En 2022, le régime algérien augmente son budget dédié à la « propagande médiatique » jusqu’à l’équivalent de 120 millions d’euros

4
764

En 2022, le régime algérien a décidé de dédier un budget équivalent à plus de 120 millions euros pour financer le fonctionnement de sa « propagande médiatique », à savoir les appareils médiatiques étatiques utilisés massivement pour défendre et appuyer l’unique version officielle imposée aux Algériennes et Algériens concernant l’information sur les principaux évènements qui se déroulent dans leur propre pays. 

En effet, Algérie Part a pu confirmer au cours de ses investigations que pour 2022, l’Etat algérien a débloqué un budget dépassant les 18,2 milliards de Da pour financer l’ensemble des médias publics qui sont instrumentalisés quotidiennement par le gouvernement et les dirigeants politiques comme militaires dans leur propagande visant à orienter et contrôler l’opinion publique nationale.

Rien que  l’établissement public de télévision (EPTV), à savoir l’ENTV et ses diverses filiales et annexes, la société nationale qui gère les activités de la télévision publique en Algérie, de la production à la diffusion a bénéficié en 2022 d’un budget dépassant les 6,1 milliards de Da,  soit l’équivalent de 39 millions d’euros. Par ailleurs, plus de 5 milliards de Da, soit l’équivalent de 32 millions d’euros, seront consacrés à  l’établissement public de radiodiffusion sonore (E.P.R.S), à savoir l’entreprise publique responsable du service public de la radiodiffusion pour l’Algérie et de toutes les radios étatiques algériennes.

Quant à l’agence de presse gouvernementale algérienne, l’agence presse service (A.P.S), elle bénéficiera en 2022 d’un budget dépassant les 544 millions de Da, soit l’équivalent de presque 3,5 millions d’euros. Au moins 32 millions de Da seront consacrés pour les titres de la presse écrite contrôlés encore par les autorités algériennes comme Horizon ou El Moudjahid.

Signalons que ces dépenses ont augmenté par rapport aux budgets utilisés en 2021 dans le secteur de la communication par le gouvernement algérien. En 2021,  l’ENTV a été financée en 2021 par l’Etat algérien à hauteur de l’équivalent de 37 millions d’euros. Quant à la radio publique, elle avait bénéficié d’un budget équivalent à 31 millions d’euros en 2021. L’APS avait touché un budget équivalent à 3,5 millions d’euros et presque 10 millions d’euros ont été dédiés en 2021 à la diffusion de programmes de télévision de l’ENTV par les satellites.

Rappelons enfin que les médias étatiques sont totalement éloignés des exigences de la déontologie et l’éthique journalistique. Des médias qui n’accomplissent aucunement leur mission de service public en permettant aux Algériennes et Algériens d’accéder à une information fiable, véridique, crédible et indépendante. Il s’agit de médias qui propagent uniquement des versions des faits en adéquation avec les intérêts ou objectifs politiques du régime en place. Pour s’en convaincre, il suffit de se rappeler de l’infâme campagne de diffamation dont avait été victime le Moudjahid et leader du Hirak Lakhdar Bouregaâ de la part de la télévision étatique officielle en 2019 ou les incroyables Fake News diffusées par l’agence de presse officielle l’APS sur les échanges entre la chancelière allemande Angela Merkel et Abdelmadjid Tebboune ou la supposée position conciliante de l’ONU à l’égard de la répression des Droits de l’Homme en Algérie en 2020. 

 

4 COMMENTS

  1. Une junte à besoin d’avoir ses bras armés bien choyés pour bien fonctionner, a savoir son
    armée, sa gendarmerie, sa police, sa justice et enfin ses médias , distribués quelques millions par ci par la afin que les crétins cachiristes puissent trouver de quoi picorer afin de tarirent d’éloges sur leurs sujets, noyés toutes contestations populaires et les voilà plus royalistes que les rois.
    Vive la monarchie et vive la junte.

  2. Longue vie à Boumedienne et son frére de combat Bouteflika , les pères du pays depuis sa création en 1962, qui ont instauré les solides bases de l’Algérie , en éliminant les traitres ( comme Chaabani et autres) et en donnant le plein pouvoir aux glorieux militaires compatriotes (comme Belkhir et Nezzar) , et longue vie aussi aux 6 millions 532 302 des chouhadas. 1, 2, 3 VIVA L’ALGERIE de TEBBOUNE et CHENGRIHA qui ont pris le flambeau des 2 pères du pays