5.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

En une semaine, 24 algériennes et algériens arrêtés par les services de sécurité pour leurs opinions politiques

- Advertisement -
- Advertisement -

L’Algérie est en train de vivre un nouvelle séquence de répression très intense. Depuis le début de cette semaine en cours, les services de sécurité ont procédé à l’arrestation de pas moins de 24 algériennes et algériens pour leurs opinions politiques divergentes avec le pouvoir aux commandes du pays. Ces 24 citoyennes et citoyens ont exprimé uniquement leurs positions politiques personnelles sur des sujets qui relèvent du commentaire politique. Ces positions ont été qualifiées par les autorités algériennes d’hostiles à la sécurité nationale ou de menaces contre l’intérêt national. 

Par ailleurs, depuis le début de cette semaine, au moins 4 citoyens algériens ont été incarcérés par la Justice algérienne pour leurs opinions ou activités politiques liées à des groupes considérés par le régime algérien comme « terroristes ». C’est le cas de la jeune Wissem Sifouane, une activiste qui avait été interpellée le 12 janvier dernier pour être placée en garde-à-vue durant plus de… 6 jours afin d’être interrogée à propos de ses publications sur Facebook et ses relations avec le « MAK », le mouvement politique partisan d’une Indépendance de la Kabylie classé comme terroriste par les autorités algériennes.

Le 17 janvier dernier, Wissem Sifouane a été incarcéré par le tribunal de Bouira. Le sort réservé à cette jeune fille de 24 ans a ému de nombreuses personnes en Kabylie et ailleurs en Algérie. Il s’avère qu’une autre militante risque de subir le même arbitraire. Il s’agit de Tillli Belabbes, mère de deux enfants en bas âge, qui a été arrêtée également par les services de la Gendarmerie Nationale relevant de la wilaya de Bouira. Pour l’heure, aucune décision de Justice n’a été prise concernant le sort de cette militante qui risque également de se retrouver en prison pour d’autres motifs purement politiques.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

6 COMMENTS

  1. LE PRÉSIDENT TEBBOUNE DEVANT LES CADRES DE L’ARMÉE
    “Aucune démocratie n’est envisageable dans un État faible”

    https://www.liberte-algerie.com/actualite/aucune-democratie-nest-envisageable-dans-un-etat-faible-371885

    Question ?

    Selon vous, quels sont ces vilains petits canards qui nous ont affaibli notre Etat de Droits et remplacé par la justice du
    téléphone ? Vous avez 2 minutes pour répondre, mais je vous préviens, il faut tourner sa langue 7 fois dans sa bouche avant de le faire, car, vous risquez d’être coffré si vous dites la vérité !

  2. Les ayachas sont tous excités avec leurs commentaires débiles. Une fois la critique de l’Algérie terminé, ils prennent le chemin de la frontière Algérienne pour entrer illégalement travailler en Algérie.
    Si vous considérez que l’Algérie c’est l’enfer, reprenez vos compatriotes et faites-les profiter de votre paradis.
    Jamais j’ai entendu un Algérien dire qu’il allait au Maroc pour chercher du travail.

  3. On assiste a un outrage généralisé de la société algérienne patriarcale contre le charme féminin effronté a leurs yeux parce-que non couvert par leur voile et non soumis comme il se doit a leurs instincts de domination virile…..alors, cette créature a la beauté dérangeante, qui sort des normes, et indocile ne peut être que maléfique a l’image des jeunes européenne du moyen âge qu’on brûlait pour des soupçons de sorcellerie dès qu’elles optaient pour un comportement imprévu par le code social du village….on en est la.