5.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

Enquête. Les dattes israéliennes, pakistanaises et tunisiennes menacent de voler la vedette aux dattes algériennes en Europe

- Advertisement -
- Advertisement -

Les dattes ont le vent en poupe en Europe où leur consommation est en train d’exploser depuis plusieurs années. Les importations européennes de dattes connaissent des évolutions qui font miroiter des perspectives très heureuses pour les pays producteurs de dattes. Malheureusement, en dépit de sa forte proximité géographique avec l’Europe, l’Algérie peine à dominer le marché européen et plusieurs pays lui prennent d’importantes parts de marchés. Pis encore, des dattes tunisiennes, israéliennes ou pakistanaises menacent plus que jamais de voler la vedette aux dattes algériennes considérées, pourtant, comme les plus succulentes dans le monde. Enquête. 

Selon diverses études et expertises, l’Europe est devenue ces dernières années la région importatrice qui connaît la plus forte croissance au monde. L’Europe a augmenté sa part d’importation, passant de 22 % en 2016 à plus de 32 % en 2020. Le total des importations européennes de dattes a atteint 158 mille tonnes en 2020, ce qui représente une valeur de 395millions d’euros, nous apprennent à ce propos les données de l’Eurostat, la célèbre direction générale de la Commission européenne chargée de l’information statistique à l’échelle communautaire. Au cours de cette enquête, nous nous sommes beaucoup appuyées également sur les données Trade Map, une plateforme numérique qui fournit – sous forme de tableaux, graphiques et cartes – des indicateurs sur la performance à l’exportation, la demande internationale.

Selon ces deux importantes sources réputées pour leur fiabilité, après importation, plus de 34mille tonnes sont commercialisées en Europe. Plus de 81 % des dattes importées en Europe proviennent de pays en développement. Le commerce intérieur européen consiste en une simple réexportation de dattes importées, mais une part importante de ce commerce repose sur des processus de valeur ajoutée, y compris des opérations telles que l’emballage au détail. Les importations européennes en provenance des pays en développement ont augmenté au cours des 5 dernières années, passant de 89 000 tonnes en 2016 à 127 000 tonnes en 2020.

Il faut savoir à ce propos que les dattes séchées ne sont pas produites en Europe, la demande dépend donc entièrement de l’importation. Des dattes sont produites en petites quantités en Espagne, mais elles sont toutes vendues comme fraîches sur les marchés locaux.

Selon des prévisions élaborées par le Conseil International des fruits secs (INC) qui regroupe près de 800 entreprises du secteur des fruits à coque et des fruits secs de plus de 70 pays, l’INC est l’organisation internationale de référence en termes de fruits secs, de santé, de nutrition, de statistiques, de sécurité alimentaire, de normes et de réglementations internationales, au cours des cinq prochaines années, le marché européen des dattes devrait connaître une croissance annuelle de 7 à 10 %. On prévoit ce taux de croissance élevé des importations en raison de la demande accrue d’édulcorants naturels pouvant être des alternatives au sucre. Parallèlement à l’importation de dattes séchées, l’importation de sirop de datte et de pâte de dattes est susceptible d’augmenter également.Le marché européen des dattes est modérément concentré. Trois pays ont une part de plus de 50 % des importations totales.

En 2020, la France était le premier importateur en Europe (avec une part d’importation de 27 %), suivie par l’Allemagne (15 %), le Royaume-Uni (13 %), les Pays-Bas (9 %) et l’Italie (6 %). Selon le Conseil International des Fruits Secs, le plus grand pays consommateur de dattes en Europe est la France, ayant consommé 38,7 milliers de tonnes en 2020 (consommation industrielle et restauration incluses). L’une des principales raisons de la grande consommation de la France est la part importante de la diaspora des pays producteurs de dattes d’Afrique du Nord à l’image de la diaspora algérienne.

En Europe, la consommation par habitant est la plus importante aux Pays-Bas, qui enregistre une consommation moyenne de 0,8 kg/an par personne. La consommation de dattes en Europe en tant qu’en-cas présente un fort caractère saisonnier. Il y a généralement deux pics de consommation. L’une d’elles est liée à la population musulmane d’Europe qui consomme les dattes surtout pendant le mois de Ramadan. Un autre pic survient pendant les vacances d’hiver, à Noël et au réveillon du Nouvel An.

L’épidémie de coronavirus en 2020 et 2021 a affecté le marché alimentaire européen, y compris les dattes. Elle a principalement influencé la structure du marché. Les ventes du secteur de la restauration ont diminué en raison de la fermeture de restaurants et d’hôtels. D’autre part, les ventes au détail et les livraisons à domicile ont augmenté. Les volumes d’importation et les procédures d’importation régulières n’ont pas été influencés par la pandémie, et l’Europe a continué à importer de plus en plus de dattes et de produits à base de dattes. Cependant, le marché est en train de reprendre la structure qu’il avait avant la pandémie, le secteur de la restauration affichant une reprise en 2021.

Il s’avère que si les dattes algériennes sont célèbres et fortement consommées en France, elles peinent encore à s’imposer sur les marchés des autres grands pays européens. Il est à souligner à ce sujet que l’Algérie est le sixième plus grand producteur de dattes au monde. Sa production a légèrement diminué, passant de 100 milliers de tonnes en 2019 à 95 milliers de tonnes en 2020, en raison de mauvaises conditions météorologiques. Toutefois, il était prévu que les prévisions indiquent que la production augmentera à nouveau en 2021, pour atteindre 110 000 tonnes. Les autorités algériennes n’ont pas, pour le moment, confirmé cette reprise positive de la production nationale.

L’Algérie est aussi le huitième exportateur de dattes au monde et exporte plus de 55 mille tonnes. L’Algérie exporte la plupart de ses dattes en France, à la Fédération de Russie, en Espagne et au Maroc. Les deglet nour représentent plus de 85 % des exportations algériennes de dattes.

L’Algérie augmente considérablement ses exportations vers l’Europe, son taux de croissance annuel étant de 19 % depuis 2016. L’Algérie a augmenté ses exportations de dattes vers l’Europe, celles-ci étant passées de 16 milliers de tonnes en 2016 à 32 milliers de tonnes en 2020, soit une valeur de 55 millions d’euros. Cependant,  la France demeure la principale destination européenne des dattes algériennes, représentant une part d’exportation européenne de 80 % en 2020, suivie de l’Espagne (11 %), de la Belgique (3 %) et de l’Allemagne (2 %). Ces dernières années, l’Italie est le marché des dattes algériennes qui connaît la plus forte croissance en Europe. Les exportations algériennes vers l’Italie sont passées de 22 tonnes seulement en 2016 à 437 tonnes en 2020.

Mais force est de constater que une plus  forte concurrence menace en ce moment les dattes algériennes. La Tunisie, Israël, le Pakistan ou les Emirats Arabes-Unis profitent de plus en plus de la faible présence des dattes algériennes sur les marchés européens hors de France pour se positionner et s’imposer en force. Et même en France, la menace est de plus en plus sérieuse. Preuve en est, Israël est en train de devenir le seul fournisseur important du reste du monde avec plus de 2,3 milliers de tonnes exportés vers la France, suivi des États-Unis avec environ 110 tonnes.

En Allemagne, les dattes algériennes sont fortement bousculées par leurs concurrentes. Il faut savoir que les importations allemandes de dattes ont augmenté au cours des cinq dernières années, enregistrant un taux de croissance annuel moyen de 9 %. En 2020, les importations allemandes de dattes ont atteint près de 30 mille tonnes et une valeur de 73 millions d’euros.  La consommation allemande de dattes par habitant est de 2,4 kg/an. En 2020, l’Allemagne a importé 43 % de ses dattes de la Tunisie, puis de l’Algérie (13 %) et du Pakistan (11 %). Les autres fournisseurs dont les exportations vers l’Allemagne sont en hausse sont l’Iran, les Émirats arabes unis et Israël. Les Émirats arabes unis connaissent la plus forte augmentation des importations. Les importations allemandes de dattes en provenance des Émirats arabes unis sont passées de 350 tonnes en 2016 à 1,3 mille tonnes en 2020. Les autres fournisseurs émergents sont la Palestine, l’Arabie saoudite, la Turquie, l’Égypte et l’Afrique du Sud. Tous ces pays prennent des parts de marchés à l’Algérie qui peine à assurer son leadership sur le marché allemand qui a été détrôné par la Tunisie et le Pakistan risque bientôt de prendre la 2e place à notre pays d’ici les deux ou trois prochaines années.

Au Royaume-Uni, les dattes algériennes demeurent encore largement méconnues ! L’Algérie ne détient de ce marché britannique qu’une petite part de 0,7 %.   En 2020, le Royaume-Uni a importé 25 mille tonnes de dattes, pour une valeur de 68 millions d’euros. La plupart des dattes importées sont consommées à l’intérieur du pays. Le pourcentage de réexportation est relativement faible. La consommation de dattes au Royaume-Uni est estimée à environ 24 mille tonnes en 2019. Il s’agit d’une augmentation de 5 mille tonnes par rapport à 2018. La consommation par habitant en 2019 était de 0,38 kg/an.
La structure du marché des importations au Royaume-Uni est assez spécifique et différente de celle des autres grands marchés européens. En 2020, le Royaume-Uni a importé des dattes du Pakistan (une part de 30 %), d’Israël (13 %), d’Arabie saoudite (9 %) et de Tunisie (9 %).  Le Royaume-Uni est le seul pays européen dont le Pakistan est le premier fournisseur de dattes. Cela s’explique par l’importante population d’origine pakistanaise au Royaume-Uni, lequel a établi des relations commerciales avec le Pakistan, expliquent à ce sujet les experts de cette filière.

En Italie, l’Algérie a été d’ores et déjà détrônée par Israël.  En 2020, l’Italie a importé 12 mille tonnes de dattes, pour une valeur de 31 millions d’euros. Environ 1,6 mille tonnes ont été réexportées, ce qui laissait environ 10 mille de tonnes pour la consommation intérieure. Selon l’INC, la consommation de dattes par habitant en Italie est estimée à 0,21 kg/an. Les importations de dattes en Italie présentent un fort caractère saisonnier. L’Italie importe plus de 50 % de ses dattes au cours du dernier trimestre de l’année, atteignant un pic en novembre. Cela s’explique par l’utilisation accrue des dattes pendant les vacances d’hiver en Italie. En 2020, l’Italie a importé 75 % de ses dattes de la Tunisie, puis d’Israël (9 %) et de l’Algérie (5 %).

En dépit des relations économiques et politiques importantes entre l’Algérie et l’Italie, et de la longue tradition de consommation des dattes algériennes en Italie, Israël a pu s’emparer de la deuxième place au niveau de cet important marché européen reléguant l’Algérie à la 3e place. Une position de plus en plus menacée car plusieurs dattes étrangères montent en puissance ces dernières années en Italie comme la Palestine qui détient 2 % des exportations directes ou l’Iran, l’Égypte et la Jordanie qui deviennent petit à petit des fournisseurs émergents.

En Espagne aussi, les dattes algériennes sont menacées par la concurrence israélienne.  Les importations de dattes espagnoles connaissent une augmentation significative, leur taux de croissance annuel étant de 10 %. Les importations de dattes de l’Espagne sont passées de 8 milliers de tonnes en 2016 à 12 milliers de tonnes en 2020, ce qui représente 33,8 millions d’euros. La consommation espagnole de dattes est estimée à environ 19 mille tonnes en 2019. La consommation par habitant est d’environ 0,26 kg/an.
En 2020, l’Espagne a importé 39 % de ses dattes de la Tunisie, puis de l’Algérie (29 %) et d’Israël (17 %). Si pour le moment l’Algérie est le pays qui a gagné des parts de marché le plus rapidement en Espagne, notre pays fournissait 870 tonnes en 2016, chiffre qui s’est élevé à 3,5 milliers de tonnes en 2020, les dattes algériennes demeurent menacées par les dattes israéliennes qui ne cessent de monter en puissance avec un fort lobbying et une politique commerciale agressive menée par Israël.

C’est dire enfin que l’Algérie devra beaucoup se battre pour conserver ses marchés européens. Pour rappel, l’Algérie compte plus de 18 millions de palmiers dattiers et augmente continuellement sa production. La production de dattes en Algérie se concentre dans la partie sud-est du pays. La Wilaya de Biskra occupe la première place dans la production algérienne de dattes (31 %), suivie par El Oued (27 %) et Ouargla (18 %). Environ 50 % des dattes algériennes sont de la variété deglet nour, puis degla beida et ghars. À elles trois, elles représentent près de 90 % des dattes algériennes.

Le montant des exportations des dattes algériennes en 2016 a été de 37 millions de dollars ce qui est qualifié d’insignifiant par rapport au potentiel existant. Depuis 2020, une évolution positive a été constatée puisque les exportations algériennes de dattes ont atteint environ 71 millions de dollars. Malgré cette progression, il manque à l’Algérie une importante marge de développement car seulement 54 variétés de dattes parmi les 360 existantes dans notre pays sont mises sur les marchés national et international principalement Deglet Nour et Degla Beida. A titre de comparaison, les exportations des dattes ont rapport à la Tunisie voisine plus de 303 millions de dollars UDS en 2019. C’est dire que l’Algérie pourrait gagner nettement plus d’argent avec ses dattes succulentes.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -