4.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

Exclusif. Corruption : Fatiha Boukhers, l’épouse du général Belkecir, bientôt convoquée par l’OCRC

Array
- Advertisement -
- Advertisement -

L`Office central de répression de la corruption (OCRC) va convoquer prochainement Fatiha Boukhers, l’ex-présidente de la Cour de Tipaza, et l’épouse du général Ghali Belkecir, l’ancien puissant commandant de la gendarmerie nationale, et l’un des officiers supérieurs les plus corrompus de l’armée algérienne, a-t-on appris de sources sûres. 

L’OCRC devra interroger prochainement Fatiha Boukhers dans le cadre de l’enquête menée depuis plusieurs mois sur les réseaux affairistes de Tayeb Louh, l’ex-ministre de la Justice, et l’un des piliers du régime Bouteflika, qui avait usé de tout de son pouvoir entre 2013 et 2019 pour empêcher la justice algérienne de traiter les gros dossiers de corruption impliquant des dirigeants politiques influents. L’épouse du général Ghali Belkecir fut l’une des collaboratrices et alliés les plus fidèles de Tayeb Louh.

Par ailleurs, selon nos sources, Fatiha Boukhers sera auditionnée également à propos de l’affaire du scandale du détournement du foncier à Chéraga qui implique Amar Saâdani, son épouse, et de nombreux anciens ministres du régime Bouteflika. Ce scandale concerne le détournement de plusieurs hectares d’une exploitation agricole collective. Du foncier public divisé en plusieurs parcelles au profit d’Amar Saadani qui s’était approprié d’un terrain de 350 M2  au nom de son épouse.

 

Une plainte avait été déposée en 2013 par les victimes de ce scandale, les anciens exploitants de ces terres agricoles dépossédés, mais le tribunal de Chéraga avait enterré le dossier car Fatiha Boukhers, en sa qualité de présidente de la Cour de Tipaza au moment des faits, avait exercé toute son influence pour étouffer ce scandale et épargner aux personnalités politiques telles que Amar Saadani et d’autres anciens ministres de gênantes poursuites judiciaires. Dans ce contexte, l’ancien présidente de la Cour de Tipaza, madame Belkecir, est clairement coupable « de trafic d’influence ».

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -