement -

Le dernier mouvement opéré dans les rangs des magistrats et juges algériens a dévoilé des mesures surprenantes qui en disent long sur le fonctionnement actuel de notre système judiciaire. Un système qui continue de subir le diktat et l’arbitraire du politique au détriment de la nécessité d’appliquer le droit. Preuve en est, la magistrate Nora Mokrane, la présidente de la chambre d’accusation de la Cour de Tipaza, la juge qui avait ordonné la libération de Karim Tabbou le 25 septembre dernier, a été dégradée de ses fonctions et mutée vers la Cour d’Ain Defla où elle occupera, dorénavant, les fonctions de simple conseillère, a-t-on constaté au cours de nos investigations. 

Cette décision a surpris énormément de gens à la Cour de Tipaza où la magistrate Nora Mokrane avait dirigé la chambre d’accusation pendant ses 6 dernières années. Cette juge a, décidément, suscité l’ire des décideurs du régime algérien lorsqu’elle avait procédé à la remise en liberté de l’opposant Karim Tabbou. Ce dernier, 24 H à peine après sa remise en liberté, s’est retrouvé une nouvelle fois interpellé par les services de sécurité et remis en détention préventive à la prison de Koléa.

Au ministère de la Justice, on ne semble pas avoir pardonné à Nora Mokrane le « courage » de reconnaître à Karim Tabbou le statut d’un « citoyen » injustement emprisonné. Et aujourd’hui, cette magistrate paie les conséquences de cette décision audacieuse en faisant clairement  l’objet d’une sanction qui va casser sa carrière professionnelle.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -