13.9 C
Alger
lundi, février 6, 2023

Dorénavant, les Algériens peuvent sortir du pays avec une somme allant jusqu’à 5000 euros sans déclaration douanière

Array
- Advertisement -
- Advertisement -

C’est une nouvelle mesure inédite qui entrera en vigueur à partir de 2020. Les voyageurs algériens pourront quitter le territoire national en emportant dans leurs poches jusqu’à 5000 euros sans se soumettre à la déclaration obligatoire auprès des services des douanes algériennes. Cela signifie que les Algériens n’auront plus l’obligation de déclarer leurs devises en espèces lors des passages devant les contrôles des douanes si le montant des devises en leur possession ne dépasse pas la somme de 5000 euros. 

C’est une mesure inédite et inattendue qui intervient au moment où la Banque d’Algérie avait tenté, maladroitement, de verrouiller l’usage des devises étrangères par les Algériens à travers leurs comptes bancaires. Cette décision a été adoptée hier jeudi lors d’une séance plénière de l’Assemblée Populaire Nationale (APN). A cette occasion, les députés de l’APN ont introduit, jeudi lors de l’adoption du projet de loi de finances (PLF 2020), plusieurs amendements concernant différentes dispositions de ce texte de loi.

Un nouvel article portant déclaration obligatoire de montant en devises à l’entrée et à la sortie du territoire national pour les montants dépassant 5.000 euros ou équivalent en devises étrangères au lieu de 1.000 Euros actuellement.  Cette mesure facilitera certainement la vie des voyageurs algériens. Mais le seuil de 5000 euros semble anormalement élevé et risque de faciliter le transfert des devises vers l’étranger car ces sommes-là ne passeront pas par le canal bancaire algérien comme ce fut le cas auparavant où il fallait introduire ces devises dans un compte bancaire domicilié dans un établissement installé en Algérien afin de se faire délivrer un « document bancaire » prouvant la provenance légale de ces devises.

A quelques semaines de l’élection présidentielle du 12 décembre prochain, il est difficile de ne pas voir en cette mesure une tentative « d’acheter » l’adhésion des Algériens au « processus électoral » rejeté par le Hirak.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -