Exclusif. La Banque d’Algérie imprime 660 milliards de Da pour injecter des liquidités sur le marché

0
1260

La Banque d’Algérie a commencé à imprimer pas moins de 660 milliards de Da pour injecter de nouvelles liquidités sur le marché national en plein contexte de crise de liquidités et d’interminables queues devant les bureaux d’Algérie Poste, a appris Algérie Part au cours de ses investigations. 

Ces nouveaux billets seront émis dans les prochaines semaines sur le marché national dans l’optique de soulager les Algériens et Algériennes face à cette pénurie des liquidités. Selon nos sources, en prévision de la rentrée sociale au cours du mois de septembre prochain, la Banque d’Algérie a décidé de lâcher un peu du lest en renouant avec la planche à billets pour approvisionner les consommateurs algériens en liquidités recherchées désespérément depuis le début de juin dernier date à laquelle la crise de liquidités a commencé à toucher de plein fouet les ménages algériens notamment les usagers d’Algérie Poste, la première institution financière du pays avec ses 22 millions de clients.

Ceci dit, la Banque d’Algérie imprimera une petite quantité de nouveaux billets car 660 milliards de Da seront loin de répondre aux besoins des consommateurs algériens. L’objectif de la Banque d’Algérie est de poursuivre les restrictions à la consommation nationale afin de réduire les dépenses de l’Etat notamment la facture des importations payées en devises trébuchantes et sonnantes à l’étranger.

Notons enfin que ces nouvelles liquidités vont provoquer une nouvelle augmentation des prix des produits de large consommation. Et pour cause,  les nouvelles liquidités seront utilisées massivement par les consommateurs algériens pour combler besoins insatisfaits depuis de longs mois. Ce qui va créer un rush sur les marchés et commerces du pays provoquant ainsi une augmentation de la demande par rapport à une offre réduite en raison des réductions drastiques des importations et de la crise du coronavirus COVID-19.

Pour ralentir cette envolée de l’inflation, la monnaie créée par la Banque d’Algérie ne sera pas distribuée rapidement dans l’économie réelle. Ces nouvelles liquidités seront en grande partie stockées par les banques parce qu’elles veulent conserver ces liquidités comme matelas de sécurité dans leurs comptes. Cela signifie enfin que ces 660 milliards de Da ne risqueront pas de mettre fin de sitôt à la sempiternelle crise des liquidités dans le pays.