9.9 C
Alger
jeudi, février 2, 2023

Emmanuel Macron : « La réduction des visas Schengen va ennuyer les gens qui sont dans le milieu dirigeant »

- Advertisement -
- Advertisement -

Emmanuel Macron signe et persiste. La réduction drastique de la délivrance du nombre des visas Schengen est bel et bien une mesure de sanction décidées par la France, d’abord et avant-tout, contre les autorités algériennes. C’est du moins ce que le Président français a confié ouvertement lors d’une réception organisée le jeudi 30 septembre dernier à l’Elysée.  

Le président français a reçu le jeudi 30 septembre dernier pas moins dix-huit jeunes gens issus de familles ayant vécu intimement la guerre d’Algérie. A l’occasion de cette réception organisée à l’Elysée pendant au moins deux heures, le président français a fait de nombreuses confidences sur la vision qu’il projette des relations franco-algériennes.

Et c’est lors de cette rencontre, à laquelle un journaliste du prestigieux quotidien Le Monde a pu assister, que le Président français a tenu à rassurer concernant l’impact sur les relations entre les deux pays de cette réduction des visas délivrés aux voyageurs algériens. « Il n’y aura pas d’impact sur ce qu’on évoque. On va s’attacher à ce que les étudiants et le monde économique puissent le garder. On va plutôt ennuyer les gens qui sont dans le milieu dirigeant, qui avaient l’habitude de demander des visas facilement », a confié ainsi Emmanuel Macron à l’un des jeunes convives qui l’a interrogé sur les véritables intentions de ce durcissement drastique de l’octroi de visas aux Algériens – mesure partagée avec les Marocains et les Tunisiens – face au refus des autorités algériennes de rapatrier leurs ressortissants en situation irrégulière en France.

Emmanuel Macron assure qu’il s’agit d’un simple  moyen de pression pour dire à aux « dirigeants » algériens que « si vous ne coopérez pas pour éloigner des gens qui sont en situation irrégulière et dangereux, on ne va pas vous faciliter la vie », a-t-il certifié confirmant ainsi les intentions de la France de sanctionner directement les hauts responsables du pouvoir algérien et leurs familles.

Ces déclarations, rapportées ce samedi 2 octobre par le quotidien Le Monde, ont été faites par Emmanuel Macron le jeudi 30 septembre au cours d’une réception organisée par l’Elysée, pendant deux heures, au profit de dix-huit jeunes gens – Français d’origine algérienne, binationaux et pour certains Algériens – dans le but d’échanger « librement » sur l’héritage de la Guerre d’Algérie.  Officiellement, l’objectif de cette réception était d’apaiser « cette blessure mémorielle », comme le rappelle l’historien Benjamin Stora, également présent. Mais au fil des discussions, la situation politique actuelle de l’Algérie a été largement abordée sans aucun tabou par Emmanuel Macron dont les propos ne manqueront pas d’ébranler directement les décideurs actuels aux commandes du pouvoir à Alger.

 

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

1 COMMENT

  1. Bravo Macron!!!! au lieu de rappeler son ambassadeur Tebboune aurait eu plus de nif s’il avait rappelé les anciens ministres: Bedjaoui, Brahimi, Cherif Abbas etc…qui se la coulent douce à Paris avec l’argent volé aux algériens. Imagine-t-on le général Giap vainqueur de Bigeard à Dien Bien Phu en retraite à Paris???? mais avec nos anciens « moudjahids » tout est possible.
    Il pourrait aussi rappeler les anciens officiers supérieurs, hauts fonctionnaires: il y a de quoi faire un pont aérien pendant plusieurs semaines, sans compter les valises de pognon volé!!!!
    Y’en a qui doivent pleurer ce matin à El Biar et Hydra, ils vont être obligés de rester au bled des algériens ordinaires: leur cauchemar!!!!!!!!!!