Enquête exclusive. Algérie Poste : une DG par intérim, mais de nombreux projets suspects et controversés de l’ère Houda Feraoun relancés

0
2493

Depuis le début du mois de septembre 2020,  Baya Hanoufi a été nommée directrice générale (DG) par intérim d’Algérie Poste en remplacement de Abdelkrim Dahmani, relevé brutalement de ses fonctions dans le  sillage de la crise des liquidités qui paralyse jusqu’à aujourd’hui encore de nombreux bureaux de Poste à travers plusieurs wilayas du pays. 

Rien n’a donc changé à Algérie Poste. Non, tout empire en vérité puisque les projets les plus douteux et controversés qui furent suspendus lors de la chute de l’ex-ministre des Télécoms et de la Poste, Houda Feraoun, placée en détention le 8 décembre 2020 par la Cour d’Alger, ont été relancés dans une totale opacité. Enquête.

Algérie Part a découvert au cours de ses investigations que la direction générale d’Algérie Poste est sous l’influence malsaine d’un groupuscule restreint affilié à des personnalités influentes au sein du régime. Il s’agit des familles de Mohamed Noui Sifi, ancien directeur de l’Administrions générale de la DGSN, et patron de la Police aux frontières (PAF) et du Général-Major Zerrouk Dahmani, le puissant directeur de l’action sociale du ministère de la Défense Nationale à Alger.

Ces deux familles ont imposé un véritable lobbying au sein d’Algérie Poste depuis la nomination d’Achacha Billel, un proche parent de Mohamed Noui Sifi, comme directeur central de la stratégie et de l’organisation d’Algérie Poste, sous le règne de Dahmani Abdelkrim, suivi instantanément d’un second recrutement, il s’agit de Asma Noui Sifi, recrutée sans répit, à sa sortie des portes de l’université, comme directrice d’étude, placée sous la tutelle de son proche parent Achacha Billel.

Il s’avère que ce groupuscule exerce une autorité absolue sur Baya Hanoufi, l’actuelle DG par intérim d’Algérie Poste, qui bénéficie en échange d’une protection au plus haut sommet de l’Etat. Dans cette association chacun y trouve son compte. C’est dans ce contexte que l’actuelle DG par intérim continue de régner après avoir relancé le projet de PRICE WATERHOUSE COOPERS (PWC), l’un des marches les plus controversés et sulfureux de l’ère Houda Feraoun.

Ce projet porte sur la Réorganisation interne d’Algérie Poste. Ce projet a été confié en date du 15 Octobre 2018 pour un montant global de 107.000.000,00 DA à l’entreprise Price Waterhouse Coopers (PWC), une importante multinationale qui développe des missions de conseil, d’audit et d’expertise juridique. PWC est également présente dans les trois pays du Maghreb : Algérie, Maroc et Tunisie. C’est l’un des quatre grands cabinets d’audit et de conseil (Big Four) avec Deloitte, Ernst & Young et KPMG.

Malgré le dépassement des délais prescrits dans le cahier des charges et les clauses contractuelles, PWC a livré deux expertises qui ont été approuvées par le Conseil d’Administration d’Algérie Poste en date du 07 Mars 2019. Pour les besoins de la réalisation de ces expertises, de multiples documents classés sensibles et confidentiels relevant du fonctionnement, de la trésorerie et de la gestion d’Algérie Poste ont été communiqués aux Experts de PWC. Il est à souligner que des études semblables ont été déjà réalisées par plusieurs grands bureaux internationaux à l’image Ernst & Young qui avait été sélectionné en 2007 par les autorités algériennes pour accompagner la transformation d’Algérie Poste en… Banque Postale. Malheureusement, cette expertise internationale a été abandonnée et ses conclusions n’ont jamais été appliquées comme il a été démontré dans toute une enquête publiée récemment par Algérie Part. 

Force est de constater que l’étude réalisée par PWC pour améliorer l’organisation d’Algérie Poste a également connu le même triste sort que celle du cabinet  Ernst & Young. Suite au soulèvement du Hirak le 22 février 2019, l’ex-ministre Houda Feraoun a communiqué des instructions pour ordonner le gel de l’application des recommandations formulées par le cabinet PWC.

En Novembre 2020, ce projet a été remis à l’ordre du jour et confié à un groupe de travail interne au sein d’Algérie Poste.  C’est la directrice par intérim qui a pris la décision de relancer cette étude de réorganisation interne qui fut abandonnée dans des conditions troublantes par… Houda Feraoun, l’ex-ministre de la Poste, des Télécoms et des TICS.

Baya Hanoufi a également plusieurs autres projets gelés ou suspendus avant le départ de Houda Feraoun. Des marchés suspects mis en veilleuse par l’ex-ministre pour ne pas éveiller les soupçons des services de sécurité chargés de fouiner dans les dossiers de corruption de l’ère Bouteflika. Et c’est ainsi que la DG par intérim d’Algérie Poste a relancé  le marché relatif à l’acquisition des machines de tri d’un montant global de 750.000.000,00 DA, financé par le fonds national d’investissement (FNI). Ce marché avait bénéficié auparavant d’un visa accordé par la commission centrale des marchés qui fut présidée justement par… Mme Baya Hanoufi en date du 29 mai 2018. La DG par intérim d’Algérie Poste a relancé aussi le marché 10/2019 signé le 10/04/2019 au profit de l’unique soumissionnaire CHINA POST GROUP qui fournira à Algérie Poste des équipements dont les prix ont été multipliés par trois fois leur montant initial, ont dénoncé de nombreuses sources internes à Algérie Poste. C’est pour cette raison que l’ex-ministre, Houda Feraoun, avait suspendu ce projet pour sauver sa tête qui était activement recherchée par les services de sécurité après l’enclenchement du Hirak.

Alors présidente de la commission centrale des marchés, depuis l’installation du frère du Général-Major Zerrouk Dahmani, Abdelkerim Dahmani, Baya Hanoufi s’était distinguée par le passé dans son rôle troublant dans les manoeuvres de surfacturation ayant soulevé l’indignation des travailleurs d’Algérie Poste.

Rappelons-nous de l’affaire de surfacturation de 9 milliards de centimes dans l’affaire des véhicules neufs Volkswagen acquis par Algérie Poste auprès du concessionnaire automobile privé SOVAC appartenant aux célèbres frères OULMI. Algérie Part avait publié toute une enquête détaillée sur cette troublante affaire étouffée par le clan de l’ex-ministre Houda Feraoun. 

Rappelons-nous également des projets attribués aux fameux frères KOUNINEF notamment les projets relatifs à la nouvelle plateforme monétique et les solutions de paiement en ligne fournies par Monetix à Algérie Poste pour un montant de 16 millions d’euros. Ni la plateforme ni les solutions vendues par Monetix à Algérie Poste n’ont démontré leur efficacité. Preuve en est, Algérie Poste reste toujours à la traîne concernant… le paiement en ligne.

L’actuelle directrice par intérim d’Algérie Poste, Baya Hanoufi, a été le témoin pour ne pas dire l’une des principales actrices de ces scandales de mauvaise gestion et de dilapidation des deniers publics. Et malgré ces antécédents inquiétants et troublants, des hauts responsables au sein du régime algérien militent dans les coulisses pour obtenir la régularisation et la permanisation de Baya Hanoufi à la tête d’Algérie Poste. Une telle option risque d’inaugurer une ère encore plus dangereuse que celle de la sinistre Houda Feraoun.