Exclusif. La « boite noire » des Kouninef a pu quitter tranquillement l’Algérie

0
1826

Le directeur général du groupe Kouninef Général Construction (KOUGC), le groupe familial des frères Kouninef, les oligarques les plus puissants et riches en Algérie durant ces 20 dernières années en raison de leur amitié très solide avec la famille d’Abdelaziz et Said Bouteflika, a quitté récemment l’Algérie sans qu’il soit inquiété par les autorités algériennes, a appris Algérie Part. 

L’égyptien Samir Hafez était effectivement le puissant DG de KOUGC, le groupe familial des Kouninef fondé par leur père Ahmed Kouninef en 1971. Ahmed Kouninef était l’ami intime d’Abdelaziz Bouteflika.  Le groupe KOUGC est un groupe privé qui a prospéré durant ces longues 20 années de règne de Bouteflika. En 2013, son chiffre d’affaires a dépassé l’équivalent des 120 millions d’euros. Mais après le 4e mandat de Bouteflika, le chiffre d’affaires de KOUGC a triplé pour atteindre en 2018 l’équivalent de 230 millions d’euros. C’était le troisième groupe privé en Algérie après CEVITAL de Rebrab et l’ETRHB d’Ali Haddad.

Samir Hafez était le DG opérationnel du groupe KOUGC en Algérie depuis 2007. Il était le principal artisan de la réussite économique du groupe familial des Kouninef. Il était le véritable cerveau managérial du groupe. En tant qu’expatrié, Samir Hafez touchait un salaire qui avoisinait les 250 mille dollars par an. Jusqu’au mois d’avril dernier, le DG égyptien du groupe KOUGC habitait encore à Hydra dans la fameuse villa de Réda Kouninef située en face de l’ambassade de France.

Depuis le mois de janvier dernier, Samir Hafez a « déserté » Alger et a pu quitter le territoire national pour revenir en Egypte alors qu’il était placé sous contrôle judiciaire par le tribunal de Sidi M’hamed dans le cadre de l’instruction ouverte sur les frères Kouninef en avril 2019 pour des faits de corruption.

En tant que principal DG du groupe KOUGC, la justice algérienne était en train d’enquêter avec Samir Hafez, mais aujourd’hui, ce dernier a quitté le territoire national pour revenir en Egypte. Il n’est donc plus à la portée de la justice algérienne. Selon nos investigations, Samir Hafez a quitté le territoire algérien de la manière la plus légale qu’elle puisse être. Cela signifie que la justice algérienne l’a autorisé à quitter le territoire national alors que le procès des frères Kouninef n’a même pas été encore programmé !

Samir Hafez est, pourtant, l’un des témoins-clés de ce futur procès car il détient tous les secrets de l’enrichissement du groupe KOUGC et de ses relations privilégiées avec les institutions de l’Etat algérien. Pour l’heure, aucune source officielle n’a pu expliquer les raisons légales ayant justifié l’autorisation accordée par la justice algérienne à Samir Hafez pour lui permettre de quitter l’Algérie. Cet épisode demeure très énigmatique.

Signalons enfin que le gérant du groupe KOUGC est en prison depuis l’éclatement du scandale des frères Kouninef à la fin du mois d’avril 2019. Ce gérant s’appelle Tahar Ben Kadour. Il s’agit d’un vieux monsieur très âgé dont l’épouse est la soeur d’Ahmed Kouninef, le patriarche des frères Kouninef.  Il était le seul signataire de tous les marchés et accords conclus par le groupe KOUGC. Une parfaite couverture pour les frères Kouninef.

Algérie Part poursuit ses investigations sur ce dossier verrouillé par la justice algérienne et totalement occulté. Nous publierons prochainement de nouvelles révélations.